Umlaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En phonétique, le processus d’Umlaut (de l’allemand um-, « autour, transformation » + Laut, « son »), ou métaphonie (terme grec de même sens ; ne pas confondre avec le paronyme métatonie) ou encore inflexion, désigne le changement de timbre d’une voyelle à la suite de l’amuïssement d’une autre voyelle dans une syllabe suivante. La voyelle altérée garde pour ainsi dire une trace de la voyelle disparue en récupérant une de ses caractéristiques. C’est un type complexe de dilation.

Cette modification phonétique doit être distinguée d’un changement de voyelle indiquant une différence de fonction grammaticale, appelé alternance vocalique ou apophonie (en allemand, Ablaut), comme dans la conjugaison du verbe irrégulier anglais « chanter » sing / sang / sung. L’Ablaut est apparu en indo-européen, tandis que l’Umlaut est apparu plus tardivement. Ces termes sont parfois utilisés aussi pour des changements similaires dans d’autres familles linguistiques.

La métaphonie (modification d’une voyelle induite par une autre voyelle dans une syllabe suivante) est typique des langues germaniques[1], mais l’existence de ce phénomène dans le gotique est controversée[2]. La métaphonie la plus fréquente dans les langues germaniques est la métaphonie par /i/ (c'est-à-dire: /i/, /ī/, /j/ dans une syllabe suivante), par exemple  : */meðjaz/ > allemand Mitte « milieu », néerlandais mid- et midden « milieu » et anglais mid « moyen ».

En allemand[modifier | modifier le code]

Fonctionnement de la métaphonie[modifier | modifier le code]

Le cas est surtout connu pour l’allemand. Dans cette langue, les voyelles /a/, /i/, /o/ et /u/ infléchies par la métaphonie subissent une palatalisation ou un changement de leur aperture. L’environnement conditionnant d’origine était la présence d’un /i/ ou d’un /j/, phonèmes palataux, dans la syllabe suivante, phonème qui s’est amuï en laissant son caractère palatal à la voyelle précédente, ou d’un /a/, voyelle ouverte qui, en disparaissant, ouvre à son tour la voyelle précédente. Après que l’Umlaut ait acquis un rôle grammatical, son usage s’est étendu par analogie. Les métaphonies historiques se sont déroulées en trois phases, durant la période du vieux haut allemand au moyen haut allemand inclus (de la fin du VIIIe au XIVe siècles).

Voici quelques exemples de métaphonies :

  • en vieux haut-allemand, gast, « hôte ». faisait son pluriel en gesti. Le changement de timbre de la voyelle radicale indique qu’il y a bien eu métaphonie et que la voyelle finale s’était amuïe ou était en passe de le faire. C’est une métaphonie par /i/. Actuellement, on écrit (et on dit) Gast / Gäste ;
  • inversement, on trouve helphan, « aider ». en vieux haut allemand, issu d’un radical *hilp- (présent en gotique) dont la voyelle a subi l’inflexion par /a/ et s’est ouverte. Actuellement, le verbe est devenu helfen, qu’on peut comparer à ses 2e et 3e personnes « hilfst » - « hilft » ou au nom commun correspondant Hilfe, « aide ». La métaphonie n’est, dans le cas de /i/ devenu /e/, pas notée par un diacritique.

Le e de gesti et celui de helphan n’étaient pas identiques : le premier était fermé [e] et le second ouvert [ε]. Cette différence subsiste en alémanique, où hälfe a une voyelle plus ouverte que gescht (source : grammaires du vieil allemand, par exemple : Wilhelm Braune, Althochdeutsche Grammatik ; nombreuses éditions, voir leur chapitre sur les voyelles). Cette différence de prononciation n’a en revanche rien à voir avec la différence d’orthographe de l’allemand littéraire actuel entre Gäste et helfen (on écrit Gäste pour marquer le lien avec le singulier Gast).

Finalement, les métaphonies sont les suivantes (la notation suit l’API) :

  • /a... i/ → /e... i/ ;
  • /i... a/ → /ε... a/ ;
  • /u... i/ → /y... i/ ;
  • /u... a/ → /ɔ... a/ ;
  • /ɔ... i/ → /œ... i/.

Notation des voyelles infléchies[modifier | modifier le code]

Le mot umlaut est aussi utilisé pour désigner la marque diacritique composée de deux petits traits verticaux placés au-dessus d’une voyelle pour indiquer la métaphonie. Il faut faire attention de ne pas confondre le umlaut et le tréma (en français ou en catalan par exemple), qui est quant à lui consitué de deux points.

L’origine de ce symbole graphique est un e diacritique écrit derrière la voyelle concernée qui s’est ensuite suscrit (tracé au-dessus de la voyelle) puis simplifié en deux traits. Les graphies anciennes en écriture gothique puis Fraktur et Sütterlinschrift permettent de mieux comprendre un tel processus de simplification : les lettres sont en effet plus raides et angulaires et le e peut se réduire à deux traits verticaux plus ou moins reliés par le haut, ce qu’il est devenu dans la Sütterlinschrift. Du reste, la marque d’umlaut en Sütterlinschrift est clairement un petit e suscrit, ce qui montre combien l’origine du diacritique est restée longtemps évidente aux Allemands et explique pourquoi la confusion avec un tréma était impossible. Le tableau suivant montre les caractères en Sütterlinschrift et Antiqua (variante « normale » de l’alphabet latin) :

Antiqua
e ae oe ue ä ö ü
Sütterlinschrift
E bis en Suetterlinschrift.png Ae en Suetterlinschrift.png Oe en Suetterlinschrift.png Ue en Suetterlinschrift.png A umlaut en Suetterlinschrift.png O umlaut en Suetterlinschrift.png U umlaut en Suetterlinschrift.png

Ce e ne s’est écrit qu’après les voyelles a, o et u. La métaphonie de /i/ en /e/ n’a pas besoin d’être notée par cet artifice : la lettre e suffit. Par exemple, le nom Mann /man/, « homme ». devient au pluriel Männer /'mεnər/. Les voyelles qui peuvent, en allemand, subir la métaphonie sont les suivantes :

  • a /a/ → ä /ε/ (è de père) ;
  • o /o/ → ö /œ/ (eu de peur ou eu de peu) ;
  • u /u/ (ou de cou) → ü /y/ (u de su).

En Suisse alémanique, les umlauts sont souvent imprimés sous la forme de digrammes, soit ae, oe, ue. C’est une orthographe archaïsante. Toutefois, on la trouve également souvent sur internet, lorsque les caractères à diacritiques sont indisponibles.

Dans d'autres langues[modifier | modifier le code]

L’orthographe allemande a inspiré d’autres langues qui n’ont pas toujours de rapport génétique.

Les lettres à umlaut du hongrois, du turc, de l’azéri et d’autres sont ö et ü, dont la prononciation est similaire à celles de l’allemand (également, en hongrois, il existe un « umlaut long », c’est-à-dire un double accent aigu permettant d’obtenir ő et ű en regard de ö et ü). On note l’absence de ä.

En finnois, en estonien, dans les langues sames, dans certaines langues scandinaves (islandais et suédois), des caractères d’aspect et de prononciation similaire aux lettres à umlaut allemandes (ä, ö, ü) sont utilisés mais considérés comme des lettres indépendantes qui sont traitées à part dans l’ordre alphabétique, où elles apparaissent en fin de liste.

Utilisation de lettres à tréma dans diverses langues du nord de l’Europe (et leurs équivalents)

langues finno-ougriennes langues germaniques
estonien finnois allemand suédois islandais danois, norvégien, féringien
ä ä ä ä (e, æ) (e, æ)
ö ö ö ö ö (ø)
ü (y) ü (y) (y) (y)

En dehors des langues germaniques (allemand et langues scandinaves), les voyelles à tréma ne servent pas à marquer des variations grammaticales ni lexicales et utiliser le terme d’umlaut pour les désigner est impropre. Il vaut mieux, dans ce cas, parler d’un tréma.

Cependant que la fonction de l’umlaut a été reprise pour certaines transcriptions de langues chinoises telle le hanyu pinyin pour la lettre « u/U » (avec la même nuance de prononciation que pour l’allemand), ce qui donne les étonnants signes diacritiques ǖ/Ǖ, ǘ/Ǘ, ǚ/Ǚ et ǜ/Ǜ, le signe supérieur donnant le ton.

Codage des voyelles à umlaut[modifier | modifier le code]

Voyelles à umlaut et ß sur un clavier informatique allemand.

À l’édition, quand les umlauts ne sont pas disponibles, ou bien dans les mots croisés, ils sont remplacés par la voyelle sous-jacente suivie d’un e. Cette modification est parfaitement appropriée à l’allemand, car les voyelles autres que e et i ne sont pas suivies d’un e en allemand, sauf pour quelques mots étrangers.

En HTML, l’entité nommée les représentant sera notée &?uml; (la lettre de base suivie de uml). Toutes les voyelles à umlaut, ainsi que le ß (eszett, autre caractère typique de l’allemand, inclus ici pour référence), font partie du jeu de caractère ISO 8859-1 et possèdent le même point de code dans ce jeu et en Unicode. Dans LaTeX, les diacritiques sont ajoutés par \"? (deux points) et \H? (deux accents aigus).

Caractère Substitution Entité HTML Point de code Unicode/ISO 8859-1 Code LaTeX
ä ae ä x00E4 \"{a}
ö oe ö x00F6 \"{o}, ő : \H{o}
ü ue ü x00FC \"{u}, ű : \H{u}
ß ss ß x00DF
Ä Ae Ä x00C4 \"{A}
Ö Oe Ö x00D6 \"{O}, Ő : \H{O}
Ü Ue Ü x00DC \"{U}, Ű : \H{U}

Métaphonie anglaise[modifier | modifier le code]

L’anglais, langue germanique, a conservé certaines ces modifications à travers des pluriels irréguliers comme man « homme » : men (pl.), tooth « dent » : teeth (pl.), mouse « souris » : mice, etc., bien qu’il ait perdu les suffixes désinentiels métaphonisants qui les avaient provoqués. L’orthographe et la prononciation en portent encore la marque de la métaphonie fermante (dite aussi palatale) par i. L’action métaphonique s’est déroulée en vieil anglais au VIIe siècle.

Par exemple, le couple foot « pied » : feet (pl.) remontent aux étymons suivants : *fōtz au singulier, *fōtiz au pluriel. L’orthographe montre que ce mot est passé par les réalisations suivantes :

  • singulier : germ.com. *fōtzv.angl. fōt → angl. du XVe siècle fot [fuːt] (fermeture suite au grand changement vocalique) → actuellement foot [fʊt] (abrègement et changement de timbre) ;
  • pluriel : g.c. primitif *fōtiz → g.c. tardif fētiz (antériorisation) → v.angl. fēt (amuïssement de la désinence) → actuellement feet [fiːt] (fermeture suite au grand changement vocalique).

Cette métaphonie fermante par i se rencontre aussi dans la dérivation lexicale et permet de comprendre pourquoi un mot comme blood « sang » est lié au même radical que bleed « saigner » (v.angl. blēdan, issu d'un g.c. *ƀlōþijanaⁿ).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fausto Cercignani, Early "Umlaut" Phenomena in the Germanic Languages, in « Language », 56/1, 1980, pp. 126-136.
  2. Fausto Cercignani, Alleged Gothic Umlauts, in « Indogermanische Forschungen », 85, 1980, pp. 207-213.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :