Abbaye de Foigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Foigny
Image illustrative de l'article Abbaye de Foigny
Reconstitution de l'abbaye de Foigny

Diocèse Ancien diocèse de Laon
Patronage 11 juillet 1121
Numéro d'ordre (selon Janauschek) XVIII (18)[1]
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Clairvaux
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles Abbaye de Bohéries
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style

Coordonnées 49° 53′ 32″ N 3° 58′ 27″ E / 49.892152045789, 3.9740896078739 ()49° 53′ 32″ Nord 3° 58′ 27″ Est / 49.892152045789, 3.9740896078739 ()  [2]
Pays Drapeau de la France France
Province Picardie
Département Aisne
Commune La Bouteille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Foigny

Géolocalisation sur la carte : Picardie

(Voir situation sur carte : Picardie)
Abbaye de Foigny

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Abbaye de Foigny

L’abbaye de Foigny est une ancienne abbaye cistercienne située à la Bouteille (Aisne).

Histoire[modifier | modifier le code]

Située entre Origny et Étréaupont, dans un vallon de Thiérache, au nord-est du département, elle a été fondée le 11 juillet 1121 par Bernard de Clairvaux et Barthélemy de Jur, évêque de Laon[3]. L'église est construite sur le plan de Clairvaux, ce qui a été confirmé par des fouilles effectuées en 1959[4].

L'abbaye était prospère, ne comptant pas moins de cents moines et deux cents frères convers qui exploitaient douze mille hectares de possessions jusqu'aux portes du Laonnois. Moteur économique de la Thiérache, elle a permis, avec les autres abbayes du secteur, de défricher une terre couverte de forêts et de favoriser l'installation des premiers villageois autour des censes. Grâce aux généreuses donations des seigneurs et du clergé, de nombreux moulins à blé furent construits par les moines[5].

L'abbaye fut détruite par un incendie en 1542[6].

À partir de 1722, de grands travaux sont entrepris. Le couvent est reconstruit en 1736, mais les travaux s'arrêtent, faute de moyens[7]. Au cours de la Révolution, l'abbaye est pillée et il n'y a plus que onze religieux[8]. En 1794, les bâtiments de l'abbaye sont utilisés comme hôpital militaire[8].

Il ne reste malheureusement rien aujourd'hui de ce glorieux passé. À la fin du XIXe siècle, une chapelle a été érigée sur le chœur de l'ancienne église abbatiale, et le site aujourd'hui reste un lieu de grande quiétude où le souvenir des moines et des convers travailleurs demeure encore.

Il existe encore également un moulin dont la partie la plus ancienne date du XIIe siècle, il n'a jamais cessé son activité jusqu'en 2000, et depuis 1982 la force de la rivière Thon permet la production d'hydroélectricité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 103.
  2. « Foigny », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 12 décembre 2013).
  3. Pierre-Vincent Claverie, « La succession de l’archevêque Gilles de Nicosie (1268-1269) », Le Moyen Age, De Boeck Université, vol. 2, no CVIII,‎ 2002, p. 333-343 (ISBN 2-8041-3918-2, DOI 10.3917/rma.082.0333, lire en ligne)
  4. Abbaye Saint-Martin de Ligugé, « Bulletin d'histoire monastique », Revue Mabillon : archives de la France monastique, no 214,‎ octobre-décembre 1963, p. 167 (ISSN 00353620, lire en ligne)
  5. Michaux 1894, p. 45-62
  6. Louis-Hippolyte Catrin, Études historiques et statistiques sur le Nouvion-en-Thiérache, son canton et les Communes limitrophes : suivies de Notices monographiques sur chacune des localités du Canton : ouvrage orné de cartes, de dessins d'églises et d'une vue du Nouvion en 1870, Vervins, Toussaint et Bachelet,‎ 1870-1871 (lire en ligne), p. 128
  7. Michaux 1894, p. 306-309
  8. a et b Michaux 1894, p. 376-378

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Voyage littéraire de Dom Guyton en Champagne (1744-1749) », sur gallica BNF (consulté le 13 juillet 2014)
  • Édouard Michaux, Histoire d'Origny-en-Thiérache et de ses environs, Origny-en-Thiérache, J. Lecerf,‎ 1894 (lire en ligne)
  • Bénédicte Doyen, « Le rôle des monastères dans la mise en valeur des terroirs de Thiérache : L'exemple de l'abbaye cistercienne de Foigny (XIIe-XVIe siècles) », Mélanges de sciences religieuses, Lille, France, Université catholique de Lille, vol. 60, no 3,‎ 2003 (ISSN 0025-8911)
  • Amédée Piette, Histoire de l'Abbaye de Foigny. Ordre de Citeaux, filiation de Clervaux, Vervins, Impr. de Papillon frères,‎ 1847, 288 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Voyage en Thiérache et à Saint-Quentin d’un élève officier de l’École Royale du Génie de Mézières (1773), [lire en ligne]