Olite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olite
Erriberri
Blason de Olite
Héraldique
Drapeau de Olite
Drapeau
Vue du vieux palais
Vue du vieux palais
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut Municipio
Communauté autonome Navarre Navarre
Province Navarre Navarre
Comarque Tafalla
Maire
Mandat
María del Carmen Ochoa Canela (PSN-PSOE)
2007-2011
Code postal 31390
Démographie
Gentilé olitense / olitejo (es)
Population 3 509 hab. (2007)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 29′ 15″ N 1° 39′ 45″ O / 42.4875, -1.662542° 29′ 15″ Nord 1° 39′ 45″ Ouest / 42.4875, -1.6625  
Altitude 392 m
Superficie 8 302,7 ha = 83,027 km2
Localisation
Localisation de Olite

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Olite

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Olite
Liens
Site web http://www.olite.es

Olite (Erriberri en basque), est une ville de la Communauté forale de Navarre (Espagne). Elle est située dans la zone non bascophone de la province. Le castillan est la seule langue officielle alors que le basque n’a pas de statut officiel. Elle est chef-lieu de la merindad du même nom et appartient à la circonscription judiciaire de Tafalla.

Géographie[modifier | modifier le code]

Olite vue du château

Olite se trouve dans la zone centrale de la Navarre, sur le Zidacos, à 42 km au sud de Pampelune et 50 km au nord de Tudela.

Villes limitrophes[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
3 106 3 109 3 101 3 130 3 183 3 244 3 265 3 356 3 435 3 494 3 509
Sources: Olite et instituto de estadística de navarra

Histoire[modifier | modifier le code]

Grâce aux vestiges archéologiques, l'on sait qu'à l'époque impériale romaine (Ier siècle), une robuste muraille défendait un petit bourg sur lequel allait être fondé plus tard la ville d'Olite. Par ailleurs, ont été trouvées autour du noyau urbain actuel, des restes de villas romaines.

Saint Isidore de Séville, dans Historia de regibus gothorum donne la première référence écrite sur Olite : selon ledit évêque de Séville, le roi wisigoth Swinthila fonda la cité en 621 et entreprit de la refortifier afin de faire face aux Vascons. Par un privilège donné à Estella en 1147, García IV Ramírez (es) "le Restaurateur", roi de Navarre, octroie à Olite son premier for, le Fuero de los francos de Estella (le For des Francs d'Estella), et donne par là-même à la cité des terres de culture. La promulgation du for entraîne une rapide expansion d'Olite : il fournit à la ville une personnalité juridique propre permettant sa libre administration, et de notables avantages fiscaux. Le 17 mars 1266, à Saint-Denis, Thibaud II de Navarre concède à Olite quinze jours de foire annuelle, comme à Estella, foire qui se tient à partir du 1er mai. À compter de cette même année 1266, des Cortes (Parlement où étaient représentés la noblesse, le clergé et les villes) se tiennent à Olite. En janvier 1302, le roi de Navarre Philippe II et sa femme Jeanne, accédant aux demandes de la cité, déplacent la foire annuelle, qui commence désormais le 2 novembre.

Les chaînes de Navarre seraient une concession accordées par le roi de Navarre aux habitants de Beire qui, avec ceux d'Olite et de Tafalla, furent les premiers à briser les chaînes entourant la tente du roi maure, lors de la bataille de Las Navas de Tolosa, en 1212[1]. Après des temps obscurs, la ville connaît une période de splendeur durant le Bas Moyen Âge, lorsqu'elle se trouve être un des lieux de résidence favoris des rois de Navarre. À partir du XVe siècle, le roi Charles III de Navarre, dit "le Noble", et son épouse, Eléonore de Trastamare, commencent la construction du splendide palais royal de Navarre, reflet d'une époque brillante.

Olite est le siège de la merindad du même nom, créée par Charles III le Noble en 1407. Philippe IV, roi d'Espagne, lui octroie le statut de ville en 1630. Entre son époque de splendeur au XVe siècle et le XIXe siècle, Olite traverse une période de déclin politique et démographique. Au début du XIXe siècle, la ville connaît de graves problèmes communaux et adhère au mouvement corporatiste agricole (la première coopérative de Navarre - troisième d'Espagne - fut alors fondée à Olite).

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Palais vieux (Palacio Viejo), dit des Thibault, Sur les fondations d'une construction romaine, l'on bâtit un premier château défensif à l'époque du roi Sanche VII le Fort, château qui sera consolidé par ses successeurs Thibaud Ier et Thibaud II (Theobaldo en espagnol, d'où le nom du château). La forteresse abrite actuellement un Parador.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de San Pedro : église romane (avec agrandissements gothiques et baroques), notable pour son cloître et sa tour gothique.
  • Église de Santa María La Real : église gothique du XVe siècle, célèbre pour son portail.

Palais des Rois de Navarre[modifier | modifier le code]

Palais des Rois de Navarre à Olite
Article détaillé : Palais royal d'Olite.

Le palais des rois de Navarre est un des châteaux de la couronne du royaume de Navarre. Sa construction a commencé à partir du XVe siècle sous le règne de Charles III de Navarre.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Johan Periz de Maillata : notaire et secrétaire du roi Charles III le Noble et de sa fille doña Blanca. Il accompagna cette dernière pour la séparation d'avec Martín, roi de Sicile. De plus il rédigea les Nuevas Ordenanzas de Olite (nouvelles ordonnances d'Olite) de 1412. Fut maire d'Olite.
  • Miguel de Oronsuspe : théologien qui assista au concile de Trente et prêcha dans celui-ci.
  • Manuel Antonio Gurrea : contemporain du général Juan Antonio de Zaratiegui, bien que d'idées opposées. Jeune, il se lance au champ pour lutter contre les troupes françaises pendant la guerre d'Indépendance espagnole. Dans la première guerre carliste il lutta aux côtés des bandes libérales, face aux carliste. Il meurt à Andoain le 29 mai 1837 dans une valeureuse action militaire et est enterré sur le mont Urgull de Saint-Sébastien (Donosti en basque).
  • Jesús García Leoz (Olite, 10 janvier 1904 - Madrid, 23 février 1953): compositeur. Étudia au conservatoire de Madrid avec Joaquín Turina (musicien) et Conrado del Campo. Fut un lecteur insatiable qui durant toute sa vie cultiva une fertile sensibilité. Parmi sa production prolifique on remarquera de nombreuses collaborations avec de grands artistes et littéraires. Il composera les bandes son des films comme Bienvenido Mister Marshall, Las Inquietudes de Shanti Andía, Balarrasa (es)...
  • Juan Antonio de Zaratiegui (es) : naquit dans une famille aisée d'Olite et depuis très jeune participera dans des actions militaires. Il deviendra très vite le bras droit du général Zumalacárregui. Il arrivera a occuper les charges de maréchal de champ dans la bande carliste et, celle-ci terminée, il devra s'exiler à l'étranger où il écrire une œuvre intéressante de caractère militaire Vida y Hechos del General Zumalacárregui.
  • Victoriano Flamarique Biurrun (Beire, 1872 - Tarazona, 1946): curé et sociologue de Beire, fut un des principaux impulseurs au début du XXe siècle, d'initiatives sociales en faveur des classes ouvrières et paysannes. Il étudie la sociologie avec le jésuite Antonio Vicent à Valence et à son retour se charge d'appliquer les connaissances de la doctrine sociale de l'église dans la Ribera de Navarre. En 1900 il fonde la Caja Rural, pour contenir la fuite de l'argent des champs vers la ville. Il tentera toute sa vie durant d'améliorer la situation sociale et économique des petits travailleurs du milieu rural, raison pour laquelle il est aujourd'hui très reconnu.
  • Mariano Cañardo Lacasta (es) (Olite, 5 février 1906 - Eibar, 20 février 1987) : cycliste professionnel entre 1926 et 1943, période durant laquelle il totalisera plus de 100 victoires. Il avait de bonnes qualité pour le contre la montre et la montagne. Il participe à la première édition du Tour d'Espagne, disputée en 1935, terminant second. Il participera également au Tour d'Italie et au Tour de France.
  • Rafael Marañón (1948) : joueur de football international qui sa carrière principalement au Real Club Deportivo Español et au Real Madrid.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Sauveterre-de-Guyenne (France) depuis 1988[2]

Fêtes[modifier | modifier le code]

  • Fêtes patronales, du 13 au 19 septembre.
  • Marché médiéval, organisé chaque année durant un week-end du mois d'août
  • Santa Brígida, pèlerinage à l'ermitage de Sainte-Brigitte, sur le mont Encianar, célébré chaque année le samedi le plus proche du 22 mai.
  • Virgen del Cólera. 26 août.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Heraldica municipal in Navarra. Tierras de cultura popular, Merindad de Pamplona, Merindad de Sangüesa, Merindad de Estella, Merindad de Tudela et Merindad de Olite. Diputacion foral de Navarra, Jesus Lorenzo Otazu Ripa, (1982-1984).
  2. Annuaire des villes jumelées

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Olite » (voir la liste des auteurs)
  • Alejandro Díez, Olite, historia de un reino, Gráficas Lizarra, 1984.

Liens externes[modifier | modifier le code]