Marcilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcilla
Blason de Marcilla
Héraldique
Chapelle de la vierge del Plu
Chapelle de la vierge del Plu
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Navarre Navarre
Province Navarre Navarre
Comarque Ribera Arga-Aragon
District judic. (Municipio)
Maire
Mandat
José María Abárzuza Goñi
2007-2011
Code postal 31340
Démographie
Gentilé Marcillés, sa (es)
Population 2 687 hab. (2007)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 19′ 40″ N 1° 44′ 15″ O / 42.32777778, -1.737542° 19′ 40″ Nord 1° 44′ 15″ Ouest / 42.32777778, -1.7375  
Altitude 291 m
Superficie 2 167,9 ha = 21,679 km2
Localisation
Localisation de Marcilla

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Marcilla

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Marcilla
Liens
Site web http://www.marcilla.es

Marcilla (en basque Martzilla) est une ville et une commune de la Communauté forale de Navarre (Espagne). Elle est située dans la zone non bascophone de la province. L'espagnol est la seule langue officielle alors que le basque n’a pas de statut officiel et à 60 km de sa capitale, Pampelune. Le nombre d'habitants en 2004 était de 2 672.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Marcilla est située dans le début de la vallée de l'Ebre et arrosée par le rio Aragon, dans une comarque, La Ribera, très riche et productive.

Localités limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
1990 - 1995 Francisca Catalán Fabo Partido Socialista Obrero Español PSOE
1995 - 1999 Mª Jesús Moreno Garrido Agrupación Marcillesa Independiente AMI
1999 - 2003 Félix Ascasso Unión del Pueblo Navarro UPN
2003 - 2011 José María Abárzuza Partido Socialista de Navarra PSN-PSOE

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1366 1681 1791 1800 1888 1900 1910 1915 1970 1981 1991
210 316 560 477 971 1456 1653 1800 2508 2358 2500
Source: wikipedia espagnole
Évolution démographique
1996 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
2 384 2 454 2 517 2 574 2 617 2 672 2 647 2 636 2 674 2 660 2 687
Sources: Marcilla et instituto de estadística de navarra

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château fort de Marcilla, style gothique forme un bloc carré monumental avec un haut socle de pierres, et le reste de brique. Aux quatre angles s'élèvent de fortes tours. La masse importante de cet œuvre est allégée par une série de d'embrasures rectangulaires qui ont été modifiées au long du temps, quelques restes subsistants, aujourd'hui obturés. À l'intérieur le château possédait un patio d'armes en cercle duquel menait aux dépendances.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle de la Virgen del Plu

Elle se trouve dans le vieux quartier. L'édifice a été reconstruit au XVIIe siècle. Elle de forme de croix latine avec une nef de trois trames et tête semi-circulaire qui recouvre une voûte en demi berceau avec lunette, excepté sur le croisement, que l'on a modifié pour insérer une lanterne, et la tête en quart de sphère moderne. Les fresques, qui donnent une luminosité remarquable à l'ensemble, sont de Antonio Pérez Fabo.

Église reconstruite sur un ancien édifice. L'église paroissiale fut, à l'origine, dédiée à l'apôtre Saint Bartholomé, servie par un curé vicaire et deux bénéficiaires, tous représentants le chapitre de Barbastro (Aragon). La paroisse San Bartolomé est le principal lieu de culte des marcilles et son intérieur est moderne et fonctionnel sauf le retable et peintures qui sont d'une autre époque. Un remarquable vitrail en l'honneur de la vierge del Plu, situé sur le porche d'entrée.

Couvent de los Agustinos Recoletos

Les Agustinos Recoletos s'établirent à Marcilla au XIXe siècle. La partie ancienne de l'actuel Centre Philosophique- Thélogique a été un monastère cistercien, annexe de l'abbaye d'Oliva. La droite de l'édifice date du XVIIIe siècle. En 1835, à cause de la sécularisation et du désamortissement (desamortizacion)[1] de Mendizábal, les sœurs bernardines doivent abandonner le monastère, qui devient propriété de la famille de José Francisco Elorz. Le 17 septembre 1865 s'installe le nouvelle communauté des Agustinos Recoletos. Le 13 octobre 1982 le centre est affilié à la faculté de théologie de l'université de Navarre.

  • Couvent des mères conceptionnistes.

Situé à l'extérieur de la municipalité, il a été restauré et considérablement agrandi pour l'utiliser comme retraite des religieuses de l'ordre Conceptionistes missionnaires de l'enseignement. Il fonctionne également pour les novices. À l'intérieur de cet édifice on peut remarquer la belle chapelle ainsi qu'une image chère de sa fondatrice, la bienheureuse Carmen Sallés, actuellement en processus de sanctification.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Communauté de communes l'Aurence et Glane Développement (France)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La desamortización fut un long processus historico-économique initié en Espagne à la fin du XVIIIe siècle par Godoy (1798). Dans d'autres pays on a connu le même phénomène aux caractéristiques plus ou moins similaires. Cela consistait à mettre sur le marché, via une vente aux enchères publique, les terres et biens non productifs nommées "manos muertas" (mains mortes). Quasi toujours l'église catholique ou les ordres religieux et territoires nobiliaires, qui les avaient accumulés comme habituels bénéficiaires des donations, testaments et procédures et intestats. Sa finalité était d'augmenter la richesse nationale et créer une bourgeoisie et classe moyenne d'ouvriers propriétaires. De plus, les héritiers obtenaient des remises extraordinaires à ceux qui prétendaient amortir les titres de dette publique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]