Kaolinite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kaolinite
Catégorie IX : silicates[1]
Kaolinite
Général
Numéro CAS 1318-74-7
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute H4Al2O9Si2Al2Si2O5(OH)4
Identification
Masse formulaire[2] 258,1604 ± 0,0036 uma
H 1,56 %, Al 20,9 %, O 55,78 %, Si 21,76 %,
Couleur blanc, rouge, bleu ou brun (impuretés)
Classe cristalline et groupe d'espace P1
Système cristallin triclinique
Clivage parfait à {001}
Cassure terreuse
Échelle de Mohs 2 - 2,5
Trait blanc
Éclat nacré, mat
Propriétés optiques
Indice de réfraction α=1,553-1,563 β=1,559-1,569 γ=1,560-1,570
Biréfringence Δ=0,007 ; biaxe négatif
Transparence translucide
Propriétés chimiques
Densité 2,5 à 2,6
Propriétés physiques
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La kaolinite est une espèce minérale composée de silicate d'aluminium hydraté, de formule Al2Si2O5(OH)4 du groupe des silicates sous groupe des phyllosilicates.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Ce nom provient du chinois (sinogrammes : , pinyin : gāo líng tǔ), signifiant terre des hautes collines.

Données[modifier | modifier le code]

  • Surface de contact : 5 à 20 m² par gramme (peu réactive)
  • 30 feuillets empilés forment une cristallite élémentaire
  • Type d'assemblage : en château de cartes
  • espace interfoliaire (entre les feuillets) fermé avec des liaisons hydrogène
  • pas de substitutions isomorphiques


Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • Elle sert de chef de file à un groupe de minéraux isostructuraux : le groupe de la kaolinite.

Groupe de la kaolinite[modifier | modifier le code]

Feuillet[modifier | modifier le code]

La kaolinite est un minéral argileux de type 1/1. Cela signifie qu'un feuillet de kaolinite est formé de deux couches :

  • une couche octaédrique ; Al(OH-)_5O : 7 atomes pour 6 sommets + l'Aluminium au centre. Les OH- et l'Oxygène étant partagés entre les différents octaèdres qui composent la couche.
  • et une couche tétraédrique ; SiO_4 : 5 atomes pour 4 sommets + le Silicium au milieu. Les Oxygènes étant partagés entre les différents tétraèdres qui composent la couche.

Gisements[modifier | modifier le code]

Échantillon de kaolin.

La kaolinite se trouve dans les roches argileuses, comme le kaolin, ou dans les roches magmatiques, résultat de l'altération des feldspaths, des granites.

C'est un des minéraux les plus courants, extrait sous forme de kaolin au Brésil, France (Saintonge, Guyane, Plœmeur), Grande-Bretagne, Allemagne, Inde, Australie, Corée, Chine, République tchèque et États-Unis.

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • Le kaolin est utilisé dans l'industrie du papier à la fois comme charge dans la masse du papier et comme revêtement de surface. Il permet de réduire la quantité de pâte à papier, assez chère, et améliore les propriétés optiques. Sa blancheur augmente l'éclat et l'opacité à la surface du papier, tandis que la taille et la forme des particules individuelles de kaolin lui procurent le brillant et la qualité d'impression requis pour certains types de papier[3].
  • La kaolinite est utilisée en céramique notamment pour la fabrication de porcelaines dont elle est le constituant essentiel.
  • Utilisée par voie orale, elle permet de traiter certains troubles digestifs. Elle tapisse la muqueuse gastro-intestinale, la protège, aide à sa cicatrisation et absorbe les toxines présentes dans le tube digestif (elle a en effet un fort pouvoir absorbant). Ainsi la kaolinite est excellente pour les problèmes d'estomac, de ballonnements et de transit trop rapide.
  • La kaolinite calcinée est utilisée dans la lutte biologique contre divers parasites tels que la cicadelle blanche, le puceron cendré du pommier et la mouche d'olive (Dacus oleae).

Sur les autres projets Wikimedia :

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. www.ima-europe.eu

Voir aussi[modifier | modifier le code]