Eszett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

Eszett

Image du caractère
Unicode
Code U+00DF
Nom LETTRE MINUSCULE LATINE S DUR
Bloc Supplément latin-1
(U+0080 à U+00FF)
Tracé
Symétrie aucune
Trait courbe

L’eszettphonétiquement [ɛsˈtsɛt] — est une lettre utilisée actuellement uniquement en allemand, également dénommée scharfes S (« s pointu ») dans cette langue. Elle représente une ligature de ss utilisée sous certaines conditions. ß ne doit pas être confondu avec la lettre grecque bêta en minuscule (β), à laquelle elle ressemble graphiquement, mais avec laquelle elle n'a en réalité aucun lien. En outre, ß a la particularité parmi les caractères latins de ne pas avoir de capitale (elle n'est donc pas bicamérale). En fait, dans un texte en capitales, la ligature disparaît et on écrit SS.

Exemple de ß en français : Naißance (état-civil de 1860).
ß en capitale sur la couverture du magazine Signa

Il existe aujourd’hui une capitale « LETTRE CAPITALE LATINE S DUR » quelquefois utilisée. Elle a récemment été intégrée au Consortium Unicode dans sa version 5.1 (U+1E9E).

Histoire[modifier | modifier le code]

La ß a deux origines différentes :

La ligature ſ + sß a d'ailleurs été utilisée dans des manuscrits en écriture antiqua, comme en français, avant que le s long ne disparaisse complètement dans l'imprimerie vers la fin du XVIIIe siècle (Il est encore utilisé dans la carte de Cassini).

Un ß dans la carte de Cassini de l'Andorre.

La ligature ſ + zß a été utilisée pour l'allemand dès le Moyen Âge. Initialement, elle avait été utilisée pour le son du s qui avait évolué d'un /t/ par conséquence de la seconde mutation consonantique. Quand la distinction entre ce son et l'/s/ ancienne se perdit, les graphies sz et ss se confondirent. Néanmoins on continua d'utiliser les deux. La distinction actuelle s'est formée seulement après beaucoup de siècles d'usage irrégulier. Par ailleurs, les frères Grimm soutinrent cette origine de la formation du ß dans leur dictionnaire, connu comme étant l'un des premiers de la langue allemande.

Le ß allemand s'utilisait avant tout en écriture gothique (par exemple en Fraktur). Dans l'écriture antiqua, souvent on ne l'écrivait pas, jusqu'à la fin du XIXe siècle quand l'orthographie allemande termina par la prescrire pour tous les textes allemands, qu'ils soient en écriture gothique ou antiqua.

Comme beaucoup d'écritures antiqua de l'allemand modelaient le caractère ß non d'après la ligature ſ+z de l'écriture gothique mais d'après la ligature ſ+s de l'écriture antiqua, les origines ſ+z de cette ligature sont souvent oubliées.[réf. nécessaire]

Orthographe allemande[modifier | modifier le code]

Dans l'orthographe allemande actuelle, ß est utilisé derrière une voyelle longue ou une diphtongue, tandis que ss est utilisé après une voyelle courte. Tous deux représentent le phonème /s/, tandis qu'un s isolé se prononcera /z/. Par exemple, Fuß (/fuːs/, « pied » en allemand) comporte une voyelle longue, tandis que Fluss (/flʊs/, signifiant « rivière ») comporte une voyelle courte.

Jusqu'à la réforme de l'orthographe allemande de 1996 (Neue Rechtschreibung), une règle supplémentaire prescrivait que ss ne soit employé qu'entre deux voyelles. Il devait dans les autres cas (en fin de mot ou devant consonne) être remplacé par ß, même derrière une voyelle courte. En conséquence, Fluss s'écrivait précédemment Fluß, bien que la voyelle soit courte. La nouvelle règle supprime l'irrégularité selon laquelle, sous l'ancienne orthographe, la forme plurielle Flüsse s'écrivait elle avec ss puisque le e, marque du pluriel, fait que le ss n'est plus à la fin du mot. De même, Ich lasse, du läßt (Je laisse, tu laisses) s'écrit aujourd'hui Ich lasse, du lässt.

Cette réforme rétablit la cohérence avec la notation des autres consonnes, qui sont simples après une voyelle longue et redoublées après une voyelle courte (par exemple, egal où le /a/ est long et Ball où le /a/ est court). Ce nouvel usage de ß est maintenant normalisé en Allemagne et en Autriche, bien que de nombreuses personnes, et même certains journaux[Lesquels ?], ne l'emploient pas. La Suisse et le Liechtenstein avaient supprimé complètement l'usage du ß dès la première moitié du XXe siècle et utilisent ss dans tous les cas.

Autres[modifier | modifier le code]

Panneau indicateur berlinois, ligature spéciale d'un ſ (S long) et d'un z dans le mot Straße (« rue »)

Le ß est également encore utilisé aujourd'hui pour écrire notamment le kekchi.[réf. nécessaire]

Il a été occasionnellement utilisé en d'autres langues sur les terres du Saint-Empire romain germanique. Sclessin par exemple, dans l'ancienne principauté de Liège, était régulièrement noté Scleßin sur les cartes.

L'entité de caractère nommée codant ß est ß et la référence numérique ß ou ß. Son point de code en ISO 8859-1 de même qu'en Unicode est x00DF. Son raccourci sur Windows est Alt+0223 ou Alt+225, sur un Mac est Alt+B. Sur GNU/Linux on peut utiliser la combinaison AltGr+s. Word pour Windows le propose en Ctrl + &, suivi de s.
En disposition de clavier bépo, quel que soit le système d’exploitation, ß est en Alt Gr + s et sa capitale, ẞ, en Maj + Alt Gr + s. (Le s du bépo est sur la touche k de l’azerty.)

Le ß sert aussi à remplacer un B en leet speak.

Représentations informatiques[modifier | modifier le code]

L’eszett peut être représenté avec les caractères Unicode (Supplément latin-1, Latin étendu additionnel) suivants :

formes représentations chaînes
de caractères
points de code descriptions
capitale U+1E9E U+1E9E lettre majuscule latine s dur
minuscule ß ßU+00DF U+00DF lettre minuscule latine s dur

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :