Abbaye Saint-Mesmin de Micy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Saint-Mesmin de Micy
L'abbaye en 1707[1]
L'abbaye en 1707[1]
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Rattachement Bénédictins puis Carmel depuis 1939
Début de la construction vers 500
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Commune Saint-Pryvé-Saint-Mesmin
Coordonnées 47° 52′ 55″ N 1° 52′ 06″ E / 47.88194, 1.8683347° 52′ 55″ Nord 1° 52′ 06″ Est / 47.88194, 1.86833  

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
Abbaye Saint-Mesmin de Micy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Mesmin de Micy

L'abbaye Saint-Mesmin de Micy était une abbaye bénédictine située sur l'actuel territoire de la commune de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin dans le département du Loiret et la région Centre.

Le lieu accueille une communauté de carmelites depuis 1939.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des abbés de Micy.

Première période[modifier | modifier le code]

D'après la Vie de saint Maximin écrite au IXe siècle, saint Euspice, archiprêtre de Verdun, alla au-devant de Clovis qui était venu dans la ville pour la châtier de s'être révoltée. Ayant obtenu le pardon, le roi se l'attacha ainsi que son neveu saint Mesmin, ou saint Maximin. En 508, saint Euspice cherchant un lieu de retraite, il trouva près d'Orléans, au confluent de la Loire et du Loiret, une villa royale inoccupée appelée Micy. Il reçut le domaine de Micy de Clovis afin d'y établir un monastère[2]. Le roi y ajouta d'autres domaines et un terrain à l'intérieur des remparts d'Orléans, appelé Alleu de Saint-Mesmin, pour servir de refuge en cas de troubles. Les diplômes de donation attribués Clovis sont des faux.

Saint Euspice mourut le 10 juin 510 et fut enterré à Orléans à côté de saint Aignan dans l'église Saint-Pierre-aux-Bœufs, devenue la basilique Saint-Aignan. Saint Mesmin prit alors la direction du monastère. Fraimbault de Lassay y entre en 518, il y sera ordonné prêtre.

Le monastère a été construit par les moines à l'intérieur d'une enceinte, comprenant des cellules de cénobites et deux grands édifices, l'église dédiée à saint Étienne et un bâtiment destiné aux exercices de la vie commune.

Saint Mesmin l'Ancien meurt le 15 décembre 520. Du début de l'existence du monastère, parmi les trente moines que le monastère a inscrit dans son ménologe, Jean Mabillon a noté que l'Église a reconnu parmi les moines y ayant vécu vingt-six saints : saint Mesmin l'Ancien, saint Mesmin le Jeune, saint Euspice, saint Avit, saint Théodemir, saint Doulchard, saint Lyé, saint Fraimbault, saint Urbice, saint Sénard, saint Amatre, saint Calais, saint Pavas, saint Viatre, les deux saints Léonard, saint Rigomer, saint Liphard, saint Dié, saint Eusice, saint Almire, saint Ulphace, saint Romer, saint Ernée, saint Front, saint Gault et saint Brice.

Dans ces premiers temps, la règle suivie par ces cénobites était celle des ermites d'Orient qu'observaient les disciples de saint Antoine et de saint Basile. Ces règles avaient été apportées en Occident par Jean Cassien et saint Martin.

Vers la fin de l'année 593, après la mort du cinquième abbé, saint Mesmin le Jeune, on ne connaît aucun abbé pendant près de deux cents ans. L'abbaye ne dut pas disparaître puisqu'on a conservé des documents sur des donations qui lui sont faites par Dagobert Ier, Thierry III. Les corps de saint Mesmin l'Ancien, saint Théodemir et saint-Mesmin-le-Jeune furent transportés dans un oratoire à l'intérieur d'Orléans vers 675.

Deuxième période[modifier | modifier le code]

En 788, Charlemagne nomme Théodulfe évêque d'Orléans, abbé de Fleury-Saint-Benoît, abbé de Micy, abbé de Saint-Aignan d'Orléans et de Saint-Liphard de Meung-sur-Loire. Théodulfe n'a pas été abbé régulier de Micy mais abbé bénéficiaire. Constatant l'état de l'abbaye, il a entrepris de la relever en introduisant la règle bénédictine. Pour introduire la règle il demanda à Benoît d'Aniane des moines pour l'enseigner. Douze moines sous la conduite d'un supérieur, peut-être Dructesinde, furent envoyés à l'abbaye de Micy.

Troisième période[modifier | modifier le code]

François III de La Rochefoucauld, évêque de Clermont, reçoit l'abbaye de Micy en 1598. Il entreprend de terminer la restauration des bâtiments en 1606. Les moines bénédictins de l'abbaye étaient critiqués pour leur conduite. Aussi l'abbé décida de les expulser de leur abbaye et de placer à leur place des moines de la congrégation des Cisterciens réformés, appelés Feuillants. Cette congrégation avait été créée en 1583 au monastère des Feuillants de Toulouse. Il obtint l'accord du pape Paul V après avoir été à Rome en 1607 quand il a été nommé cardinal. Le pape envoya un bref en ce sens à l'évêque d'Orléans, Gabriel de L'Aubespine, le 12 octobre 1607. Après une période de contestation par les moines bénédictins de l'abbaye sommés de la quitter, les Feuillants furent solennellement installés le 10 décembre 1608.

En 1790, les Bénédictins furent expulsés.

L'abbaye est aujourd'hui complètement détruite.

Blason des religieux Feuillants de Saint-Mesmin

Les armes des religieux Feuillants de Saint-Mesmin se blasonnent ainsi :

D'azur, à la vierge à l'enfant d'or[3].

Carmel d'Orléans[modifier | modifier le code]

En 1939, le Carmel d'Orléans fondé en 1617, est transféré et s'installe 18, rue Claude Joliot, sur l'ancien site de l'abbaye de Micy[4].

La croix de Micy[modifier | modifier le code]

La croix de Micy

À Saint-Pryvé-Saint-Mesmin subsiste la croix de Micy, croix de 4 mètres de haut qui fut construite en 1858 avec les dernières pierres des restes de l'abbaye.

Le socle de la croix porte l'inscription suivante : « Je m'élève sur les ruines du monastère de Micy fondé sous Clovis Ier, chrétien, roi des francs, l'an du seigneur 1858, Pie IX étant pontife suprême, Napoléon III empereur. Félix Dupanloup, évêque d'Orléans, dédiait ce monument à la mémoire vénérée des Saints Euspice et Mesmin, fondateurs de l'abbaye de Micy »[5].

Objets[modifier | modifier le code]

La base Enluminures du ministère de la Culture fait état d'une bible du deuxième tiers du XIIIe siècle, de deux missels du XIIe et du milieu du XIIIe siècle et d'un bréviaire du début du XVIIe siècle à l'usage de l'abbaye Saint-Mesmin de Micy[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Boudan, « Vue de l'abbaye Saint-Mesmin de l'ordre des Feuillens près Orléans. », sur Bibliothèque nationale de France,‎ 1707 (consulté le 6 décembre 2009)
  2. « Historique de la ville », sur www.saint-pryve.com, Mairie de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin (consulté le 6 décembre 2009)
  3. Charles-René d'Hozier, Armorial général de France : dressé en vertu de l'édit de 1696, vol. 22, 827 p. (lire en ligne), p. 197
  4. « Saint-Pryvé-Saint-Mesmin (Micy-Orléans) », sur www.carmel.asso.fr, Le Carmel en France (consulté le 6 décembre 2009)
  5. « Visite de la ville », sur www.saint-pryve.com, Mairie de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin (consulté le 6 décembre 2009)
  6. Institut de recherche et d'histoire des textes. Centre national de la recherche scientifique, « Orléans - BM - ms. 0007, 0121, 0721 et 0130 », sur www.enluminures.culture.fr, Ministère de la Culture (consulté le 6 décembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Jacques, Quelques réflexions sur les origines de l'abbaye de Micy-lez-Orléans, Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais,‎ 1975, p. 395-401
  • Eugène Jarossay, Histoire de l'abbaye de Micy-Saint-Mesmin-lez-Orléans (502-1790) : son influence religieuse et sociale d'après les archives et les documents originaux., Orléans, M. Marron,‎ 1902, 543 p. (lire en ligne)
  • Marie-Marguerite Lemarignier, Études sur les anciennes chartes de l'abbaye Saint-Mesmin de Micy et essai de restitution des cartulaires, Paris, Thèse de l'école des Chartes
  • Avertissement servant à l'examen des titres et chartulaires de l'abbaye de S. Mesmin, et pour en justifier les faussetés. Pour le sieur Chassinat, au sujet des usurpations de l'abbé de Vassan sur la Loire.,‎ 1661 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]