Hassi Messaoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hassi.
Hassi Messaoud
Image illustrative de l'article Hassi Messaoud
Noms
Nom algérien حاسي مسعود
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Ouargla
Daïra Hassi Messaoud
Président de l'APC MR. BENSACI
2012-2017
Code ONS 3004
Démographie
Population 45 147 hab. (2008[1])
Densité 0,63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 31° 40′ 57″ N 6° 04′ 21″ E / 31.682456, 6.07252131° 40′ 57″ Nord 6° 04′ 21″ Est / 31.682456, 6.072521  
Altitude Min. 165 m – Max. 171 m
Superficie 71 237 km2
Localisation
Localisation de Hassi Messaoud
Localisation de Hassi Messaoud

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Hassi Messaoud

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Hassi Messaoud

Hassi Messaoud (en arabe : حاسي مسعود) est une commune algérienne de la wilaya d'Ouargla, située à 86 km au sud-est d'Ouargla; à 172 km au sud de Touggourt et à 800 km au sud-est de la capitale Alger. La ville est largement tournée vers l'exploitation du gisement de pétrole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Hassi Messaoud est située au milieu du Sahara algérien à 86 km au sud-est d'Ouargla; à 172 km au sud de Touggourt et à 800 km au sud-est de la capitale Alger.

Transports[modifier | modifier le code]

Hassi Messaoud est desservie par l'aéroport d'Hassi Messaoud - Oued Irara - Krim Belkacem situé à 16 km à l'est de la ville.

Une gare routière dessert plusieurs destinations nationales.

Hassi Messaoud est le point d'arrivée de l'oléoduc In Amenas-Haoud El Hamra (près de Hassi Messaoud) et du gazoduc In Amenas-Hassi Messaoud construit par les Français en 1958[2]

Toponymie[modifier | modifier le code]

De l'arabe algérien حاسي puits et du nom propre Messaoud, en référence au chamelier Messaoud Rouabeh[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un puits ancien de Hassi Messaoud
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Débuts de l’exploitation du pétrole[modifier | modifier le code]

Hassi Messaoud, alors simple lieu-dit dans le désert saharien, est sortie de l’anonymat en juin 1956.

Cette année-là, en pleine guerre d’Algérie, la société française SN Repal découvre du pétrole dans le sous-sol sous forme de grès imprégné. Hassi-Messaoud confirme les richesses du sous-sol déjà suggérées par le travail des prospecteurs à Edjelé, sur la frontière libyenne. Le premier puits porte le nom de MD1. Cette découverte, qui a coûté la vie à Jean Riemer, devient stratégique pour la France l'année même où Nasser nationalise brusquement le canal de Suez. Elle renforce la présence de l'armée en prévision de possibles convoitises du Front de libération nationale (FLN).

En pleine guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique, la France voit dans cette découverte de pétrole un espoir de maintenir quelque temps une indépendance énergétique face aux deux superpuissances de l’époque.

L’exploitation du gisement commence vraiment le 7 janvier 1958, jour où les vannes des citernes de stockage de Hassi-Messaoud s'ouvrent sans cérémonie : pour la première fois depuis qu'il a jailli des entrailles de la terre (1956), le pétrole coule dans l’oléoduc provisoire qui le conduit, sur 180 kilomètres, jusqu'à Touggourt, lieu de transit pour la métropole.

En ce début 1958, neuf puits sont en état de productivité : quatre sur le permis de la CFPA (devenue par la suite Total et basée à Ouargla) : OM 1, OM 6, OM 7, OM 81, et cinq sur celui de la REPAL (devenue Elf) (Oued-Mya) : MD 1, le "puits de la découverte ", à qui son importance historique vaut d'être soigneusement grillagé, MD 1, 3, 4 et 5.

L'étendue reconnue de la nappe dépasse 800 km2. Les puits font 3 000 mètres de profondeur, chacun revenant à 600 millions de francs de l’époque. La couche est située à une profondeur moyenne de 3 300 mètres, avec une épaisseur utile de 80 mètres. Les prévisions raisonnables des techniciens laissent espérer une production annuelle de 5 millions de tonnes à la fin de l'année, de 9,5 millions de tonnes en 1960, pour atteindre 14 millions de tonnes en 1962.

Le proche sous-sol de Hassi-Messaoud contient par chance de l'eau. Un puits foré dans l'Albien, à 1 300 m, permet de récupérer une eau chaude à 60 °C. Elle provient de pluies s'infiltrant très lentement dans le sol et se renouvelle entièrement tous les 1 200 ans.

Construction de la ville[modifier | modifier le code]

Aéroport de Hassi Messaoud

Lorsque l’exploitation du pétrole commence, Hassi-Messaoud compte 1 500 habitants. L’évêque de Laghouat y fait construire une chapelle, desservie par un père blanc venu de Touggourt. Douze commerçants, patente en poche, attendent de s'installer le long de la grande rocade asphaltée que l'on construit à cadence accélérée avec des moyens modernes. La liaison avec le Nord de l’Algérie s’effectue avec un Breguet deux-ponts qui se pose régulièrement chaque jour. En attendant celle-ci, par la piste, en partie goudronnée, les routiers ont amené, en un temps record, les 700 cabines alimentées qui équipent les bases des deux sociétés.

Les torchères sont visibles depuis l'oasis d'Ouargla, à 80 km plus au nord.

Tracés au cordeau, les deux « quartiers » de la ville sont distants d'une quinzaine de kilomètres. La SN REPAL (Elf), c'est la série des MD, la CFPA (Total), celle des OM. Les pétroliers de la CFPA ont baptisé leur camp Maison-Verte (depuis rebaptisé 24 février, d’après la date de nationalisation des pétroles algériens). Bien qu'ils aient démarré un an après leurs collègues de la REPAL, leur base présente un aspect fini, spectaculaire, et possède son jardin public, sa piscine, sa salle de spectacle, ses cafés, son bureau de poste, son kiosque à journaux.

À mi-chemin, le centre administratif dresse ses bâtiments, autour d'un monument historique : la margelle blanche dont le dôme servait naguère de repère aux caravaniers. Le puits est intact, mais à sec. Entre le poste de gendarmerie et la centrale électrique, la Section administrative spécialisée, installée en juillet 1957, fait office de mairie.

L’indépendance[modifier | modifier le code]

Lors des négociations d’Évian, De Gaulle affiche son souhait de garder le Sahara sous contrôle français[réf. nécessaire]. Une partition est quelque temps envisagées par les deux parties, mais en fin de compte non retenue[précision nécessaire] : Hassi Messaoud produira désormais du pétrole pour l’Algérie[4], l'Algérie proposant en contrepartie à la France l'usage d'un périmètre réservé ailleurs pour la mise au pont de sa force de frappe, autre enjeu stratégique. La compagnie est nationalisée en février 1971.

Le pétrole de Hassi Messaoud est ensuite nationalisé, le 24 février 1971.

En 1983, la Sonatrach société des pétroles algériens, installe à Hassi Messaoud ses cadres basés jusque là à Alger. La Sonatrach fait construire en trois ans 1850 pavillons dans une cuvette de 100 hectares situés à quelques kilomètres du centre de Hassi Messaoud.

Colonie de peuplement[modifier | modifier le code]

De l’indépendance du pays jusqu’en 1985, Hassi Messaoud est appelée Centre industriel saharien (CIS), et était gérée par la Sonatrach et les compagnies parapétrolières actives dans toute la région. En 1984, Hassi Messaoud devient une commune à part entière.

C’est aussi l’occasion pour le gouvernement algérien de donner une population pérenne à Hassi Messaoud, où les employés de la compagnie pétrolière Sonatrach ne font que passer[3]. Des colons agricoles sont installés dans des bâtiments neufs, et cultivent le lit de l’oued Igharghar, entre les puits de pétrole. L’irrigation se fait grâce à l’eau des systèmes anti-incendie[3]. Mais l’expérience n’a duré que quelques années.

À partir de 1992, de nouveaux arrivants s’installent, fuyant le terrorisme islamiste[3]. Non autorisée, cette émigration interne aboutit à la constitution d’un bidonville, El Haïcha (la Bête)[3]. La population de Hassi Messaoud, recensée officiellement, est multipliée par cinq en l’espace de onze ans. Lors du recensement général de la population et de l’habitat (Rgph) de 1987, la population résidente n’était que de 8 300 personnes. Lors du recensement 1998, elle passe à près de 38 000 habitants, non inclus ceux qui habitent la ville et qui ne sont pas recensés comme résidents[5].

La présence de compagnies multinationales, d'industries développées et d'activités de services a fait de Hassi Messaoud un centre d'emploi féminin, et déterminé la présence de nombreuses femmes financièrement autonomes. Cela a été à l'origine de psychoses collectives avec des foules d'hommes qui à l'appel de prêcheurs musulmans ont maltraité, violé (voire tué) un grand nombre de femmes et jeunes filles seules.

Administration[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Hassi Messaoud est la commune la plus riche d'Algérie, selon un classement établi par le Ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales [6], avec des ressources évaluées à 8 milliards de dinars en 2012.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • 1 Technicum
  • 3 lycées
  • 7 collèges d'enseignement moyen
  • 11 écoles primaires

Équipements[modifier | modifier le code]

Secteur santé :

  • Hôpital service très limité
  • 4 PMI
  • 21 pharmacies

Équipements des services collectifs :

  • Sureté de daïra
  • 2 suretés urbaines
  • Gendarmerie nationale
  • Protection civile
  • Douanes

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Vie sportive[modifier | modifier le code]

Secteur Jeunesse et sport :

  • Salle omnisports
  • Stade de football

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

  • Centre culturel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya d'Ouargla : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Cartes des pipelines dans le monde, « Carte des pipelines en Afrique du nord: Algérie, Égypte, Libye, Soudan, Tunisie, Maroc - Oléoducs, gazoducs et produits dérivés », www.GeoMondiale.fr (consulté le 19 janvier 2013)
  3. a, b, c, d et e Daïkha Dridi, « Hassi Messaoud : petites histoires autour d’une dénationalisation », Le Quotidien d’Oran, 3 mars 2001
  4. Hassi Messaoud : petites histoires autour d’une dénationalisation
  5. La Nouvelle République, novembre 2004
  6. Quotidien "El Watan" du 22 mai 2013.