Accent grave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Accent grave
◌̀ ˋ `
Graphies
Graphie ◌̀ (diacritique)
ˋ (lettre)
`(symbole ASCII)
Codage
Unicode U+0300 (diacritique)
U+02CB (lettre)
U+0060 (symbole ASCII)

L’accent grave ‹ ◌̀ › est un diacritique que l’on retrouve dans divers alphabets.

L’imprimeur Geoffroy Tory propose pour la première fois en 1529, dans son traité de typographie Champfleury, des caractères d'imprimerie propres à la transcription du français, notamment l'accent grave[1]. Dès le milieu du XVIe siècle, on commence à le rencontrer fréquemment, comme en atteste en 1549 le Dictionnaire Français-Latin de Robert Estienne qui le dénomme pour la première fois[2].

Alphabet grec[modifier | modifier le code]

L'accent grave grec n'apparaissait, en grec ancien, que sur la dernière syllabe d'un mot, dans les cas où l'intonation de celle-ci était grave. Le terme grave dérive d'ailleurs du latin gravis (lourd), lui-même traduit du grec βαρύς, qui désignait cette intonation.

Alphabet latin[modifier | modifier le code]

Dans l'alphabet latin, l'accent grave est directement emprunté à l'alphabet grec. Moins courant que l'accent aigu, on le trouve de manière générale sur les voyelles A, E, O et U, dans les langues suivantes :

  • En catalan (accent greu ou obert), il indique la position de l'accent tonique et aussi l'aperture des voyelles /e/ et /o/ (qui peuvent être ouvertes ou fermées) :
    • à (català)
    • è (enciclopèdia)
    • ò (història)
  • En occitan :
    • à se prononce [a]
    • è se prononce [ɛ]
    • ò se prononce [ɔ]
Article détaillé : Accent grave en français.
    • à : pour distinguer certains homonymes (la et , ça et çà) ;
    • è : pour la prononciation du /e/ ouvert ;
    • ù : uniquement pour le mot , pronom relatif ou adverbe interrogatif, afin de le distinguer de son homonyme ou, conjonction de coordination
Nota : Il est important d'observer la règle suivante : les lettres accentuées en minuscules en français doivent l'être également en majuscule.
  • En gallois, l'accent grave est utilisé pour noter une voyelle courte dans un mot qui, dans le cas contraire, serait prononcé avec une voyelle longue, comme par exemple mẁg (« tasse ») et mwg (« fumée »).
  • En italien, il n’apparaît que dans la syllabe accentuée ; il indique la prononciation ouverte du e et du o. Sur i et u, on peut aussi bien mettre l’accent aigu:
    • à (libertà)
    • è (caffè)
    • ò (parlò)
    • ù (virtù ou virtú)
    • ì (partì ou partí)
  • En norvégien, l'accent grave indique que la syllabe qu'il diacrite est accentuée, afin de différencier certains mots comme og (« et ») et òg (« aussi »).
  • Dans quelques langues à tons africaines, comme le tshiluba, l’accent grave indique un ton bas.
  • En hanyu pinyin (transcription du mandarin), l’accent grave indique un ton descendant : à, è, ì, ò, ù, ǜ.
  • En écriture dialectale alémanique, l'accent grave indique la prononciation plus ouverte des voyelles. Il est utilisé sur les voyelles e, i, o, ö, u, ü qui deviennent [ɛ, ɪ, ɔ, œ, ʊ, ʏ]. Selon la tradition alsacienne, il indique sur le à la prononciation [a] au lieu de [æ], mais des autres auteurs alsaciens l'utilisent aussi pour [æ] et prononcent la voyelle a comme [a].

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

Le jeu de caractères ASCII ne contient pas de lettre accentuée. À l'époque où il s'agissait de la seule page de code disponible, il était possible d'émuler l'accent grave en plaçant une apostrophe inversée devant la lettre : par exemple, en écrivant « fi`ere » pour « fière ». En VIQR, l'apostrophe inversée était placée après, par exemple « e` » pour « è ».

La norme ISO 8859-1 inclut les caractères À, à, È, è, Ì, ì, Ò, ò, Ù et ù. Plusieurs dizaines d'autres lettres portant un accent grave sont disponibles avec Unicode. Cette norme inclut également un caractère accent grave pouvant se combiner avec d'autres caractères.

Sur certains claviers, l’accent grave possède une touche réservée destinée à être combinée avec une voyelle. Sur les claviers Azerty français et belges ou les claviers Qwerty canadien multilingue, le ù possède une touche pour lui seul alors qu'il n'est utile qu'à un seul mot de la langue française : .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Freeman G. Henry, Language, Culture, and Hegemony in Modern France, Summa Publications,‎ 2008, p. 22
  2. Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à 1900, A. Colin,‎ 1924, p. 123

Voir aussi[modifier | modifier le code]