Emma de Bavière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grabmal Hemma.jpg

Emma de Bavière (v. 808- † 31 janvier 876), est une aristocrate de l'empire carolingien, sœur de l'impératrice Judith de Bavière (seconde épouse de Louis le Pieux) et femme du roi Louis le Germanique (fils du même Louis le Pieux).

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Welf Ier, comte en Bavière, et de Heilwich.

En 819, l'empereur Louis le Pieux, veuf d'Ermengarde de Hesbaye, se remarie avec Judith de Bavière. La naissance en 823 du prince Charles remet en cause le partage de l'empire décidé en 817 en faveur de ses trois fils nés d'Ermengearde : Lothaire, Pépin et Louis.

Afin de se concilier au moins un de ses beau-fils et de favoriser l'influence de sa famille, Judith organise en 827 le mariage de Louis et de sa sœur Emma, projet d'autant plus approprié que Louis doit hériter du duché de Bavière ; ce mariage lui permet donc de s'allier aux Welfs, importante famille de son futur royaume[1].

Du mariage d'Emma et de Louis naissent les enfants suivants[2] :

Ce mariage n'empêche pas Louis de participer avec Lothaire à la révolte de 833 contre Louis le Pieux.

Mais, après la mort de Louis le Pieux en 840, Louis s'allie avec Charles contre Lothaire. Après l'avoir battu à Fontenoy-en-Puisaye, ils lui imposent le traité de Verdun (août 843), par lequel, entre autres, Louis devient roi de Germanie[3].

Emma meurt le 31 janvier 876 ; elle est inhumée dans l'abbaye bénédictine de Kleinelfdorf fondée par saint Emmeran à Ratisbonne. Son mari lui survit sept mois jusqu'au 28 août 876. Il est enterré dans l'église de Lorsch, dans le Palatinat[4].

Un hypothétique premier mariage[modifier | modifier le code]

En étudiant l'ascendance de plusieurs princesses bourguignonnes du nom de Willa (ou Guille) :

Le généalogiste Jean-Noël Mathieu a proposé de voir en Engelberge, femme de Louis II et mère d'Ermengarde, femme de Boson de Provence, une fille d'Emma de Bavière et d'un premier mari, issu des Guilhelmides, qui serait Thierry III d'Autun, mort en 826 et fils de Guillaume de Gellone. Cette Engelberge est qualifiée de soror dans deux diplômes, un de Carloman et l'autre de Charles le Gros[5].

Article détaillé : Engelberge (femme de Louis II).

Généalogie[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Welf Ier
comte en Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Conrad
(† 862/866)
cte Paris et Auxerre
 
Rodolphe
(† 866)
abbé Saint-Riquier
 
Guillaume
de Gellone

(† 812/815)
 
 
 
 
 
Ermengarde
de Hesbaye

(† 818)
 
 
 
Louis le Pieux
(778 † 840)
empereur
 
 
 
Judith
de Bavière

(† 843)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lothaire Ier
(795 † 855)
empereur
 
Thierry III
(† 826)
comte d'Autun
 
Emma
de Bavière

(† 876)
 
 
 
 
 
Louis II
le Germanique

(806 † 876)
roi de Germanie
 
Charles
le Chauve

(823 † 877)
roi de France
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis II
(v.825 † 875)
roi d'Italie
 
 
 
Engelberge
(† 896/901)
 
Carloman
(v.830 † 880)
roi de Bavière
 
Louis III le jeune
(v.835 † 882)
roi de Germanie
 
Charles le Gros
(839 † 888)
empereur
 
quatre
filles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Boson
(† 887)
roi en Provence
 
Ermengarde
(† 896/901)
 
 
 
 
Arnulf
(v. 850 † 899)
empereur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Riché 1983, p. 152-5.
  2. Settipani 1993, p. 287.
  3. Riché 1983, p. 162-170.
  4. Settipani 1993, p. 285-6.
  5. Mathieu 2000, p. 177-180