Huang Taiji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Huang Taiji

Huang-Taiji (皇太極) (28 novembre 1592 - 21 septembre 1643), empereur de Chine du Nord de 1626 à 1643, était le huitième fils de Nurhachi, le fondateur de la dynastie des Jin postérieurs, qui devait régner sur la Chine sous le nom de Qing à partir de 1644. Il livra bataille contre les Ming menés par leur empereur de Chine du Sud Tianqi de 1625 à 1627, puis contre le frère cadet de celui-ci, l'empereur de Chine du Sud Chongzhen de 1627 à 1643, date de sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le règne de Huang Taiji commença dans un contexte militaire difficile, les Jurchens étant à nouveau battus en 1627 par les troupes de Yuan Chonghuan, l'armée Ming bénéficiant de nouveaux et puissants canons achetés aux Portugais. La même année, Huang Taiji envahit la Corée, à laquelle il impose des traités commerciaux. Pour remédier à cette disparité de moyens, Huang Taiji créa en 1634 son propre corps d'artillerie, à l'aide de soldats Hans et d'artisans chinois capturés, qui confectionnèrent des canons sur le même modèle que ceux des Ming.

En 1635, Huang Taiji adopta le nom de « Mandchou » (chinois: 滿州 ; mandchou ; alphabet mandchou : Manju.svg) pour désigner l'ensemble du peuple Jurchen. En 1636, après s'être vu remettre par Ejei Khan, le fils du Grand Khan mongol Ligdan Khan, récemment décédé, le sceau impérial de la dynastie Yuan, Huang Taiji adopta pour l'État mandchou le nom de Grand Qing, abandonnant le titre de Khan pour celui d'Empereur. Le choix du nom de Qing, signifiant Clair était probablement motivé par le désir de signifier l'opposition aux Ming, dont le nom était représenté par le sinogramme 明, composé des caractères 日 (soleil) et 月 (lune), associés au feu ; le nom de Qing était par contre représenté par le sinogramme 清, alliant 水 (eau) et 青 (bleu) et associant ainsi la dynastie à l'élément aquatique, par opposition au « feu » des Ming.

En 1635, les alliés Mongols furent entièrement incorporés, dans une Bannière distincte mais sous le contrôle direct des Mandchous. En 1636, face aux désirs d'autonomie des Coréens, les troupes de Huang Taiji envahirent à nouveau la Corée, réduisant la Dynastie Chosŏn à la vassalité. En 1637, les deux premières Bannières Han furent créées ; en 1642, les huit bannières étaient formées. Ces réformes militaires contribuèrent aux succès de Huang Taiji, qui battit les troupes Ming dans une série de batailles entre 1640 et 1642, prenant le contrôles des territoires de Songshan (松山) et de Jingzhou (锦州). Cette dernière victoire permit aux Jurchens d'obtenir la reddition des troupes les plus puissantes de l'armée des Ming, et le retrait des défenses au nord de la Muraille de Chine.

Au fil des années et des progrès de ses troupes, Huang Taiji constitua une bureaucratie étatique semblable à celle des Ming, suivant les conseils de fonctionnaires impériaux ralliés à sa cause. Contrairement à son père, le souverain jurchen ne considérait pas les Hans comme des ennemis potentiels et s'employa au contraire à leur faire une place dans son administration et son armée, s'assurant des loyautés.

La mort de Huang Taiji, en septembre 1643, laissa les Qing dans l'incertitude, aucune règle claire de succession n'existant à l'époque. Hooge, fils aîné de Huang Taiji, et son demi-frère Dorgon revendiquant tous deux la succession, la situation fut résolue par le choix de Fulin, fils cadet de l'Empereur Qing, alors âge de cinq ans, connu sous le nom de règne de Shunzhi. Dorgon assura la régence.

C'est sous le règne de son jeune fils Shunzhi en 1644 que Pékin est prise, on date traditionnellement le début de la nouvelle dynastie mandchoue Qing à partir de cet évènement. L'ensemble de la Chine étant finalement conquis en 1683.

Précédé par Huang Taiji Suivi par
Nurhachi
Dynasties chinoises
1626-1643
Dynastie Qing
Shunzhi