Altsasu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Altsasu
Alsasua (es)
Blason de Altsasu
Héraldique
Pèlerinage de San Pedro
Pèlerinage de San Pedro
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Municipio
Communauté autonome Navarre Navarre
Province Navarre Navarre
Comarque La_Barranca
Maire
Mandat
Unai Hualde Iglesias (Na-Bai)
2007-2011
Code postal 31800
Démographie
Gentilé Alsasuarra (ba)
Population 7 527 hab. (2007)
Densité 281 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 53′ 00″ N 2° 10′ 00″ O / 42.883333, -2.16666742° 53′ 00″ Nord 2° 10′ 00″ Ouest / 42.883333, -2.166667  
Altitude 528 m
Superficie 2 680 ha = 26,8 km2
Localisation
Localisation de Altsasu

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Altsasu

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Altsasu
Liens
Site web http://www.alsasua.net

Altsasu en basque ou Alsasua en espagnol[1],[2] est un village et une municipalité de la Communauté forale de Navarre, au nord de l'Espagne.

Elle est située dans la zone bascophone de la province où la langue basque est coofficielle avec l'espagnol[1]. Elle est à 50,2 km de sa capitale, Pampelune et le nombre d'habitants en 2004 était de 7 281.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Il existe une légende recueillie par Javier Goicoechea de Urdiain qui raconte que l'origine du nom Alsasua. Selon Goicoechea l'abondance d'aulnes dans les rios et ruisseaux de la vallée de Burunda fit qu'une partie de cette vallée a été baptisée ainsi, avec le nom d'Altsa, signifiant aulne[3] en basque. Ce village a été entièrement brûlé et, de ces cendres, un nouveau village resurgit auquel on a ajouté a Altsa le mot sua (feu, incendie en basque). Ce village serait Alsasua dont le nom signifirait l'incendie de l'aulnaie, selon Goicoechea "le saule brûlé".

Il y a une certaine unanimité a considérer que le nom du village vient du basque (euskara) haltza (aulne). En général les philologues pensent que le nom du village est un phytonyme qui signifie simplement l'aulnaie et qu'il est composé du mot haltza et du suffixe abondanciel zu.

Dans des textes médiévaux il apparait sous les noms de Alssaltssu et Alsassua. Depuis l'antiquité le nom a évolué phonétiquement devenant (h)altzazu en altsasu. Le nom en espagnol ne fait qu'ajouter le a final, qui a valeur d'article en basque (euskara) et transcrit le phonème ts en s. Traditionnellement le nom du village s'est écrit Alsasua, bien que ses habitants bascophones la traduise en Altsasu. Actuellement les deux noms sont coofficiels.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé au nord-ouest de la Navarre, le territoire municipal est limité au nord par la ville guipuscoanne d'Ataun, à l'est par Urdiain, au sud par la sierra[4] d'Urbasa et à l'ouest par Olazti et les monts d'Altzania.

Alsasua se situe dans la vallée de Sakana est à mi-distance de Pampelune (Navarre) et Vitoria en Alava et capitale du gouvernement autonome basque. Elle est entourée de merveilleuses montagnes et collines (Aralar, Andia, Urbasa, Aizkori ..). Les moyens de transport ont eu une grande influence sur le développement du village et, comme dans beaucoup d'autres villes du Pays basque, est passé de l'agriculture à l'industrie. Ces dernières années les services ont augmentés de manière significative et le futur est bien engagé dans ce sens.

Localités limitrophes[modifier | modifier le code]

Urdiain à l'est, Olazagutía à l'ouest et Idiazabal (Guipuscoa) au nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

On peut déduire qu'Altsasua était habité depuis l'antiquité de par les nombreuses trouvailles faites dans la sierra d'Urbasa et des restes dans Koskobilo, Atabo et Orobe. On peut trouver dans le secteur d'Altzania les dolmens de Balankaleku et Munaan I et II, le dolmen de Saratxakolegi dans le secteur de Aratz-Alsasua et une partie du dépôt de'Ataun Burunda.

La tradition raconte que le premier roi de Navarre, García Ximénez[5], a été couronné à Alsasua et plus précisément dans l'ermitage San Pedro, où se trouve une inscription qui reprend cette date. Bien qu'il n'ait aucune preuve, elle fait partie des légendes et traditions a conserver.

Avec l'orthographe d'Alssatssu et d'autres variantes, mineures, depuis le XIIe siècle comme un des bourgs de la Burunda qui ne devint pas municipalité jusqu'en 1846. Elle était "villa" de seigneurie du domaine royal, elle dépendait globalement avec celles de toute la vallée, déjà attestée en 1280. Ceci suppose qu'il n'y avait pas de projet de la part de Sanche VII le Fort (1208) de regrouper la population de la Burunda dans un noyau plus facilement défendable et organisé. Lors de la grande dépression du XIVe siècle son territoire a dû être phagocyté avec les villages voisins (Angustina, Argiñano, Erkuden, Saratsua et Ulayar). Bien qu'il n'obtint pas le rang de villa et de représentation aux Cortés du royaume, son emplacement le convertit assez tôt comme tête de la vallée. Les rois Catherine et Juan III[6] la libèrera en 1498 du crochet appelé Gallurdea.

Toutefois, au XVIe siècle, Alsasua était régi par la junte de la vallée de la Burunda à laquelle elle appartenait et continuera d'appartenir durant les trois siècles qui suivirent. Jusqu'en 1846 la junte se réunissait à Batzarramendia où se trouvait l'ermitage santa Engracia de Urdiain, aujourd'hui disparu. Pendant le Moyen Âge les habitants de la Burunda vivaient dispersés dans plus de 20 bourgs mais les guerres perpétuelles, pillages et incursions motivèrent l'abandon de plusieurs d'entre eux. Déjà depuis le XVe siècle, ils s'établirent dans les six villages actuels que sont: Ziordia, Olazagutia, Alsasua, Urdiain, Iturmendi et Bakaiku.

Alsasua et la vallée de la Burunda, de par sa position stratégique ont été le théâtre de nombreuses guerres, surtout depuis la fin du XVIIIe siècle et durant la première moitié du XIXe siècle. Ainsi durant la guerre de la Convention (1793-1795) les troupes françaises occupèrent le nord de la Navarre et saccagèrent Alsasua (1795).

En 1813 durant la guerre d'indépendance, Alsasua fut rasée par les soldats français se retirant après la bataille de Vitoria (Alava). En avril 1834 fut une importante victoire de l'armée carliste sous les ordres de Zumalacárregui.

En 1863 on inaugura la gare de chemin de fer et en 1907 Alphonse XIII convertit Alsasua en "Villa très illustre" récompensant ainsi sa croissance démographique et industrielle rapide.

Pendant la guerre civile, Alsasua fut rapidement occupée par les putschistes, qui étaient principalement de Tierra Estella. Beaucoup d'habitants durent fuir et d'autres furent fusillés.

Au XXe siècle, dans les années 1950, Alsasua expérimenta un important développement industriel. Cela engendra un grand processus d'immigration de personnes des quatre coins de l'état, surtout d'Estrémadure. La population augmenta spectaculairement, d'environ 1 000 habitants en 1850, on passe à 7 250 en 1981, se stabilisant depuis cette date.

Économie[modifier | modifier le code]

Division linguistique[modifier | modifier le code]

En accord avec Loi forale 18/1986 du 15 décembre sur le basque[7] , la Navarre est linguistiquement divisée en trois zones. Cette municipalité fait partie de la zone bascophone où l'utilisation du basque y est majoritaire. Le basque et le castillan sont utilisés dans d'administration publique, les médias, les manifestations culturelles et en éducation cependant l'usage courant du basque y est majoritaire et encouragé le plus souvent.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Mandat Nom du maire Parti politique
1979 Gerardo del Olmo HB
1983 Emilio Boulandier PSOE
1987 Emilio Boulandier PSOE
1991 José Manuel Goikoetxea AA/AT (EAJ/PNV)
1995 José Angel Aguirrebengoa AA/AT (EAJ/PNV)
1999 Camino Mendiluce EH
2003 Asun Fdez. de G. y L. Aralar
2007 Unai Hualde Nafarroa Bai

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
7 004 7 037 7 011 7 124 7 201 7 281 7 355 7 377 7 455 7 501 7 527
Sources: Altsasu/Alsasua et instituto de estadística de navarra

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le monument méga lytique de Balankaleku, ceux de Munaan I et II et de Saratxakotegi.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Saint-Pée-sur-Nivelle (France) depuis 1993[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Selon la toponymie officielle des municipalités dans la Communauté forale de Navarre
  2. Officiellement « Altsasu - Alsasua » Euskal Herriko leku 2012-07-25 (Site d'Euskaltzaindia ou Académie de la langue basque)
  3. Arbre de l'hémisphère nord poussant sur les sols humides, l’aulne ou aune correspond à un genre d'arbre (Alnus) de la famille des bétulacées. Il est encore nommé vergne ou verne.
  4. Sierra est un mot espagnol dont le sens figuré est "chaîne de montagnes". Il est utilisé pour désigner diverses chaînes de montagnes dans les pays hispanophones.
  5. Garcí Ximénez ou García Ximénez (¿724?–¿758?), roi de Sobrarbe. Garcí Ximénez est considéré comme le premier roi du royaume de Sobrarbe dans l'actuelle Huesca, Aragon (Espagne). Comme la plupart des premiers rois chrétiens de Sobrarbe et Ribagorce, son histoire se confond avec la légende. Dans ce cas il n'y a pas de fondements clairs, excepté une inscription sur le linteau de la porte principale de l'ermitage de San Pedro d'Alsasua en Navarra qui proclame le couronnement de García Ximénez comme premier roi du royaume de Navarre le 20 janvier 717.
  6. Jean III de Navarre, sire d'Albret, né en 1469, mort en 1516, également appelé Jean d'Albret. Il épouse en 1484 la reine de Navarre Catherine de Navarre et il est associé au régime : roi de Navarre (1484-1516).
  7. Ley Foral 18/86, de 15 de diciembre de 1986, del Vascuence. Régulation de son usage et de son officialisation. En français sur le site de L'aménagement linguistique dans le monde.
  8. Filmographie: 2007: La buena nueva; 2002: Extranjeras; 1999: Yoyes; 1995: Nerabe (court-métrage); 1994: Alsasua 1936 (moyen-métrage); 1992: Ochenta y siete cartas de amor (court-métrage).
  9. Annuaire des villes jumelées

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]