Harald Klak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Harald Klak (mort en 852) roi des Danois de 812 à 813 et de 819 à 827.

Origine[modifier | modifier le code]

L’origine d’Harald Klak demeure imprécise. Selon les Annales regni Francorum il est avec ses frères « Hringr » (Anulon) et Reginfred un « nepos » (neveu ou éventuellement petit-fils) d’un roi antérieur nommé Harald. Le danois chrétien Hemming, fils de Halfdan, duc de Frise tué lors d’une attaque des Vikings en 837 était peut être son frère..

Biographie[modifier | modifier le code]

Après la mort au combat des rois Siegfried II et Hring (Anulon) Harald Klak et Reginfried, frères du second dont le troupes sont restées victorieuses sur le terrain deviennent roi des danois.

Cependant dès 813, les deux frères sont chassés du pouvoir par une offensive des fils de Godfried de Danemark. L’année suivante ils tentent de reprendre le pouvoir mais Reginfried est tué avec l’aîné des fils de Godfried[1].

Harald Klak se réfugie à la cour de Louis le Pieux. Selon Eginhard «  il se remit entre ses mains «[2], « il se recommanda dans les mains [de l’empereur] », « à la manière des Francs » ajoutera plus tard l’Astronome, sans que l’on puisse y voir expressément une recommandation vassalique mais peut-être seulement une cérémonie d’entrée sous la protection du souverain.

Par la suite, les Francs s’impliquèrent constamment dans les affaires du royaume danois et l’Empereur donna l’ordre aux comtes saxons et aux Obotrides de secourir Harald Klak[3] . Cette intervention s’accompagna d’un effort missionnaire sans précédent en direction du monde scandinave.

Louis le Pieux envoie en 815 une armée au Jutland sans succès[4].En 817 les fils de Godfried « tourmentés par les ravages d’Harald envoyèrent une députation à l’empereur pour demander la paix. Les protestations des ambassadeurs semblèrent plus feintes que sincères et ils furent éconduits[5].

En 819 L'Empereur réussit à réinstaller Harald son protégé au pouvoir, avec l’aide des Obodrites. Deux des fils de Godefried sont à cette occasion chassés du pays et les deux autres lui sont associés[6].

Forcés de gouverner conjointement, Harald et les deux fils restant de Godfried entamèrent une cohabitation. En 821 Eginhard note que « Les fils de Godefried avaient admis Harald au partage du royaume et l’on attribue à cet arrangement la paix qui régnait entre eux » .

L’année suivante des ambassadeurs d’Harald et des fils de Godefried se rendent à l’assemblée de Francfort[7]. Toutefois dès 823 Harald sollicite de nouveau des secours de l’Empereur qui envoie deux comtes Théothaire et Rotmund pour l’informer. Leur rapport met en cause la perfidie des fils de Godefried[8].

En 826 Harald se rend en personne à Ingelheim avec sa femme et un grand nombre de danois et il est baptisé dans l’abbaye Saint-Alban devant Mayence. Louis le Pieux devient son parrain pendant que l’impératrice Judith est la marraine de son épouse et Lothaire Ier le parrain de son fils Godefried.

Le roi Danois reçoit en outre une chlamyde ornée de pourpre et d’or, une couronne et un baudrier[9]. Harald reçoit également la concession du comté de Rüstringen en Frise pour qu’il puisse s’y réfugier éventuellement s’il devait être chassé de son pays[10] .

L’année suivante Harald est expulsé du Danemark. Les comtes de Saxe se réunissent avec les commandants des marches pour intervenir mais Harald trop pressé d'attaquer rompt la paix ce qui provoque une riposte des fils de Godefried qui passent l'Eider et obligent les Francs à s'enfuir[11].

Horik désormais, à priori, le seul survivant des fils de Godefried demeure seul roi. Louis le Pieux semble avoir accepté le fait accompli et noue rapidement des relations diplomatiques avec le nouveau souverain[12].

La mission de christianisation du Danemark est momentanément interrompue et dès 829, c’est vers la Suède qu’Ansgar tourne son apostolat. S’il retourne par la suite ches les danois et y reçoit un accueil favorable, il n’obtient pas la conversion des nouveaux souverains.

La carrière ultérieure de Harald n’est pas connue avec précision et reste difficile à suivre car plusieurs personnages du même nom apparaissent dans les sources jusqu’au milieu du IXe siècle. Les Annales de Fulda, rapportent, sous l’année 852, la mort d’un Harald (Herialdus Nordmannus) qui, après avoir fui la colère de Horik et s’être réfugié auprès du roi Louis le Pieux, s’était converti au christianisme et avait vécu honorablement de longues années parmi les Francs.

Selon les mêmes annales Cet Harald, suspecté de trahison aurait été tué par les commandants chargés de la garde de la frontière danoise. On ne peut toutefois pas établir avec certitude s'il s’agit là de l'ancien roi Harald Klak ou d’un obscur homonyme

Postérité[modifier | modifier le code]

De son épouse inconnue baptisée en même temps que lui Harald laisse un fils :

  • Godfried Haraldsson

la Gesta Danorum de Saxo Grammaticus donne un autre fils à Harald Klakk.

  • Guthormus vainqueur de l'usurpateur « Ericus fils d'Haraldus » et dont la fille épouse Ericus réputé être le fils Sigurd Œil de Serpent[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annales regni Francorum AD 814
  2. Annales regni Francorum
  3. Ces derniers chez qui l’autorité royale était également partagée entre la famille de Thrasicon et celle de Scluomir se montrèrent des alliés peu surs
  4. Annales regni Francorum AD 815
  5. Annales regni Francorum AD 817
  6. Annales regni Francorum AD 819
  7. Annales regni Francorum AD 822
  8. Annales regni Francorum AD 823
  9. La visite de Harald à Ingelheim nous est connue par le récit détaillé qu’en fait Ermold le Noir, vers 826-828, dans son Poème sur Louis le Pieux
  10. cette donation est confirmé par l’l'Astronome dans sa Vie de Louis le Débonnaire
  11. Eginhard Vie de Louis le Débonnaire AD 828
  12. Annales regni Francorum AD 827
  13. Saxo Grammaticus « La Geste des Danois  » Livres I-IX, texte traduit par Jean-Pierre Troadec et présenté par François-Xavier Dillmann. Gallimard « L'aube des peuples », Paris 1995 (ISBN 2-07-072903-6) Livre IX chapitre V & VI p. 408-410 .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Texte original sur le net[modifier | modifier le code]