Gisèle (fille de Louis le Pieux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gisèle.

Gisèle (Gisela) (née vers 819/822 - † après 874) est la fille de l'empereur Louis le Pieux et de Judith de Bavière.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 836, l'empereur Louis le Pieux donne en dot le domaine royal d'Annappes, avec ses dépendances Ascq, Flers et Gruson, à sa fille Gisèle, épouse d'Évrard de Frioul[1].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Généalogie des Carolingiens.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Gisèle épouse, probablement vers 836, Eberhard[2], marquis de Frioul, avec lequel elle eut dix enfants :

  1. Évrard (837- † après le 20 juin 840).
  2. Ingeltrude de Frioul (v. 836 - † 867) épouse Henri de la Marche (830 – 886), marquis de Neustrie
  3. Unroch III de Frioul (v. 840 - 874) époux de Ève de Tours.
  4. Bérenger Ier de Frioul (v. 843 - † 924) époux de Berthe de Spolète, élu roi des Lombards à Pavie en 888, et empereur romain germanique en 915.
  5. Adahard († après le 1er juillet 874). Abbé de l'Abbaye Sainte-Calixte de Cysoing.
  6. Raoul († 1er mai 892). Abbé laïc de l'Abbaye Sainte-Calixte de Cysoing et de l'abbaye Saint-Vaast d'Arras. En 883 le roi Carloman II de France lui donna l'Artois et le Ternois qui furent saisis à sa mort par le comte Baudouin II de Flandre.
  7. Alpais, morte jeune et inhumée à l'Abbaye Sainte-Calixte de Cysoing.
  8. Heilwide de Frioul (v. 855 - v. 895) qui épousa vers 874 Huchald (Hucbald) d'Ostrevant (850 - 890) puis peut-être Roger Ier (v. 867 - † 926) comte de Laon
  9. Gisèle († v. 863). Nonne à l'Abbaye Saint-Sauveur de Brescia.
  10. Judith de Frioul (863 - † 881) qui épousa Conrad II de Bourgogne, comte d'Auxerre et duc de Bourgogne Transjurane de 859 à 864.

Évrard et Gisèle fondent l'Abbaye Sainte-Calixte de Cysoing.

Évrard de Frioul dont le corps fut ramené d'Italie par son fils et son épouse Giséle ont été enterrés dans une crypte[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ascq sous Charlemagne en l'an 800 », Part. 1, Chap. 2, pages 13 à 16, Essai de l'histoire d'Ascq et de ses environs, P. Delebart, Imprimerie R. Boulonnais, Ascq, 1952.
  2. Évrard (Eberhard) sur le site Foundation for Medieval Genealogy
  3. Lettre à un académicien d'Arras sur la princesse Gisèle, fille de Louis le Débonnaire, et sur la date du testament du Comte Evrard, son époux, fondateur de l'église de Cysoing, 1779, [1]

Sources[modifier | modifier le code]