Transport en Algérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le transport en Algérie est diversifié vu la superficie de l'Algérie.

Même si quelques régions algériennes demeurent encore isolées en raison de l'absence d'infrastructure routière, le réseau routier algérien demeure l'un des plus denses du continent africain, sa longueur est estimée à 108 302 km de routes (dont 76 028 km goudronnées) et plus de 3 756 ouvrages d'art. L'autoroute Est-Ouest de 1 216 km permet de relier la ville d'Annaba de l'extrême Est jusqu'à la ville de Tlemcen à l'extrême Ouest.

Situation du réseau de transport[modifier | modifier le code]

Tableau général sur la situation du réseau de transport en Algérie[1].
Indicateur Valeur
Routes 118 306 km N et D et C
Autoroutes 2 451 km Année 2011
Nombre d’aéroports 35 aéroports dont 13 internationaux (2009)
Voies ferrées 4 200 km (dont 6 300 km en cour de construction fin ) (2014) Total 10 500 km
Nombre de ports 40 ports, 11 mixtes, 2 destinés aux hydrocarbures
Nombre de voitures 5,5 millions de véhicules (2009)
Source: Présidence de la République Algérienne et CIA World Factbook

Transport terrestre[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Autoroute est ouest en 3 vois
Nouvelle autoroute Est-Ouest reliant l'Est et l'Ouest de l'Algérie sur une distance de 1216 km.

Un des plus importants du Maghreb et d'Afrique, d'une longueur de 108 302 km, répartie sur 76 028 km de routes nationales/départementales et 32 274 km de routes secondaires, le réseau routier est en plein développement grâce au programme de modernisation des transports routier et ferroviaire qui prévoit la réalisation de l'Autoroute Est-Ouest de (1 216 km) l'autoroute des hauts plateaux de (1 330 km), et la réalisation de 19 000 km de route, ainsi la finition de la route transsaharienne (nord-sud).

L’Algérie sera traversée du Nord au Sud par la route transsaharienne. Cette route est promue par le gouvernement pour accroître le commerce entre les six pays traversés par la route transsaharienne (Algérie, Mali, Niger, Nigeria, Tchad et Tunisie).

Projet d'autoroute des hauts plateaux :

  • Longueur : 1330 km
  • Début des travaux 2009, achèvement en 2013
  • Coût du projet : quelque 11 milliards de dollars

Rocades et voies express :

  • Raccordement des autoroutes (est-ouest, hautes-plateaux, transsaharienne nord-sud, Routes du littoral...)
  • Début des travaux 2009, achèvement en 2013.

Bus[modifier | modifier le code]

Bus de l'ETUSA, la ligne 66 Place du 1er mai - Bachdjarrah (par Cité Amirouche), Alger.

Dans la majorité des villes, les bus privés et de l'État possèdent des lignes qui deservent la plupart des quartiers. Ainsi à Alger la compagnie nationale Entreprise de transport urbain et suburbain d'Alger (ETUSA) éprouve des difficultés face à la demande des citoyens[2]. Les mégabus ont été ajoutés au transport pour améliorer les services[3].Il existe dans les grandes villes comme Alger ou Oran de petites camionnettes blanches qui relient les différents quartiers entre eux.

Taxis[modifier | modifier le code]

Un taxi radio à Batna.

En Algérie il existe des taxis individuels et des taxis collectifs, ces derniers effectuant des trajets prédéfinis et les horaires n'étant pas fixes. Pendant les heures de pointe, il est indispensable de partager le taxi avec d’autres personnes. Il existe aussi dans les gares routières des grandes villes des taxis inter-wilayas reliant les grandes villes.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport ferroviaire en Algérie.

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

Locomotive de la SNTF à Sidi Bel Abbès.

Le réseau ferroviaire est estimé à 4 200 km en 2011, il connaît depuis peu une électrification au niveau de certains tronçons, ce qui doit conduire incessamment à l'installation de trains à grande vitesse qui devraient relier les villes les plus importantes du pays[4]. Le trafic du réseau ferroviaire est géré par la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF). Ce réseau s'étend sur 4 209 km et doté de plus de 200 gares couvrant surtout le nord du pays. Il est constitué de 2 888 km de voies normales dont :

  • 299 km de voies électrifiées
  • 305 km de voies doubles.
  • 1 085 km de voies étroites.

Il connaît depuis 2004 une électrification au niveau de certains tronçons, ce qui doit conduire incessamment à l'installation de trains à grande vitesse qui devraient relier les villes les plus importantes du pays (Bordj Bou Arréridj-Khemis Miliana, Boumedfaa-Djelfa, Touggourt-Hassi Messaoud, Oued Tlilat- frontières marocaines, Relizane-Tiaret-Tissemsilt, Oued Sly-Yellel, Alger-Annaba, Alger-Sétif-Tizi Ouzou, Alger-Oran, Oran-Tlemcen, etc.).

Parmi les projets ferroviaires en cours figurent notamment l'électrification de 1 000 km de voies ferrées, la réalisation de 3 000 km de chemins de fer.

Métro[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro d'Alger.

.

L'ouverture du métro d'Alger le 31 octobre 2011,reliant la Tafourah - Grande Poste à Haï El Badr d'une longueur de 9 km et desservant 10 stations, fera d'Alger la 1re ville du Maghreb à être équipée d'un métro souterrain. Son exploitation est assurée par RATP El Djazaïr filiale de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) pendant huit ans avec l’Entreprise du métro d’Alger[5].

Les travaux d’extensions de la ligne 1 du métro d'Alger avancent.Il s'agit de la 1reextension de la ligne 1 du métro d'une longueur de 4 km reliant Haï El Badr à El Harrach, la 2e extension de la ligne 1 d'une longueur de 3,7 km reliant Haï El Badr à Aïn Naâdja, et La 3e extension de la ligne 1 reliant Tafourah - Grande Poste vers la Place des Martyrs d'une longueur de 1 9 km [6].

L'entreprise du Métro d'Alger a lancée le 3 novembre 2011 un avis d'appel d'offres national et international pour la réalisation des études préliminaires relatives aux extensions de la ligne 1 du métro d'Alger. Il s'agit des extensions d'El Harrach à Bab Ezzouar, Aïn Naâdja à Baraki et Place des Martyrs à Bab El Oued - Chevalley[7].

L'Algérie vient de lancer un autre projet phare dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014, qui est le Métro d'Oran. Un avis d'appel d'offres national et international a été lancée par l'Entreprise du Métro d'Alger(EMA), le 12 septembre 2010 pour la désignation d'un bureau d'études pour la réalisation du métro d'Oran[8] Un bureau d'études espagnol, en l'occurrence SENER, a été retenu le 8 juillet 2012 pour la réalisation du métro d'oran. Le tracé du futur métro partira de haï Bouamama jusqu’au pôle universitaire de Belgaïd d'une longueur de 17 km et desservant 20 stations[9]

Tramway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des tramways en Algérie.
Rame du Tramway d'Oran.
Rame du Tramway d'Alger.

Dans le cadre du plan quinquennal (2010-2014), l'Algérie a lancé un autre plan de développement et modernisation du transport en commun urbain ou interurbain circulant sur des voies ferrées, le Tramway.

Le tramway d'Alger est un système de transport en commun desservant l'agglomération d'Alger. En 2012, il comprend une ligne de 16,2 km et 28 stations et devrait s'étendre sur 23 km et comprendre 38 stations[10]. Le tramway de Constantine est un projet de transport en commun desservant l'agglomération de Constantine, il est en construction depuis 2008. Les premiers essais techniques du tramway de Constantine ont été effectués le 30 mai 2012, son tracé comprend une ligne de 9 km et 10 stations[11]. Le tramway d'Oran est un autre projet de transport en commun desservant l'agglomération d'oran, il est le plus long du pays avec une distance globale de 48 km[12], il est en service depuis mai 2013.

Plusieurs villes comme Sidi Bel-Abbès, Batna, Ouargla, Mostaganem, Sétif et Annaba se doteront du tramway, il a été procédé dernièrement à l'élaboration d'études techniques de projets de tramways concernant ces six villes du pays et d'autres études appropriées seront entamées pour des projets de tramways dans huit autres wilayas[13]. Un accord de partenariat a été signé le 14 novembre 2010 par l’entreprise du métro d’Alger (EMA), l’entreprise Ferrovial et le groupe français Alstom, pour l'assemblage de tramway au niveau du complexe Ferroviaire d'Annaba[14].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Aéroports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des aérodromes algériens.

L'Algérie compte 35 aéroports, dont 13 internationaux qui sont tous gérés par l'Établissement de gestion de services aéroportuaires. Le plus important est l'Aéroport d'Alger avec une capacité, depuis 2006, de 6 millions de passagers par an.

Compagnies aériennes[modifier | modifier le code]

Avion Airbus A330 de la compagnie Air Algérie.
Avion Dash8-Q400 de la compagnie Tassili Airlines.

La compagnie aérienne nationale Air Algérie domine quant à elle le marché du transport aérien qui compte depuis son ouverture à la concurrence Huit (08) autres compagnies privées. Elle s'occupe de plusieurs lignes vers l'Europe, l'Afrique, le Canada, la Chine, le Moyen-Orient. Plusieurs compagnies aériennes étrangères ont des vols vers l'Algérie(Tunisair, Royal Air Maroc, Air France, Air Italy, Aigle Azur,Air Méditerranée,Vueling Airlines, Lufthansa, Turkish Airlines, British Airways, etc.).

Depuis octobre 2011, le ministère des transports à autorisé la compagnie aérienne algérienne Tassili Airlines filiale de la compagnie pétrolière Sonatrach a effectuer des vols grand public[15],en plus de ces vols réguliers domestiques et le transport des ouvriers vers les gisements de pétrole et de gaz du Sahara algérien.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

La Compagnie nationale algérienne de navigation (CNAN) et Algérie Ferries sont des acteurs du transport maritime en Algérie. Plusieurs transbordeurs font la liaison des passagers vers les côtes européennes ainsi que le transport de marchandises à travers le monde[16].

Le trafic maritime de marchandises[modifier | modifier le code]

La quasi-totalité du commerce international est réalisé par la voie maritime, via onze ports de commerce : Alger, Oran, Annaba, Skikda, Arzew/Bethioua, Béjaïa, Mostaganem, Ghazaouet, Jijel, Ténès et Dellys. À l'exception des terminaux gaziers et pétroliers, il y eut très peu de travaux d'aménagements des infrastructures portuaires. Il n'y a pas de transport maritime en cabotage ni pour les marchandises (à l'exception du gaz) ni pour les passagers (malgré quelques tentatives de courtes durées et des projets inachevés).

La CNAN est créée en 1964, qui se voit attribuer le monopole du transport maritime (marchandises, passagers et hydrocarbures) ainsi que le remorquage, la manutention portuaire et les activités annexes au transport maritime (consignation maritime, avitaillement de navires, etc.). À cette époque les ports sont gérés par un organisme d'État unique : l'Office National des Ports (ONP). Au milieu des années 1980, la CNAN est divisée en trois compagnies : la SNTM/CNAN chargée du transport des marchandises, l'ENTMV chargée du transport maritime de passagers qui prendra plus tard le label d’Algérie Ferries et la SNTM/HYPROC qui est chargée du transport maritime des hydrocarbures et produits chimiques).

Le remorquage est attribué aux ports, la manutention et l'accostage portuaire de tous les ports sont dévolus à la Société nationale de manutention (SONAMA). Les ports deviennent des Sociétés par actions (SPA) autonomes qui prendront aussi en charge la manutention et le remorquage. La Consignation maritime est dévolue quant à elle à l'Entreprise nationale de consignation et d'activités annexes au transport maritime (ENCAATM) qui prendra plus tard le nom de Générale Maritime (GEMA) et qui gardera le monopole de son activité jusqu'en 1997. La Société nationale de transit et de magasinage (SONATMAG) dont l'activité est clairement définie dans son appellation prendra plus tard le nom de la Maghrébine de transport et auxiliaire (MTA).

Transport maritime des voyageurs[modifier | modifier le code]

Le pouvoir publique avait la mainmise sur le transport maritime des voyageurs entre l'Algérie et la France par le biais de l'entreprise publique Algérie Ferries. Cependant, suite au boom migratoire des années 2000, ses capacités ce sont révélées insuffisantes et les autorités publiques ont dû ouvrir leur ports a des concurrents. La flotte de la compagnie Algérie Ferries compte trois ferries récents : El Djazair II, Tariq Ibn Ziyad, Tassili II et le Kriti II, et les Ports desservis par la compagnie sont: Alger ; Oran ; Béjaïa ; Skikda ; Annaba en Algérie Marseille ; Toulon en France, Alicante en Espagne et Gênes en Italie. L’Algérie va acquérir trois navires en 2014 afin d'augmenter sa part sur le marché international[17].

Transport par câble[modifier | modifier le code]

Téléphériques[modifier | modifier le code]

L'Algérie a accordée un intérêt particulier au transport par câble vu que c’est un mode de transport écologique, sécurisé et touristique. Elle possède deux systèmes de transport par câble, la télécabine et le téléphérique à Alger, Constantine, Skikda, Annaba, Tlemcen et Oran. Certains téléphériques et télécabines ont fait l’objet d’une rénovation technologique comme les téléphériques d'Alger à El Madania, le Mémorial du martyr, celui de Bologhine et la Télécabine de Constantine.

L’Algérie sera doté, au fil des années à venir, d’un programme de projets neufs, de modernisation et de maintenance de tous les téléphériques du pays. En effet, beaucoup d'ouvrages viendront renforcer le moyen de transport en commun par câble du pays[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) - http://www.elmouradia.dz/, site de la présidence de la République algérienne.
  2. BTCCTB
  3. Algérie dz
  4. Trains à grande vitesse en Algérie
  5. Abdelaziz Bouteflika inaugure le métro d'Alger, Mélanie Matarese , Le Figaro, le 31 octobre 2011
  6. Extension du Métro d'Alger : Fin des travaux du trançon Haï El Badr-El Harrach, Saïd.B , Le Maghreb, le 15 avril 2012
  7. Métro d'Alger : Appel d'offres pour la réalisation des extensions, El Moudjahid, le 5 novembre 2011
  8. Le métro d'Oran bientôt en chantier , D.T. , Le Maghreb, le 13 septembre 2010.
  9. Métro d’Oran L’espagnol Sener retenu , Reguieg-Issaad. K. , Journal Liberté, le 7 juillet 2012.
  10. Un 2e tronçon du tramway d’Alger en service le 15 juin ,La rédaction, El watan, 26 mai 2012
  11. La mise en service prévue pour le premier trimestre 2013 ,Ratiba.B, El watan, 2 mai 2012
  12. Tramway d’Oran : Dernière ligne droite ,M. Koursi, El Moudjahid, 27 mai 2012
  13. Lancement prochain de 14 projets de tramways, S.H., S.H., 29 mai 2010
  14. Alstom créé une filiale commune avec Ferrovial pour assembler les tramways algériens, Frédéric Dubessy, Econostrum.info, 15 novembre 2010
  15. Algérie: Tassili Airlines se lance dans les vols grand public. Site internet d'Air Journal. Consulté le 5/10/2011.
  16. Algérie Ferries
  17. , Transport maritime L’Algérie va acquérir trois navires en 2014, Rédaction Nationale, Journal Liberté, 20 juillet 2014
  18. Algérie - Mise à niveau des téléphériques et projets en cours, Synthèse de l'article - Équipe Algerie-Monde.com, D'après El Watan. www.elwatan.com. Par M. Tchoubane , Le 3 décembre 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]