Judith de Bavière (805 - 843)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Judith, dans la chronique des Welfs

Judith de Bavière[1], née vers 805, morte le 19 avril 843, est une aristocrate de l'empire carolingien, seconde épouse de l'empereur Louis le Pieux et mère du roi Charles II le Chauve.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d'un noble bavarois, Welf Ier, seigneur d'Altdorf et de Ravensburg.

En février 819, elle épouse à Aix-la-Chapelle Louis Ier le Pieux, veuf d'Ermengarde de Hesbaye.

De ce mariage naissent Gisèle, entre 819 et 822 et Charles, en 823. La naissance de Charles remet en question le partage de l'empire que Louis le Pieux a fait en 817 entre ses trois premiers fils, Lothaire, Pépin et Louis (ce dernier est marié en 827 avec Emma, une sœur de Judith).

En 829, l'empereur jette les bases d'un nouveau partage, mais Lothaire refuse d'y souscrire, avec le soutien de l'évêque Frédéric d'Utrecht qui reproche à l'impératrice une vie dissolue. Le fils rebelle est cependant vaincu[2] et l'évêque assassiné (il sera canonisé par la suite).

Toutefois, la rivalité entre Judith et ses beaux-fils amène de nouveau une crise en 833 : Louis le Pieux est déposé par ses fils. Lothaire s'empare du pouvoir souverain ; une nouvelle répartition du territoire écarte les prétentions de Charles[3]. Judith est exilée dans un couvent à Tortona en Italie.

Elle en revient en avril 834, après la fuite de Lothaire et la restauration de Louis le Pieux[4].

Après la mort de Louis le Pieux en 840, elle assiste aux guerres entre Lothaire d'une part, Louis et Charles d'autre part. Elle meurt peu de temps avant le traité de Verdun qui fait de Charles le roi de Francie occidentale.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie de Judith sur le site Medieval Lands
  2. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. I, Bruxelles, H. Lamertin,‎ 1902 (réimpr. 1981) (lire en ligne), p. 3
  3. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 4.
  4. Jean Moeller, Précis de l'histoire du Moyen Âge, Vanlinthout et Vandezande, Louvain, 1841, p.  153.