Huit Bannières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les « Huit Bannières » (en mandchou : jakūn gūsa, en chinois : 八旗 baqí) étaient des divisions administratives dans lesquelles toutes les familles mandchoues se trouvaient réparties.

Mises en place par Nurhachi après qu'il eut unifié les tribus mandchoues, elles structuraient non seulement l'organisation militaire mandchoue, mais aussi l'ensemble de la société mandchoue[1] : en effet, tout Manchou, homme ou femme, appartenait à une Bannière, et cette appartenance était héréditaire. Ce rôle se renforça encore après la conquête de la Chine, où le système des Bannières servit à la dynastie des Qing pour préserver l'identité mandchoue (en particulier par le système des « mariages dirigés »), tout en se dotant d'institutions civiles et militaires permettant de contrôler la Chine

La pièce élémentaire dont étaient constituées les Bannières était la compagnie (mandchou : niru ; chinois : 佐領 zuoling). Certaines de ces compagnies traduisaient les liens familiaux ou tribaux qui existaient entre leurs membres à l'origine, alors que d'autres s'affranchissaient délibérément de ces liens, de façon à créer une force militaire plus centralisée. Chaque compagnie devait en principe fournir 300 hommes pour servir dans la grande Bannière à laquelle elle appartenait.

Nurhachi, fondateur des Bannières, et premier empereur de la dynastie des Qing

Création des Bannières[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nurhachi.

Les Bannières furent créées par Nurhachi au début du XVIIe siècle (en 1615, selon l'historien Peter C. Perdue). Bien qu'initialement conçues comme militaires par nature, les « Huit Bannières » en vinrent à assumer d'autres tâches administratives, telles que la répartition des terres, la gestion des biens immobiliers, l'administration de la justice, le paiement des salaires, etc.

Une hiérarchie s'était mise en place entre les « Huit Bannières », avec les trois « Bannières supérieures » (les deux Bannières Jaunes, et la Bannière Blanche Unie) qui prenaient leurs ordres directement de l'empereur, et les cinq « Bannières inférieures », commandées par des princes impériaux. Plus tard, ce sera la totalité des Bannières qui seront placées sous le contrôle de l'empereur.

Rôle social[modifier | modifier le code]

Composantes de l'identité culturelle mandchoue[modifier | modifier le code]

Cette identité culturelle comprend un certain nombre d'aspects, considérés comme étant caractéristiques de la vraie nature du peuple mandchou, de la « Voie mandchoue » (Manjusai fe doro)[2] :

Préservation de l'identité mandchoue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mandchous.
Jeune Mandchou en costume traditionnel.

Cette organisation structura profondément l'organisation de l'État mandchou : aujourd'hui encore, la plupart des Mandchous (ou même des descendants de Chinois Han incorporés dans les Bannières) savent à quelle Bannière ils appartiennent[3].

Par ailleurs, le caractère héréditaire des Bannières, le fait qu'elles aient inclus la totalité des Mandchous, en attachant à l'appartenance aux Bannières un certain nombre de devoirs ou de privilèges, tout ceci se traduisait par le fait que les Bannières étaient en quelque sorte des castes, contribuant à entretenir un fort sentiment d'appartenance, même certainement pour ceux qui n'étaient pas d'origine mandchoue.
Ceci permit aux vainqueurs mandchous de continuer à gouverner la Chine sans que le caractère mandchou de la dynastie Qing ne se dilue irrémédiablement dans la masse. Dès le départ cependant, les Mongols furent admis à faire partie des Bannières, pratiquement sur un pied d'égalité avec les Mandchous eux-mêmes ; plus tard, par manque d'effectifs manchous ou mongols, se constituèrent également des Bannières chinoises
Parmi les devoirs ou privilèges entraînés par l'appartenance aux Bannières, on peut citer[4] :

  • les soldats des Bannières étaient regroupés dans 18 villes mandchoues ;
  • il leur était interdit de prendre un autre métier que celui de soldat ou de fonctionnaire (car les attributions des Bannières dépassaient le simple domaine militaire, et leur rôle était en réalité de fournir les cadres dirigeants de l'empire chinois, civils ou militaires) ;
  • ils bénéficiaient de quotas et de critères d'admission différents lors des examens, tout au moins pour les hommes des Bannières mandchoues ou mongoles (les hommes des Bannières chinoises passaient en général les examens selon les critères ordinaires) ;
  • ils étaient à l'abri des poursuites judiciaires ordinaires ou de la torture.

Enfin, même si les Mandchous, du fait de leur petit nombre, peinaient finalement à conserver la majorité dans l'effectif total des Bannières, ils conservaient malgré tout la haute main sur les postes les plus importants, encadrant ainsi l'ensemble de l'armée.

Complexité de l'organisation sociale résultante[modifier | modifier le code]

Le système des « Huit Bannières », visant à préserver l'identité mandchoue, tout en intégrant une très importante population mongole, et même, chinoise Han, ne pouvait manquer de déboucher sur une grande complexité sociale :

  • tout en haut de l'échelle se trouvaient les Mandchous, forcément membres des Bannières,
  • puis venaient les membres des Bannières mongoles, presque assimilés aux Mandchous par l'ancienneté de leur alliance avec ceux-ci. Ainsi par exemple, il n'était pas anormal qu'un Mandchou prenne une Mongole comme première épouse, alors que ceci était à peu près exclu en pratique dans le cas d'une Chinoise Han. De même, seuls les Mandchous et les Mongols pouvaient être ducs ou princes, et eux seuls assumaient en pratique les charges les plus cruciales (protection du palais impérial, corps d'artillerie, même si l'artillerie fut au début une spécialité chinoise)[5].
  • ensuite, mais loin derrière, se trouvaient les hommes des Bannières chinoises. Loin derrière, car considérés par les Mandchous comme « serviles » et manquant de fibre morale.
  • enfin, tout en bas de l'échelle, se trouvait l'immense majorité de la population, c'est-à-dire les Chinois Han ordinaires, non membres des Bannières.

On peut rapprocher l'importance que le système des Bannières revêtait pour les Mandchous avec le coût que représentait cette organisation : en effet, entre 50 % et 70 % du budget total de l'État Qing visait à entretenir ses deux forces armées, les Bannières, et l'Étendard Vert[6]. Et c'est le bon fonctionnement du système des Bannières qui avait le plus d'importance à leurs yeux.

Organisation des Bannières[modifier | modifier le code]

Structure hiérarchique[modifier | modifier le code]

Les Bannières militaires étaient organisées hiérarchiquement :

  • Le niru (ou 佐領, zuoling en chinois) était la plus petite unité, une compagnie composée de 300 hommes
  • Le jalan (ou 參領, canling en chinois) était formé de 5 niru
  • Le gūsa enfin - c'est-à-dire la « Bannière » proprement dite - était composé de 5 jalan. Une Bannière comptait donc 7 500 hommes en principe. Dans la pratique, ces nombres pouvaient varier sensiblement en fonction des circonstances.

Et une des « Huit Bannières », telle que la Bannière Jaune uni par exemple, se composait de nombreuses Bannières « de base » (c'est-à-dire de Bannières composées de 5 jalan).

Composition ethnique[modifier | modifier le code]

Un des gardes du corps mandchou de l'empereur Qianlong.

À partir de la fin des années 1620, les successeurs de Nurhachi incorporèrent des alliés et les Mongols vaincus dans le système des « Huit Bannières ».
En 1631, par exemple, un corps d'artillerie chinois séparé fut créé.
Les « Huit Bannières » se composaient de trois groupes ethniques essentiels : les Manchous, les Mongols, et les Chinois Han. On pouvait cependant trouver quelques Coréens, et même quelques Russes dans les Bannières
Dans chacune des Huit Bannières présentées plus bas, figuraient donc des Bannières étiquetées comme « mandchoues », « mongoles », ou encore « chinoises Han ».
Les tout premiers Chinois à faire partie des Bannières furent simplement « saupoudrés » entre les différentes Bannières comme remplaçants, lorsque le besoin s'en faisait sentir. Mais ensuite, l'importance du nombre des soldats chinois incorporés dans les Bannières - soldats chinois qui jouèrent un rôle important dans les premières années de la conquête pour asseoir le pouvoir des Mandchous - amena l'empire Qing à les regrouper dans des Bannières spécifiques. Peu à peu, il se constitua des Bannières chinoises Han dans chacune des 8 couleurs.

Le nombre de Chinois Han « officiels » dans l'effectif total des Bannières ne cessa donc de grandir : au XVIIIe siècle, sur les 1151 compagnies que comptaient au total les Bannières, 681 étaient des Bannières mandchoues, 204 étaient des Bannières mongoles, et 266 des Bannières chinoises Han[7].
Cependant, à cette répartition officielle des Bannières par ethnie s'ajoutait un autre problème : dans les Bannières « mandchoues », on trouvait en réalité un certain nombre de Chinois Han désireux de se faire passer pour Mandchous, allant par exemple jusqu'à donner des prénoms mandchous à leurs enfants, après avoir modifié leur propre nom pour lui donner une consonance mandchoue.
Ceci entraîna au XVIIIe siècle, sous les empereurs Yongzheng et Qianlong, un choc en retour, avec une série de mesures d'exclusion des Bannières d'un bon nombre de Chinois Han, pour re-« mandchourifier » les Bannières et en exclure les « esclaves » enregistrés frauduleusement comme Mandchous[8] ; en revanche, ceux des Hans qui furent maintenus dans les Bannières se considérèrent en quelque sorte comme Mandchous de facto.

À la fin de la dynastie Qing, tous les membres des Huit Bannières, quelle que soit leur origine ethnique, furent considérés par la République de Chine comme étant Mandchous.

Les mariages dans les Bannières[modifier | modifier le code]

Les mariages étaient strictement contrôlés dans les Bannières, tout au moins dans les Bannières mandchoues :

  • le mariage d'un membre des Bannières ne pouvait avoir lieu sans l'accord préalable du capitaine de la compagnie concernée (système du « mariage dirigé »),
  • C'était d'ailleurs le capitaine de chaque compagnie qui enregistrait les naissances et contrôlait l'état civil mandchou (réforme décidée par l'empereur Yongzheng),
  • un homme des Bannières mandchoues pouvait épouser une Chinoise Han, mais ne pouvait guère la prendre que comme seconde épouse ou concubine,
  • en revanche, une Chinoise Han épouse ou concubine d'un Mandchou était alors elle-même intégrée dans la Bannière et était considérée comme Mandchoue,
  • en sens inverse, il était pratiquement interdit à une femme mandchoue d'épouser un Chinois Han, et cette interdiction était respectée dans les faits.

Les soldats des Bannières[modifier | modifier le code]

Depuis l'époque de la conquête de la Chine (1644 - 1683), les soldats des Bannières devinrent des militaires professionnels et se bureaucratisèrent. Une fois que les Mandchous eurent pris le contrôle de l'empire, il leur devint impossible de satisfaire aux besoins matériels des soldats en distribuant le butin conquis : à la place, un système de salaire fut institué, les grades furent standardisés, et les « Huit Bannières » devinrent une sorte de caste militaire héréditaire, même si elles comportaient une composante ethnique importante. Les soldats des Bannières se virent affectés à des postes permanents, soit en tant que défenseurs de la capitale, Pékin, où vivaient à peu près la moitié d'entre eux avec leur famille, soit encore dans les provinces, où quelque dix-huit garnisons furent établies.
Les garnisons les plus importantes furent, pendant l'essentiel du règne des Qing, celles qui se trouvaient à Pékin, suivi par Xi'an et Hangzhou. Un grand nombre de soldats des Bannières se trouvaient également en Mandchourie, à des endroits stratégiques de la Grande Muraille, ainsi que sur le Yangtze et le Grand Canal.

Les « Huit Bannières »[modifier | modifier le code]

Voici quelles étaient les « Huit Bannières ». Il faut bien comprendre ici que ces Bannières ne désignent pas une unité combattante, encore moins un nombre de soldats, mais bien l'appartenance à un groupe, à une caste, appartenance que l'on acquérait à la naissance (même si des « passerelles » pouvaient exister entre Bannières).

Bannière Français Mandchou[9] Mongol Chinois
ManZhow 8Flag Yellow.jpg Bannière Jaune
gulu suwayan i gūsa
Шүлүүн шар хошуу
正黃旗 zhenghuangqi
ManZhow 8Flag YellowInBorder.jpg Bannière Jaune à bordure
kubuhe suwayan i gūsa
Хөвөөт шар хошуу
鑲黃旗 xianghuangqi
ManZhow 8Flag White.jpg Bannière Blanche
gulu šanggiyan i gūsa
Шүлүүн цагаан хошуу
正白旗 zhengbaiqi
ManZhow 8Flag WhiteInBorder.jpg Bannière Blanche à bordure
kubuhe šanggiyan i gūsa
Хөвөөт цагаан хошуу
鑲白旗 xiangbaiqi
ManZhow 8Flag Red.jpg Bannière Rouge
gulu fulgiyan i gūsa
Шүлүүн улаан хошуу
正紅旗 zhenghongqi
ManZhow 8Flag RedInBorder.jpg Bannière Rouge à bordure
kubuhe fulgiyan i gūsa
Хөвөөт улаан хошуу
鑲紅旗 xianghongqi
ManZhow 8Flag Blue.jpg
Bannière Bleue
gulu lamun i gūsa
Шүлүүн хөх хошуу
正藍旗 zhenglanqi
ManZhow 8Flag BlueInBorder.jpg Bannière Bleue à bordure
kubuhe lamun i gūsa
Хөвөөт хөх хошуу
鑲藍旗 xianglanqi

Déclin des Bannières[modifier | modifier le code]

Inefficacité militaire[modifier | modifier le code]

Même si les Bannières furent essentielles dans la conquête de la Chine par les Qing contre les armées Ming, elles commencèrent à s'atrophier au cours du XVIIIe siècle, et s'avérèrent être devenues inefficaces pour mener une guerre moderne dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les Bannières à cette époque se montrèrent incapables de vaincre les puissances occidentales, telles que le Royaume-Uni lors des Guerres de l'opium, et furent également mises en difficulté lors de la Révolte des Taiping.

La fin des Bannières[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, la dynastie Qing commença à entraîner et à constituer les unités d'une « Nouvelle Armée » entraînée, équipée, et organisée à l'occidentale. Cependant, le système des Bannières perdura jusqu'à la chute des Qing en 1911, et même au delà, avec un embryon d'organisation qui continua à fonctionner jusqu'à l'expulsion de Puyi (le dernier empereur Qing) de la Cité interdite en 1924.

Armée de l'Étendard Vert[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armée de l'Étendard Vert.

Parallèlement aux « Huit Bannières » existait sous les Qing une armée Han « classique », l'armée de l'Étendard Vert. Cette armée n'avait pas le même statut que les Bannières, de même qu'un soldat Han de l'Étendard Vert n'avait pas le statut social d'un Han appartenant à une Bannière Han.

Dans l'armée de l'Étendard Vert se trouvaient par exemple des Hans exclus des Bannières hans, et des soldats des garnisons provinciales.

En principe, seuls des officiers hans commandaient ces troupes : les Mandchous considéraient en effet que nommer des hommes des Bannières mandchoues comme officiers dans l'Étendard Vert aurait non seulement un effet démoralisant sur les soldats hans (en les privant de possibilité de promotion), mais encore (et surtout), aurait un effet débilitant sur les officiers mandchous eux-mêmes, en leur conférant par contagion l'esprit « servile » des Hans[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mark C. Elliot : The Manchu way: The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China. Stanford, Stanford University Press, 2001, Préface.
  2. Mark C. Elliot : The Manchu way: The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China. Stanford, Stanford University Press, 2001, p. 9
  3. Article du China Daily de décembre 2003
  4. Revue du livre de Mark C. Elliot, The Manchu Way: The Eight Banners and Ethnic Identity in Late Imperial China, sur orpheus.ucsd.edu (consulté le 12 novembre 2009)
  5. Mark C. Elliot : The Manchu way: The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China, p. 334
  6. Mark C. Elliot : The Manchu way: The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China, p. 307
  7. Mark C. Elliot : The Manchu way : The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China, p. 335
  8. Mark C. Elliot : The Manchu way : The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China, page 331
  9. Note : Voici un aperçu rapide des mots mandchous utilisés pour décrire les Bannières : gulu signifie « uni », et kubuhe, « à bordure ». Suwayan, šanggiyan, fulgiyan et lamun signifient respectivement « jaune », « blanche », « rouge » et « bleue ». Quant à gūsa, ce mot signifie bien sûr « bannière », le i étant la marque du possessif (« bannière de bleu à bordure » sera donc kubuhe lamun i gūsa, dans un ordre inversé par rapport au français).
  10. Mark C. Elliot : The Manchu way : The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China, page 168

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mark C. Elliot : The Manchu way : The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China. Stanford, Stanford University Press, 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]