Point-virgule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir point et virgule.
Point-virgule
;
Graphies
Graphie ;
Codage
Nom Point-virgule
Unicode U+003B
Bloc Commandes C0 et latin de base

Le point-virgule est un signe de ponctuation représenté par une virgule surmontée d’un point, principalement utilisé pour séparer des propositions indépendantes dans une phrase.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le point-virgule a été inventé comme signe typographique par l’imprimeur italien Aldus Manutius pour deux usages : marquer qu’un mot est l’antonyme d’un autre, et séparer des propositions indépendantes dans une phrase.

Le signe est cependant bien plus ancien puisqu’on le rencontre déjà dans les manuscrits médiévaux comme signe d’abréviation, notamment pour la syllabe « et ». Ainsi, « deb; » se lisait « debet ». Le point-virgule est parfois aussi appelé point et virgule.

Un signe menacé ?[modifier | modifier le code]

La tendance actuelle est à l’emploi de phrases courtes, et donc à l’emploi exclusif du point et de la virgule. Sylvie Prioul en parle dans son livre La Ponctuation ou l’art d’accommoder les textes, y compris pour appeler à sauver ce signe[1]. Le 1er avril 2008, le site web Rue89 publie un canular[2] annonçant que l’usage du point-virgule dans les documents administratifs allait être obligatoire afin de sauvegarder ce signe[3]. Dans les échanges numériques, il est utilisé avec ou sans trait d'union et avec ou sans parenthèse fermante ou ouvrante de façon à former diverses expressions imagées appelées émoticônes (ou smiley en anglais), comme « ;-) », « ;) », « :-) », « :) », « :-( » ou « :( ».

Certains francophones accusent l’influence de l’anglais d’être responsable de cet abandon en français. Toutefois le problème est exactement le même dans les deux langues[4], et la même argumentation pour sauver le signe, qui est développée dans le livre Eats, Shoots & Leaves, dénonce cet abandon[5]. L'usage de l'Internet et particulièrement celui des forums de discussion, pourtant développé en anglais, s'est accompagné d'un emploi fréquent de l'acronyme 'TL;DR', parfois épelé 'TL,DR' voire 'TL:DR' ("Too Long; Didn't read"), qui signifie littéralement « trop long ; pas lu » et qui fait office de réponse cynique à un post jugé trop long relativement à son intérêt présumé . Il est aussi souvent utilisé par courtoisie comme titre d'un résumé synoptique minimal fourni par l'auteur d'un post jugé trop long (par lui ou par l'usage) pour la commodité du lecteur. La forme avec point virgule est de loin la plus utilisée[6].

Français[modifier | modifier le code]

Le point-virgule a plusieurs usages dans la grammaire française[7]. Entre autres :

  • il permet d’équilibrer logiquement une phrase un peu longue (particulièrement en poésie classique et romantique) ;
  • il peut servir de séparateur, dans une énumération en liste ouverte par le signe « deux-points », notamment si divers éléments de l’énumération (dans la phrase) nécessitent un ou plusieurs regroupements « logiques » successifs ;
  • il sert également à séparer des propositions indépendantes mais qui ont entre elles une relation faible, généralement une relation logique, une signification liée ;
  • on peut le trouver entre les prémisses d’un syllogisme ;
  • il remplace la virgule lorsque celle-ci prêterait à confusion comme après un nombre à virgule.

Dans la lecture à haute voix, le point-virgule est censé être accompagné d’une pause de durée intermédiaire entre la pause marquée sur une virgule et la pause marquée sur un point.

À l’écrit, il est toujours suivi d’une lettre minuscule, sauf, bien sûr, s’il s’agit d’un nom propre.

Du point de vue typographique (cf. ponctuation), le point-virgule est généralement précédé d’une espace fine insécable (ou d’une espace insécable), et suivi d’une espace sécable. Au Canada toutefois, la norme veut qu’il ne soit précédé d’aucune espace ou alors d’une espace fine[8].

Exemple d'utilisation de plusieurs points-virgule :

« Quand je sortis de ce Léthé, je me trouvai entre deux femmes ; les odalisques étaient revenues ; elles n’avaient pas voulu me réveiller ; elles s’étaient assises en silence à mes côtés ; soit qu’elles feignissent le sommeil, soit qu’elles fussent réellement assoupies, leurs têtes étaient tombées sur mes épaules. »

— Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, deuxième partie

Autres langues[modifier | modifier le code]

Grec[modifier | modifier le code]

En grec ancien et moderne, le signe point-virgule (;) est utilisé en lieu et place du point d’interrogation. Pour séparer deux parties de phrase, en grec on utilise le point en haut (·), là où en français ou en anglais on met un point-virgule ou deux-points[9].

Usage dans l'informatique[modifier | modifier le code]

Programmation[modifier | modifier le code]

Le point-virgule a un usage de « séparateur » dans divers langages informatiques : C, C++, Java, JavaScript, PHP, Cascading Style Sheets (CSS), Pascal etc. Par exemple en C++ :

int main(void) 
{
  int x, y;
  x = 1; y = 2;   // Deux instructions séparées par un point virgule
 
  std::cout << x << std::endl;
  return 0;
}

Dans beaucoup de langages, il est coutume d'écrire une seule instruction par ligne, ce n'est pas une obligation. Dans l'exemple ci-dessus, deux instructions sont placées sur la même ligne : cela est possible et conforme grâce au point virgule faisant office de séparateur.

Dans le langage Smalltalk, le point-virgule permet d’appeler des messages en cascades.

Dans beaucoup de langages procéduraux, il sert à marquer la fin d’une instruction.

En langage assembleur et en Common Lisp, le point-virgule introduit un commentaire : tout texte situé à droite du point-virgule ne sera pas considéré lors de l’exécution du code.

(defun f (x) ; définit une fonction f(x)
  (sin (/ (* x pi) 180))) ; retourne le sinus de x après l'avoir converti en radians

Autres usages[modifier | modifier le code]

Le point-virgule est utilisé pour plusieurs émoticônes, en particulier pour représenter le clin d’œil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un appel du mouvement contre la disparition du point-virgule | Rue89
  2. L'Élysée lance une mission pour sauver le point-virgule.
  3. À propos des réactions : Rue89 écaille son poisson d’avril : quelques victimes dans nos filets
  4. France says English disease should be brought to a full stop - Times
  5. « Sachez ponctuer, un point, c'est tout ! »
  6. (en) urban dictionnary - article sur tl;dr et similaires, 16 mai 2005, sur urbandictionary.com. Consulté le 20 mars 2013.
  7. Jean-Pierre Colignon, Un point c’est tout ! La ponctuation efficace, éd. CFPJ, 1993 (ISBN 2-85900-050-X)[réf. incomplète]
  8. « Espacement avant et après les principaux signes de ponctuation et autres signes ou symboles »
  9. (en) Punctuation, sur www.tlg.uci.edu, consulté le 24 février 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :