Alitalia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alitalia

Logo de cette compagnie

The pleasure of flying "made in Italy"

AITA OACI Indicatif d'appel
AZ AZA ALITALIA
Repères historiques
Date de création 1946 (ALII - Aerolinee Italiane Internazionali)
1957 (Alitalia - Linee Aeree Italiane)
2009 (Alitalia - Compagnia Aerea Italiana)
2009 (Alitalia - Linee Aeree Italiane)
Généralités
Basée à Aéroport Léonard-de-Vinci
Programme de fidélité MilleMiglia
Alliance SkyTeam
Taille de la flotte 139 (130 Alitalia, 9 en livrée Air One)
Nombre de destinations 101 destinations
Siège social Drapeau de l'Italie Fiumicino[1]
Société mère Compagnie aérienne italienne
Société sœur Air One
Alitalia CityLiner
Effectif 12.628 (2009)
Dirigeants Roberto Colaninno président,
Gabriele Del Torchio directeur général
Site web www.alitalia.aero
Données financières
Chiffre d'affaires 2 921 M€ (2009)[2]
Résultat net -326 M€ (2009)[2]

Alitalia (actuel nom complet : Alitalia - Compagnia Aerea Italiana S.p.A., ancien nom complet : Alitalia - Linee Aeree Italiane S.p.A., n'est plus cotée en bourse, BIT : AZA10) est la principale compagnie aérienne italienne, créée en 1946, en voie de privatisation depuis le 5 décembre 2006 et dont les actifs ont été rachetés par la Compagnie aérienne italienne[3] le 1er décembre 2008, avec transfert à la nouvelle compagnie le , fusionnée avec Air One.

Depuis juillet 2001, elle fait partie de l’alliance SkyTeam (comme le groupe Air France-KLM, Aeroflot, China Southern Airlines, Delta Air Lines, Korean Air, AeroMexico ou CSA Czech Airlines) et est également membre de SkyTeam Cargo. Son chiffre d’affaires s’élève à plus de 5 milliards d’euros. Sa flotte comprend 142 appareils en opération et l’effectif du personnel était d'environ 12 500 employés. Elle transporte plus de 24 millions de passagers par an.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 5 mai 1947, le premier vol de la compagnie est effectué sur un Fiat G.12 qui porte le nom d’Alcione et qui décolle de Turin pour Rome puis rejoint Catane en Sicile. Le 6 juillet de la même année, le premier vol international est un Rome-Oslo. L’année suivante, en mars, un Avro Lancastrian inaugure le premier vol intercontinental, sur la route Milan, Rome, Dakar, Natal, Rio de Janeiro, São Paulo, Buenos Aires en 35 heures de vol.

Création et développement[modifier | modifier le code]

Si le nom de la compagnie peut remonter à celui de la Società Area Avio-Linee Italiane (ALI) créée dans les années vingt du XXe siècle, sous l’impulsion de Fiat, la société actuelle n’a été créée qu’après la Seconde Guerre mondiale, en 1946, avec l’appui de Trans World Airlines (TWA) et de British European Airways (BEA) qui financèrent les deux principales compagnies italiennes opérationnelles en 1947, avec des avions Fiat G-12 loués à l’armée de l’air italienne :

  • Aerolinee Italiane Internazionali (ALI ou Alitalia) — BEA apporte 30 % du capital —
  • et Linee Aeree Italiane (LAI) — qui finirent par fusionner en septembre 1957.

Après cette fusion en 1957, Alitalia devint la compagnie aérienne nationale. En 1960, elle adopta les premiers jets, en opérant le Douglas DC-8 et la Caravelle, un avion français. La compagnie dépassa le million de passagers par an la même année. Elle s’éloigna de ses investisseurs britanniques dans les années soixante pour devenir une compagnie entièrement à capitaux italiens à la fin de la décennie. À ce moment, elle était devenue la 3e plus grande compagnie en Europe (en passagers/km transportés). Mais la dérégulation internationale des années soixante-dix fut assez rude pour la compagnie. Elle rata ses différentes tentatives de diversification dans le tourisme ou au travers de compagnies plus petites comme Aermediterranea, formée en mars 1981 (55 % du capital appartenant à Alitalia et 45 % à ATI) avec sept DC-9-30 provenant de la flotte Alitalia[4].

Obligée de réduire drastiquement ses opérations, elle se limita à partir de 1996 au seul transport aériens de passagers et de fret. Le 1er novembre 1996, sa filiale Avianova fut baptisée Alitalia Team, une compagnie aérienne à bas coûts disposant de 9 ATR-42, 4 ATR-72, 5 Fokker 70, 1 Boeing 767, 14 Airbus A321 et 7 MD-82 (ces trois derniers types d’avions étant prêtés par la maison mère). Puis en 1997, elle créa Alitalia Express, une compagnie régionale à bas coûts. Alitalia Team S.p.A. a fini par être absorbée avec Alitalia S.p.A. alors qu’Alitalia Express S.p.A. subsiste en tant que société mais sans avoir une importante autonomie d’image.

Difficultés économiques et privatisation[modifier | modifier le code]

Après un mariage avorté avec KLM en 2001 (avec une forte pénalité infligée à KLM, versée à Alitalia), Alitalia est entrée dans une spirale descendante, aggravée par la réduction du marché après le , avec pour l’exercice 2003 une marge opérationnelle négative, égale à -9,4 % du chiffre d’affaires. La crise s'accentue en 2006, avec un premier semestre catastrophique, avec pour conséquence une perte de 10 % de sa valeur en bourse en une journée le 13 septembre 2006. La compagnie souffre d’une taille trop petite, de l’éclatement de ses activités sur deux plates-formes principales (hubs), Milan-Malpensa et Rome-Fiumicino, et de la situation excentrée de l’Italie pour les lignes transatlantiques. Elle est en outre durement attaquée par les compagnies à bas coûts — à l’international, telle Ryanair qui assure 13 % des liaisons internationales de et vers l’Italie (contre 20 % pour Alitalia) et sur le marché national, par des compagnies comme Meridiana ou Air One, où sa part de marché n’excède pas 50 %. La fusion, un temps projetée, avec le couple Air France-KLM a échoué en 2008 après d'âpres discussions, pour finalement voir le jour le 12 janvier 2009, avec une prise de participation à hauteur de 25 % par le groupe franco-néerlandais.

Pour redresser cette société publique en grande difficulté économique depuis 2003, le gouvernement italien a d'abord désigné en mai 2004 Giancarlo Cimoli, précédemment président des Ferrovie dello Stato (chemins de fer), comme président et administrateur délégué (qui a tenu ce poste jusqu'en février 2007). Plus de 5 000 licenciements ont été envisagés pour éviter la faillite de la compagnie (chiffre ensuite réduit à 3 500 seulement après accord avec les syndicats fin septembre 2004). Massimo Chieli, le directeur des ressources humaines, a détaillé le plan de relance, en précisant que la compagnie aérienne serait divisée en deux sociétés : Alitalia Fly (11 700 employés) pour le transport proprement dit, et Alitalia Service (9 000 employés) pour les activités au sol. C’est à partir de cette scission que serait pratiquée, entre 2005 et 2006, le dégraissage concernant un quart des effectifs : 1 570 suppressions d’emplois pour Alitalia Fly, dont 450 pilotes et 1 050 personnels navigants commerciaux (PNC : hôtesses et stewards) et 3 430 chez Alitalia Service. Une bonne partie des activités de cette dernière filiale devrait être externalisée. L’objectif est d’économiser chaque année environ 315 millions d’euros sur la masse salariale et de rapprocher les coûts d’exploitation d’Alitalia de ceux des compagnies européennes équivalentes.

Une augmentation de capital pour redresser les finances de la compagnie s'est déroulée du 14 novembre au , selon les résultats provisoires communiqués par Monte Titoli S.p.A., les parts souscrites représentent 1 250 160 756 sur un total de 1 257 562 072 parts proposées, pour une valeur totale de 1 000 128 604,80 euros (99,4 % de l'offre).

Le 5 décembre 2006, la société a été placée dans une procédure de privatisation (elle appartient encore au Trésor italien en novembre 2008). 11 repreneurs potentiels se sont fait connaître suite à l'appel d'offres. Un nouveau conseil d'administration a été formé par le ministère de l'Économie, avec comme nouveau président Berardino Libonati. « En référence à l'assemblée des actionnaires d'Alitalia Linee Aeree Italiane SpA, convoquée les 22 et 28 février 2007, le ministère de l'Économie communique qu'il déposera auprès du siège de la société, la liste suivante : 1. Berardino Libonati (président) ; 2. Aristide Police ; 3. Giovanni Sabatini ; 4. Carlo Santini ; 5. Luciano Vannozzi ». Ce serait le ministre lui-même, Tommaso Padoa-Schioppa, à avoir démandé à Berardino Libonati de devenir le nouveau président d'Alitalia.

Le 13 février, le Trésor public italien annonce que seuls 5 candidats (sur 11) sont invités à préciser leur offre pour la mi-avril en matière de privatisation. Ces repreneurs étaient :

  • AP Holding de Carlo Toto, propriétaire d'Air One ;
  • M&C Management & Capitali Spa - Cerberus European Investments LLC - ELQ Investors Ltd - Lefinalc Spa (ce dernier avec à la tête Alcide Leali) ;
  • MatlinPatterson Global Advisers LLC ;
  • Texas Pacific Group Europe LLP ;
  • Unicredit Banca Mobiliare Spa.

Le 14 février 2007, le ministre italien de l'Économie annonce que cette deuxième phase durera 9 ou 10 semaines et se terminera à la mi-avril avec l'évaluation des offres préliminaires. Le contrat de privatisation devrait être conclu pour la mi-juin. La meilleure offre économique ne sera pas « le premier élément d'évaluation » afin de chosir l'acquéreur. Il précise que l'État italien achète en quelque sorte un plan industriel avec ses qualités. Le ministre a rappelé qu'Alitalia a accumulé des pertes entre 1996 et 2006 égales à 3,2 milliards tandis que les actionnaires ont versé 4,5 milliards d'euros. Le Trésor n'exclut pas de conserver une quote-part mais l'État italien cédera bien le contrôle de la compagnie.

La compagnie aérienne russe Aeroflot a exprimé en avril 2007 son souhait de devenir copropriétaire d'Alitalia : cette nouvelle a été rendue publique par Unicredit, un des principaux groupes financiers d'Europe doté de 1 000 milliards de dollars d'actifs et associé de la compagnie aérienne russe dans le projet. Le directeur général d'Aeroflot, Valeri Okoulov, a déclaré qu'un troisième partenaire pourrait rejoindre le tandem Aeroflot-Unicredit[5]. La compagnie russe et Unicredit se sont retirés de la course le 27 juin 2007, faute d'informations fiables. Faute de repreneurs, la privatisation est arrêtée le 18 juillet 2007. Mais des négociations exclusives avec le groupe Air France-KLM débutent le 29 décembre 2007.

Tout le 1er trimestre 2008 a été l'objet de négociations entre Air France représentée par Jean-Cyril Spinetta avec le gouvernement Prodi sortant et les syndicats de la compagnie. Mais à la veille des élections générales italiennes de 2008, les exigences des syndicats ont enlisé le rachat par Air France qui était devenu un enjeu électoral. Air France-KLM retire son offre le 21 avril 2008. La victoire de Berlusconi et surtout les succès de la Ligue du Nord qui soutient le hub de Malpensa pourraient aboutir à d'autres pistes comme celle d'Aeroflot.

Le 30 mai 2008, la privatisation est relancée. En août 2008, après une modification de la loi sur les faillites, la compagnie est placée sous la tutelle de l'État, avec la nomination d'un « commissaire extraordinaire » (administration judiciaire) pour la diriger en la personne d'Augusto Fantozzi. Le 15 septembre 2008. la compagnie fortement endettée, y compris pour payer son carburant, obtient la signature d'un plan de restructuration industrielle qui porterait les effectifs de la nouvelle compagnie, baptisée Compagnie aérienne italienne (CAI) et dirigée par Roberto Colaninno à 12 500 salariés au lieu des 19 000 que comptait Alitalia. Ces 12 500 se décomposent en 1 550 pilotes, 3 300 hôtesses et stewards et 7 650 techniciens.

Mais le 18 septembre 2008, la CAI retire son offre, après un ultimatum avec les syndicats. Son conseil d'administration, présidé par Roberto Colaninno, refuse la contre-proposition à peine reçue de la CGIL et des syndicats autonomes. Le ministre du travail, Maurizio Sacconi déclare alors : « La voie est ouverte pour la faillite »[6].

Le 19 novembre 2008, Claudio Scajola annonce, au nom du gouvernement italien que le prix de la cession des actifs d'Alitalia à la CAI est fixé à 1 052 millions d'euros (au lieu du milliard exact annoncé précédemment), après une meilleure évaluation de leur valeur.

Le 20 novembre 2008, Augusto Fantozzi accepte formellement l'offre de la CAI : cette dernière paiera 100 millions d'euros au comptant, 327 millions d'euros étant le complément provisoire à payer dans les six mois (et pour partie, à 24 mois) et 625 millions seront les dettes hypothécaires. Cela représentera 936 millions pour la seule Alitalia, 57 millions d'euros pour Alitalia Servizi, 6 millions pour Alitalia Airport, 20 pour Alitalia Express et 33 pour le groupe Volare. La date de fin des opérations pour Alitalia SpA était prévue au 30 novembre 2008 : à partir du 1er décembre 2008, tous les coûts auraient dû être supportés par la société présidée par Roberto Colaninno. Tous les droits de décollage et d'atterrissage (et tout le trafic) à l'exception du fret sont prévus dans cette acquisition, y compris 93 aéronefs (évalués 625 millions) dont 64 pour lesquels Alitalia est propriétaire (même si certains sont hypothéqués) et 29 en leasing opérationnel. L'activité fret sera cédée à part de même que certaines activités annexes, évaluées entre 500 et 700 millions d'euros.

En réalité le gouvernement italien annonce début décembre, que la reprise effective par la CAI ne se fera qu'après les fêtes (en fait au 13 janvier 2009). En attendant, l'association européenne des compagnies aériennes annonce le 3 décembre 2008 qu'Alitalia a perdu 33,8 % de passagers en octobre (et - 20,7 % pour les dix premiers mois de l'année 2008). Un grand nombre de vols sont annulés, sans préavis, depuis l'automne. Un reportage de La Repubblica, publié en juillet 2011, se basant sur les révélations de WikiLeaks et notamment sur des télégrammes diplomatiques de l'ambassadeur américain en Italie, démontre que ce montage financier a été organisé par le gouvernement italien, au plus haut niveau, afin de favoriser des capitalistes « amis » qui bénéficient des principaux actifs rentables et pour faire reposer l'essentiel de la dette colossale sur l'État italien.

En janvier 2009, Le groupe Air France-KLM achète 25 % de la Cai pour environ 300 millions d'euros, en devenant ainsi le premier actionnaire de la nouvelle compagnie.
Elle disposera de 3 représentants au conseil d'administration et deux au comité exécutif.
Le 31 décembre 2008, la CAI a signé l'achat définitif d'Air One et des autres sociétés (Air One Cityliner, European Avia Service et Air One Technic), pour 300 millions plus la prise en compte de 490 millions de dettes hypothécaires.
Le groupe Toto fournira en leasing opérationnel 81 Airbus supplémentaires (dont 57 A320 et 24 Airbus long-courrier, dont des A350). Le groupe Toto réinvestira 60 millions d'euros dans la nouvelle Alitalia[7].

Grands arrêts du Conseil d’État[modifier | modifier le code]

- Compagnie Alitalia - p. Rec. Lebon 44
Analyse : Par la décision Compagnie Alitalia, le Conseil d'État institue la faculté pour tout administré de demander, sans condition de délai, à l’administration d’abroger les actes réglementaires illégaux dès l’origine ou devenus illégaux du fait d’un changement dans les circonstances de fait ou de droit.

La demande de la compagnie Alitalia concernait des remboursements de TVA qui lui avaient été refusés par l’Administration sur le fondement de dispositions issues de l’annexe II au code général des impôts. La compagnie Alitalia estimait que ces dispositions réglementaires étaient contraires à la sixième directive du Conseil des communautés européennes relative à l’harmonisation des législations des États-membres en matière de TVA du 17 mai 1977. La société avait donc saisi le juge administratif de l’annulation de la décision par laquelle l’administration avait refusé d’abroger les dispositions de l’annexe II objet du litige.

Évolutions et alliances avec Air France[modifier | modifier le code]

un A 319-100 de la compagnie

À la suite d’un séminaire gouvernemental franco-italien de janvier 2005, la reprise de l’alliance entre le groupe Air France et Alitalia a été confirmée par les deux gouvernements.

« L’Alitalia a ses problèmes à résoudre et nous les résoudrons », a déclaré Silvio Berlusconi, et ensuite on se dirigera vers l’intégration pour créer une unique compagnie franco-italienne, propos confirmés par Jean-Pierre Raffarin. Du coup, les actions d’Alitalia s'étaient envolées. L’administrateur délégué, Giancarlo Cimoli a confirmé ces propos en marge du sommet : « une fois que la société aura une situation plus positive d’un point de vue comptable, elle vaudra davantage et elle ira vers l’alliance avec KLM et Air France ».

Alitalia et Air France sont déjà liées par un accord commercial de 2001, renforcé par un échange d’actions de 2 % (2003) qui dispose la présence des deux présidents dans les conseils d’administration respectifs. Mais la fusion avait été reportée alors que celle avec KLM s’est faite en septembre 2004. Cet accord commercial prévoit notamment de développer un système multi hub, basé sur les aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, aéroport de Milan Malpensa, aéroport de Rome Fiumicino et le développement du partage de code en Europe et dans les vols intercontinentaux.

Pour les vols entre l’Italie et la France, les compagnies opèrent en coentreprise. Il y a actuellement 582 vols hebdomadaires dont 30,6 % sont assurés par Alitalia, mais Cimoli a récemment souhaité que ce partage des vols soit mieux équilibré.

En novembre 2005, Air France a annoncé qu'elle participerait à l'augmentation de capital prévue en décembre de façon à ne pas diluer sa participation de 2 % qu'elle souhaitait maintenir.

Fin 2006, début 2007, avec la privatisation annoncée de la compagnie par le gouvernement italien, le PDG d'Air France démissionne du conseil d'administration d'Alitalia et Cimoli fait de même pour Air France, afin de ne pas être juges et parties. Onze repreneurs sont annoncés, dont le groupe Toto (Air One). Une fusion entre Air France - KLM et Alitalia est pressentie. Le gouvernement italien lance la procédure d'appel d'offres pour cette privatisation. Et en janvier 2007, premier rebondissement, Air France renonce dans un premier temps à participer à cet appel d'offres et la fusion n'est plus à l'ordre du jour. Les accords de coopération de 2001 et 2003 restent toutefois en vigueur.

Fin 2007, l'idée d'un rachat de la compagnie par Air France-KLM semble à nouveau acquise. Alitalia donne son accord en mars 2008[8], mais suite à l'échec des négociations le 2 avril 2008 entre le groupe franco-hollandais et les syndicats, l'acheteur renonce au projet (officialisé le 21 avril 2008). Alitalia sera désormais probablement soumise à la loi Marzano[9]. La cotation de la compagnie est suspendue et le gouvernement de Romano Prodi accorde d'urgence un prêt de 300 millions d'euros à Alitalia, au prix du marché, remboursable en décembre 2008, sur demande du futur Président du conseil Silvio Berlusconi.

Selon le quotidien économique Il Sole 24 Ore du 18 novembre 2008, le groupe Air France-KLM serait, après de multiples rebondissements, in fine, le partenaire aérien choisi par la CAI, en prenant une participation de 20 % dans la nouvelle compagnie italienne (soit environ 200 millions d'euros). La nouvelle Alitalia, fusionnée avec Air One de Carlo Toto, aura un capital de 1,1 milliard d'euros, financé par la banque d'affaires Mediobanca. Mais le même jour, Silvio Berlusconi, juste après un sommet germano-italien, semble donner sa préférence à une alliance avec Lufthansa : un de ses porte-parole précise juste après que c'est la CAI et non le gouvernement qui négocie cette éventuelle alliance[10].

Le 2 janvier 2009, La Repubblica et les autres quotidiens italiens annoncent avec certitude un achat d'Air France à hauteur de 300 millions d'euros[11] (25 % de la CAI), ce qui en fera l'actionnaire principal de la nouvelle compagnie.

Le 12 janvier 2009, le groupe Air France-KLM annonce devenir actionnaire minoritaire d'Alitalia à hauteur de 25 %[12].

Début novembre 2010, l'administrateur délégué d'Alitalia, Rocco Sabelli a annoncé qu'il souhaitait que les deux groupes fusionnent, mais les actionnaires s'y opposent pour le moment[13].

Le 17 décembre 2011 : Alitalia a mené des pourparlers à haut niveau sur une possible fusion avec Air France, qui détient déjà le quart du capital de la compagnie aérienne italienne, a rapporté samedi le quotidien Il Messaggero. "La mission d'Alitalia à Paris pour un mariage avec Air France", a titré le journal, expliquant que des responsables d'Alitalia ont rencontré vendredi à Paris le patron du groupe Air France-KLM, Jean-Cyril Spinetta. Gaetano Micciche, responsable de la branche investissement de la banque Intesa Sanpaolo, qui a contribué à la mise au point de l'accord de 2008 qui a sauvé Alitalia d'une imminente banqueroute, participait à ces entretiens, selon le journal.

Réseau[modifier | modifier le code]

Routes Alitalia - Compagnia Aerea Italiana (saison IATA été 2013)
29 domestiques

Drapeau de l'Italie Alghero-AHO • Ancône-AOI • Bari-BRI • Bergame-BGY • Bologne-BLQ • Brindisi-BDS • Cagliari-CAG • Catane-CTA • Crotone-CRV • Florence-FLR • Gênes-GOA • Lamezia Terme-SUF • Lampedusa-LMP • Milan-LIN • Milan-MXP • Naples-NAP • Olbia-OLB • Palerme-PMO • Pantelleria-PNL • Pescara-PSR • Pise-PSA • Reggio de Calabre-REG • Rome-FCO (hub) • Salern-QRS • Turin-TRN • Trapani-TRS • Trieste-TRS • Venise-VCE • Vérone-VRN

57 destinations internationales

Drapeau de l'Algérie Alger-ALG • Drapeau : Jordanie Amman-AMM • Drapeau des Pays-Bas Amsterdam-AMS • Drapeau de la Turquie Antalya-AYT (à partir du 15 Juin 2013) • Drapeau de la Grèce Athènes-ATH • Drapeau de l'Espagne Barcelona-BCN • Drapeau du Liban Beyrouth-BEY • Drapeau : Serbie Belgrade-BEG • Drapeau de l'Allemagne Berlin-TXL • Drapeau de l'Espagne Bilbao-BIO • Drapeau de la Belgique Bruxelles-BRU • Drapeau : Roumanie Bucarest-OTP • Drapeau de la Hongrie Budapest-BUD • Drapeau de l'Égypte Le Caire-CAI • Drapeau : Maroc Casablanca-CMN • Drapeau du Danemark Copenhague-CPH • Drapeau : Syrie Damas-DAM • Drapeau : Tunisie Djerba-DJE (à partir du 15 Juin 2013) • Drapeau de l'Arménie Erevan-EVN • Drapeau de l'Allemagne Francfort-sur-le-Main-FRA • Drapeau de la Suisse Genève-GVA • Drapeau de l'Espagne Ibiza-IBZ • Drapeau de la Russie Iekaterinbourg-SVX • Drapeau de la Turquie Istanbul-IST • Drapeau : Ukraine Kiev-KBP • Drapeau de la Pologne Cracovie-KRK • Drapeau du Royaume-Uni Londres-LCY • Drapeau du Royaume-Uni Londres-LHR • Drapeau de la France Lyon-LYS • Drapeau de l'Espagne Madrid-MAD • Drapeau de l'Espagne Malaga-AGP • Drapeau : Malte Malte-MLA • Drapeau de la France Montpellier-MPL • Drapeau de l'Allemagne Munich-MUC • Drapeau de la Russie Moscou-SVO • Drapeau de la France Nice-NCE • Drapeau de l'Algérie Oran-ORN • Drapeau de l'Espagne Palma de Majorque-PMI • Drapeau de la France Paris-CDG • Drapeau de la France Paris-ORY • Monténégro Podgorica-TGD (à partir du 1 Juin 2013) • Drapeau de la République tchèque Prague-PRG • Drapeau de la Grèce Rhodes-RHO • Drapeau de la Russie Saint-Pétersbourg-LED • Drapeau de la Grèce Salonique-SKG • Drapeau de la Bulgarie Sofia-SOF • Drapeau de la Géorgie Tbilissi-TBS • Drapeau de l’Iran Teheran-IKA • Drapeau d’Israël Tel Aviv-TLV • Drapeau de l'Albanie Tirana-TIA • Drapeau de la France Toulouse-TLS • Drapeau de la Libye Tripoli-TIP • Drapeau : Tunisie Tunis-TUS • Drapeau de l'Espagne Valence-VLC • Drapeau de la Pologne Varsovie-WAW • Drapeau de l'Autriche Vienne-VIE • Drapeau de la Suisse Zurich-ZRH

16 destinations intercontinentales

Drapeau : Émirats arabes unis Abou Dabi-AHU • Drapeau du Ghana Accra-ACC • Drapeau des États-Unis Boston-BOS • Drapeau de l’Argentine Buenos Aires-EZE • Drapeau : Venezuela Caracas-CCS • Drapeau des États-Unis Chicago-ORD [seasonal] • Drapeau du Brésil Fortaleza-FOR • Drapeau : Nigeria Lagos-LOS • Drapeau des États-Unis Los Angeles-LAX [seasonal] • Drapeau des États-Unis Miami-MIA • Drapeau des États-Unis New York-JFK • Drapeau du Japon Osaka-KIX • Drapeau du Brésil Rio de Janeiro-GIG • Drapeau du Brésil Sao Paulo-GRU • Drapeau du Japon Tokyo-NRT • Drapeau du Canada Toronto-YYZ

Flotte[modifier | modifier le code]

Airbus A321-100 de la compagnie Alitalia atterrissant à Londres.
Avion d'Alitalia à l'Aéroport de Turin
Embraer Alitalia à l’atterrissage à Nice

Au 23 septembre 2004, elle comprenait 193 aéronefs, dont 23 long-courriers et 170 courts et moyen-courriers. En 2005, elle ne détenait plus que 184 appareils dont 129 qui lui appartiennent en propre. Elle comprend notamment des Boeing 777 et 767, des McDonnell Douglas MD-80, des Airbus 319, 320 et 321, des Embraer et des ATR. Fin 2005, elle semble contrainte d'hypothéquer ses 129 avions afin d'obtenir une ligne de crédit auprès d'une institution financière américaine.

Au 31 mars 2008, sa flotte consiste en 172 (+ 5 du Groupe Volare) avions, 147 court et moyen-courriers et 25 long-courriers. Pour les vols intercontinentaux, Alitalia emploie 10 B-777-200 et 10 B-767-300 dans leur version « extended range » et 5 cargos MD-11. Sur les vols intérieurs et les autres routes, Alitalia utilise 11 A-320, 23 A-321, 12 A-319, 71 MD-80, 10 ERJ-145 et 6 ERJ-170 ainsi que 10 turbopropulseurs ATR-72.

La flotte devrait être réduite à 145 unités environ au 1er décembre 2008, lors du lancement de la nouvelle compagnie, la CAI. En janvier 2009, elle comprend donc 148 aéronefs, dont 10 Boeing 777-200 ER, 2 Airbus 330, 6 Boeing 767-300ER, 23 Airbus 321, 38 Airbus 320 (11 livrée Alitalia, 2 livrée Volare Web et 25 livrée Air One), 12 Airbus 319, 23 MD80-82, 18 Boeing 737, 10 Bombardier CRJ 900 et 6 Embraer 170.

La flotte du groupe Alitalia, au 12 janvier 2009 (en incluant les aéronefs d'Air One et de Volareweb) était de 150 aéronefs[14]:

  • 85 aéronefs Alitalia (2 A330, 6 B767, 10 B777, 12 A319-112, 11 A320-214, 23 A321-112, 23 MD-80)
  • 6 aéronefs Alitalia Express (6 E170-100ST)
  • 2 aéronefs Volare (2 A320-214)
  • 47 aéronefs Air One (2 A330-202, 26 A320-216, 4 B737-300, 14 B737-400 et 1 RJ-70 en wetlease)
  • 10 aéronefs Air One CityLiner (10 CRJ900ER)

En 2009, 9 Airbus A320 sont entrés en service, surtout sur le trajet Linate-Fiumicino. En 2013, Alitalia aura 90 A320 et 12 A330[15].

Au 31 décembre 2009, sa flotte consiste en 157 avions: 18 long-courrier, 123 moyen courrier et 16 régional:

  • 113 aéronefs Alitalia (2 A330-200, 6 B767-300, 10 B777-200, 12 A319, 37 A320-21X, 23 A321, 23 MD-80)
  • 6 aéronefs Alitalia Express (6 E170)
  • 2 aéronefs Volare (2 A320-214)
  • 26 aéronefs Air One (9 A320-216, 3 B737-300, 14 B737-400)
  • 10 aéronefs Air One CityLiner (10 CRJ900)

Au 31 décembre 2010, sa flotte consiste en 147 avions: 20 long-courrier, 111 moyen courrier et 16 régional:

  • 125 aéronefs Alitalia (4 A330-200, 6 B767-300, 10 B777-200, 12 A319, 52 A320-21X, 23 A321, 18 MD-80)
  • 6 aéronefs Alitalia Express (6 E170)
  • 1 aéronefs Volare (1 A320-214)
  • 5 aéronefs Air One (3 A320-216, 2 A320-214)
  • 10 aéronefs Air One CityLiner (10 CRJ900)

Les 25 et 27 octobre 2012, les derniers vols du B767 et du MD82 furent respectivement effectués auprès d'Alitalia. La compagnie profitera désormais de moins de coût d'entretien, grâce à moins de types et à une génération plus moderne de sa flotte.

Au 11/2013 la flotte opérationnelle comporte 139 aéronefs, ainsi répartis :

  • 10 Boeing 777 200ER, avec 293 passagers
  • 12 Airbus A330 290, de 230 à 283 passagers
  • 18 Airbus A321, 200 passagers
  • 48 Airbus A320, 165 passagers
  • 22 Airbus A319, 165 passagers
  • 5 Embraer 190, 100 passagers
  • 15 Embraer 175, 88 passagers
  • 9 Airbus A320 en livrée Air One smart carrier, 165-180 passagers
Flotte Alitalia 2012[16],[14] (28 decembre 2012)
Type Avions
de la flotte
Passagers Routes Notes
Business Economy Plus Economy Total
Airbus A330-202 10
2
28
20
21
-
181
257
230
277
long  
ex Air One
Boeing 777-243ER 10 30 24 239 293 long EI-DDH en Livrée StyTeam
SubTotal 22
Airbus A319-111/112 22 8 - 130 138 moyen
Airbus A320-214/216 48
9
12
-
-
-
153
180
165
180
moyen EI-DSA en Livrée Alitalia.com
vols à bas prix Air One
Airbus A321-112 18 16 - 184 200 moyen EI-IXI en Livrée Freccia Alata
SubTotal 97
Embraer 175LR 15 12 - 74 88 régional Alitalia CityLiner
Embraer 190LR 5 12 - 88 100 régional Alitalia CityLiner, EI-RND en Livrée StyTeam
SubTotal 20
Total 139
Commandes et options (2012)[17],[18]
  • Flotte Alitalia :
    • Airbus A330-202: 13 commandes fermes par Aircraft Purchase Fleet[19] pour Alitalia (10 déjà livrés et 3 avions à livrer).
    • Airbus A319-111: 10 commandes fermes par Aircraft Purchase Fleet[19] pour Alitalia (8 déjà livrés et 2 avions à livrer)
    • Airbus A320-216: 33 commandes fermes par Aircraft Purchase Fleet[19] pour Alitalia (31 déjà livrés et 2 avions à livrer)
Classes et cabines[21]
  • Magnifica - business class : classe affaires sur les destinations intercontinentales avec avions à long courrier.
  • Ottima - business class : classe affaires sur les vols internationaux court et moyen-courriers.
  • Classica plus - premium economy class : classe économique premium sur les destinations intercontinentales avec avions à long courrier.
  • Classica - economy class : classe économique sur tous les vols.

Groupe[modifier | modifier le code]

Alitalia - Linee Aeree Italiane (1947-2009)[modifier | modifier le code]

Au 10 novembre 2004 a été créée la société ALITALIA Servizi S.p.A., filiale à 100 % d’Alitalia. Cette création est la première action concrète de la nouvelle organisation du groupe pour atteindre son plan industriel 2005-2008.

  • Alitalia Express S.p.A. (filiale à 100 %) : compagnie aérienne devenue CAI-First avec six avions en janvier 2009. (Alitalia Team a été fusionnée avec Alitalia en 2002). Capital social : 23 400 000 €.
  • Atitech S.p.A. (filiale à 100 %) : manutention et réparation. Capital social : 32 039 941,56 €.
  • Alitalia Airport S.p.A. (filiale à 51 %) : assistance au sol. Capital social : 7 650 000 € dont les 3/10e versés.
  • GA 2000 Travel Service Ltd (100 %) : vente de billets et services connexes.
  • Global Executive Travel Selections Inc. (filiale à 100 %) : vente de billets et services connexes.
  • Aviofin S.p.A. (filiale à 100 %) : achat et gestion dans le transport aérien. 516 460 €.
  • Alinsurance S.r.L. (Aviofin S.p.A. 88 %, ALITALIA 6 %, Aeroporti di Roma S.p.A. 6 %) : assurances. 104 000 €.
  • Alitalia Maintenance Systems S.p.A. (Actionnaires : ALITALIA 60 %, Lufthansa Technik A.G. 40 %) : manutention, révision et réparation. 10 120 000 €.
  • SISAM – Società Italiana Servizi Aerei Mediterranei S.p.A. (en liquidation) : services. 1 548 000 €.
  • Alitalia Servizi S.p.A. (filiale à 51 %, Fintecna 49 %) : cette société doit exercer toutes les activités de soutien et d’aide aux compagnies aériennes. 120 000 €.
  • VOLARE GROUP (Volare Airlines et Air Europe) : filiale à 100 %, devenue CAI-Second, avec 2 avions en janvier 2009)

Alitalia - Compagnia Aerea Italiana (2009-aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

La Compagnie aérienne italienne (en italien Compagnia aerea italiana, souvent abrégée en CAI) est une société par actions, au capital de 1,1 milliard d'euros, présidée par Roberto Colaninno. Créée à l'été 2008 et soutenue notamment par Mediobanca et Intesa Sanpaolo, elle réunit des entrepreneurs désireux de reprendre les actifs utiles d'Alitalia, en forte crise économique et financière. Ses activités qui réunissent aussi les vols opérés par Air One, auraient dû débuter au 1er décembre 2008, mais le transfert a été reporté au 13 janvier 2009, date à laquelle les opérations de la nouvelle compagnie ont débuté[22].

Cette société a pris in fine le nom d'Alitalia le 30 décembre 2008.

En janvier 2009, Air France en achète 25 % (pour 323 millions d'euros), ce qui en fait le principal actionnaire, avec trois membres au conseil d'administration et deux au comité exécutif[23].

Depuis 2012 la compagnie est en grande difficulté et des négociations sont en cours début 2014 avec la compagnie Etihad Airways;

Groupe CAI
Administration
Corporate Data
  • Nom: Alitalia - Compagnia Aerea Italiana S.p.A.
  • Siège social: Piazza Almerico da Schio, Pal. RPU – 00054 Fiumicino (RM)
  • Codice fiscale et Partita Iva: 02500880121
  • Repertorio Economico Amministrativo Rome: 1225709
  • Capital social: 668.355.344,00 i.v.
Conseil d'administration

Il est composé de 19 membres, dont 3 sont désignés par Air France-KLM[24]:

Comité exécutif

Il est composé de 9 membres, dont 2 sont désignés par Air France-KLM[25]:

  • Roberto Colaninno, Gabriele Del Torchio, Angelo Massimo Riva, Gaetano Miccichè, Carlo Toto, Ernesto Monti, Jean-Cyril Spinetta, Bruno Matheu, Antonio Turicchi.
Conseil de surveillance

Il est composé de 8 membres, dont 3 sont suppléant[26]:

  • Giovanni Barbara (Président), Giorgio Silva (auditeur), Graziano Visentin (auditeur), Tommaso Di Tanno (auditeur), Antonino Parisi (auditeur), Pietro Michele Villa (suppléant auditeur), Domenico Busetto (suppléant auditeur), Eugenio Graziani (suppléant auditeur).
Actionnaires

Les actions de la société sont ainsi distribuées[27]:

25 % de la société est détenue par Air France-KLM (actions de catégorie B)
75 % de la société est détenue par un consortium d'actionnaires (Compagnia Aerea Italiana S.p.A.) (actions de catégorie A)

Données chiffrées[modifier | modifier le code]

Chiffres clés exercice 2002
  • Trafic passagers
    • passagers transportés : 22,205 millions
    • passagers-km : 30,02 milliards
    • taux d’occupation moyen : 70,8 %
  • Trafic fret et courrier
    • tonnes-km : 1,378 milliard
    • taux de remplissage : 67,1 %
  • Données financières (millions d’euros)
    • chiffre d’affaires : 4 748 (-10 % par rapport à 2001) — ce CA dépasse 5 000 000 000 € en 2004.
    • résultat opérationnel : -118,5
    • résultat avant éléments exceptionnels et impôts : -260,5
    • résultat (bénéfice) : 93,1
    • investissements : 1 101
Chiffres clés 1994-2010 (source: AEA)
Année passagers
transportés
(000)
passagers-km
(mill)
sièges-km
(mill)
taux
d'occupation
moyen (%)
notes destinations
(Italie, Europe,
au-delà Europe)
avions
totals
1994 14 536.0 26 962.3 39 148.8 68.9 Alitalia L.A.I. (AZ)
1995 20 897.7 31 952.8 45 697.7 69.9 Alitalia L.A.I. (AZ)
1996 23 137.9 34 556.2 50 136.8 68.9 Alitalia L.A.I. (AZ) 110 (22 + 42 + 46) 158
1997 24 551.6 35 992.3 50 171.4 71.7 Alitalia L.A.I. (AZ) 116 (22 + 45 + 49) 144
1998 24 178.4 35 561.0 51 611.3 68.9 Alitalia L.A.I. (AZ) 122 (23 + 52 + 47) 148
1999 24 177.8 36 690.0 54 437.0 67.4 Alitalia L.A.I. (AZ) 141 (23 + 67 + 51) 155
2000 25 590.5 40 618.2 56 550.3 71.8 Alitalia L.A.I. (AZ) 110 (24 + 58 + 28) 158
2001 24 514.2 36 124.3 50 953.9 70.9 Alitalia L.A.I. (AZ) 116 (24 + 56 + 36) 168
2002 21 860.7 29 617.6 41 694.7 71.0 Alitalia L.A.I. (AZ) 129 (25 + 68 + 36) 177
2003 22 244.7 31 254.2 43 564.5 71.7 Alitalia L.A.I. (AZ) 82 (23 + 33 + 26) 195
2004 21 988.4 34 366.3 48 181.3 71.3 Alitalia L.A.I. (AZ) 94 (22 + 44 + 28) 190
2005 24 041.8 37 245.0 50 411.7 71.9 Alitalia L.A.I. (AZ) 182
2006 24 089.9 37 736.3 51 283.6 73.6 Alitalia L.A.I. (AZ) 186
5 812.5 3 381.6 5 900.5 57.3 Air One (AP) 39
2007 24 426.7 38 078.7 51 166.9 74.4 Alitalia L.A.I. (AZ)
7 092.8 4 080.6 7 105.5 57.4 Air One (AP)
2008 18 048.0 29 205.5 42 629.3 68.5 Alitalia L.A.I. (AZ) 69 (22 + 25 + 22) 172
7 404.1 4 229.2 7 245.7 58.4 Air One (AP) 42 (22 + 18 + 2) 56
2009 21 218.4 28 417.9 43 355.4 65.5 Alitalia C.A.I. (AZ+XM+VE+AP+CT) 73 (24 + 36 + 13) 157
2010
(septembre)
17 663.9 24 793.6 34.960.8 70.9 Alitalia C.A.I. (AZ+XM+VE+CT) 83 (28 + 41 + 14) 154

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Copyright." Alitalia. Consulté le 15 juin 2010.
  2. a et b Alitalia: cda approva bilancio 2009. Perdite nette di 326 mln su fatturato di 2,9 mld
  3. Le nom de la nouvelle compagnie est Alitalia - Compagnia aerea italiana S.p.A. (source ENAC).
  4. Worls Airlines Directory, Flight International 2 avril 1983 p.868
  5. Une source proche de la compagnie aérienne russe a confié qu'il s'agissait d'Air France, source qui n'a jamais été confirmée.
  6. Le Corriere della sera, version électronique, du 18 septembre 2008.
  7. La Repubblica, vendredi 2 janvier 2009, p. 20-21"Il 25 % della nuova Alitalia a Air France".
  8. Source : article AFP du 16.03.08
  9. Source : article AFP du 02.04.08
  10. La Repubblica, édition internet du 18 novembre 2008.
  11. Montant porté ensuite à 323 millions d'euros le 12 janvier 2009.
  12. Air France-KLM devient actionnaire minoritaire d'Alitalia, Groupe Air France-KLM, 12 janvier 2009.
  13. « Alitalia: vers une fusion avec Air France? », journal Le Figaro,‎ 2 novembre 2010 (lire en ligne)
  14. a et b Alitalia fleet et Alitalia Programma di cessione
  15. http://corporate.alitalia.it/it/Images/pr_01_10_2009_tcm6-35042.pdf
  16. http://www.aviazionecivile.com/vb/showthread.php?p=1035084
  17. « Air One fait l’acquisition d’A350 et d’A330 »,‎ 04-06-2008 (consulté en 30-05-2009)
  18. « Airbus: Orders & Deliveries »,‎ 31-01-2010 (consulté en 16-02-2010)
  19. a, b et c Aircraft Purchase Fleet est une société de leasing irlandaise détenue par Carlo Toto, qui a repris les commandes de Air One, qui louera ces avions à Alitalia (lien web).
  20. http://www.aerocontact.com/actualite_aeronautique_spatiale/ac-alitalia-finalise-son-contrat-avec-embraer~11657.html
  21. Découvrez les services de bord Alitalia
  22. Le Monde du 2 décembre 2008.
  23. Le Parisien, notamment.
  24. Board of Directors - Alitalia (16-05-2013)
  25. Executive Committee - Alitalia (16-05-2013)
  26. Board of Statutory Auditors - Alitalia (16-05-2013)
  27. Shareholders - Alitalia (16-05-2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Ulisse (magazine inflight) | Liste des grandes entreprises italiennes | Compagnie aérienne | Liste des compagnies aériennes européennes

Liens externes[modifier | modifier le code]