Torres del Río

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Torres del Rio)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Del Rio.
Torres del Río
Blason de Torres del Río
Héraldique
Vue générale du village de Torres del Río
Vue générale du village de Torres del Río
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Navarre Navarre
Province Navarre Navarre
Comarque Estella Occidentale
District judic. (Commune)
Maire
Mandat
Juan Luis Pérez Leuza
2007-2011
Code postal 31229
Démographie
Population 158 hab. (2007)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 33′ 10″ N 2° 16′ 10″ O / 42.552778, -2.26944442° 33′ 10″ Nord 2° 16′ 10″ Ouest / 42.552778, -2.269444  
Altitude 459 m
Superficie 1 281 ha = 12,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Navarre

Voir sur la carte administrative de Navarre
City locator 14.svg
Torres del Río

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Torres del Río

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Torres del Río

Torres del Río, appelée aussi autrefois Torres de Sansol, est une commune de la Communauté forale de Navarre, au nord de l'Espagne. C'est aussi le nom du chef-lieu de la municipalité.

Il est situé dans la zone non bascophone de la province, dans la Merindad[1] d'Estella et à 70 km de sa capitale, Pampelune. Le castillan est la seule langue officielle alors que le basque n’a pas de statut officiel.

Le Camino francés du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle passe par cette localité.

Géographie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
198 185 185 182 180 168 165 169 171 165 158
Sources: Torres del Río et instituto de estadística de navarra

Administration[modifier | modifier le code]

Le secrétaire de mairie est aussi celui de Armañanzas et Lazagurría[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Torres del Rio, appelée aussi Torres de Sansol, existait avant l'invasion musulmane comme le signalent les chroniques, et fut reconquise après la prise de Villamayor de Monjardín. Son monastère a été construit par don Jimeno Galíndez, abbé du monastère d’Irache en 1109.

Son suzerain Alvar Díaz de Medrano, fils de Juan Martínez de Medrano, qui avait acheté les droits sur la région, les donna en 1341 au roi de Navarre, à la condition de pouvoir jouir de la juridiction de Viguera. Quelques années plus tard cette donation a été confirmée par le roi Philippe III de Navarre.

Par la sentence du roi Louis XI de France, dans les conflits qui opposaient Henri IV Castille et Juan II d'Aragon, Torres del Rio fut annexée par la Castille en 1463, tout comme Los Arcos et les villes environnantes.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Dans le village se trouvent des maisons blasonnées.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église du Saint-Sépulcre

Cette église, qui appartenait aux chanoines de ce nom, est l'un des monuments les plus singuliers du chemin et l'un des meilleurs exemples du roman tardif en Navarre. Sa principale originalité, en dehors de son plan octogonal, réside dans les influences qu'il a subies de la part de l'art musulman d'Espagne. Ainsi s'expliquent notamment la présence des nervures qui s'entrecroisent sous sa coupole, que supportent de grosses ogives rectangulaires.

Le toit est surmonté d'un lanternon octogonal qui brillait dans la nuit, évoquant ceux des minarets, et qui servait jadis de lanterne des morts. On accède au lanternon par une tourelle accolée à l'ouest, tandis qu'à l'est s'arrondit le chevet semi-circulaire de la chapelle absidiale, voûtée en cul de four. À l’intérieur, les lignes verticales dominent, la magnifique coupole en étoile, d’influence mudéjare, est d’une géométrie parfaite, et ressemble à celles de l'église Sainte-Croix à Oloron-Sainte-Marie et de L'Hôpital-Saint-Blaise, sur le versant français.

Les magnifiques fenêtres disposées au bout des branches de l’étoile, les modillons et chapiteaux historiés sont les seuls éléments décoratifs. Le plan et la mise en œuvre de cet édifice laissent à penser que la construction, les conditions, fut le fait soit d’un personnage important du XIIe siècle ou des Templiers. De beaux chapiteaux et un Christ hiératique.

Sa ressemblance avec la chapelle d’Eunate et celle du Sancti Spiritus de Roncevaux a frappé les spécialistes qui y voient une chapelle funéraire car elle a conservé sa lanterne des morts.

La chapelle Nuestra Señora del Poyo

Reconstruite au XVIIIe siècle, la chapelle Nuestra Señora del Poyo (Notre-Dame du Puy), haut perchée sur son belvédère, fut signalée par des pèlerins aux XIIe, XIIIe, et XVe siècles.

L'église San Andrés

Église du XVIe siècle.

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur le Camino frances du Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, on vient de Sansol.

Le prochain jalon est Viana, dernière halte en Navarre, avec son église Santa Maria et son ermitage Nuestra Séñora del Poyo (Notre-Dame du Puy).

Dans le Guide du Pèlerin, Aimery Picaud l’appelle « Turres » où « coule un fleuve qui donne la mort aux chevaux et aux hommes qui en boivent l’eau. »

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La merindad est un type de juridiction espagnole, hérité du Moyen Âge, et particulièrement implanté en Navarre et en Vieille-Castille. Au Moyen Âge, la merindad désigne avant tout un territoire, un district sis autour d'une ville ou d'un bourg important, jouissant du statut de villa.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Torres del Río » (voir la liste des auteurs)
  • Grégoire, J.-Y. & Laborde-Balen, L. , « Le Chemin de Saint-Jacques en Espagne - De Saint-Jean-Pied-de-Port à Compostelle - Guide pratique du pèlerin », Rando Éditions, mars 2006, ISBN 2-84182-224-9
  • « Camino de Santiago St-Jean-Pied-de-Port - Santiago de Compostela », Michelin et Cie, Manufacture Française des Pneumatiques Michelin, Paris, 2009, ISBN 978-2-06-714805-5
  • « Le Chemin de Saint-Jacques Carte Routière », Junta de Castilla y León, Editorial Everest

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Étape précédente
(0,8 km à pied)
Sansol


 
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
08 Coquille.jpg
(637 km jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle)
Camino francés
Étape suivante
(10,9 km à pied)
Viana
via
l'Ermitage de Notre-Dame du Puy
(Ermita Nuestra Señora del Poyo)