Gochavank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Gochavank
(Nor-Getik)
De gauche à droite : tour-clocher de la bibliothèque, gavit, Sourp Astvatsatsin, Sourp Grigor Lousavorich, Sourp Grigor.
De gauche à droite : tour-clocher de la bibliothèque, gavit, Sourp Astvatsatsin, Sourp Grigor Lousavorich, Sourp Grigor.
Présentation
Nom local (hy) Գոշավանք (Նոր Գետիկ)
Culte Inactif (anciennement apostolique arménien)
Type Monastère
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Architecte Mkhitar Goch, Mkhitar le Charpentier, Grigor et Zakios
Autres campagnes de travaux Restauration en 1957-1963 et dans les années 2000
Style dominant Arménien
Géographie
Pays Arménie
Marz Tavush
Province historique Gougark
Commune Goch
Coordonnées 40° 43′ 48″ N 44° 59′ 52″ E / 40.729878, 44.99772540° 43′ 48″ Nord 44° 59′ 52″ Est / 40.729878, 44.997725  

Géolocalisation sur la carte : Arménie

(Voir situation sur carte : Arménie)
Gochavank(Nor-Getik)

Gochavank ou Goshavank (en arménien Գոշավանք, « monastère de Goch » ; anciennement Nor-Getik, Նոր Գետիկ, « Nouveau Getik ») est un monastère arménien situé dans la communauté rurale de Goch dans le marz de Tavush, non loin de la ville actuelle de Dilidjan, au nord-est de l'Arménie. Le complexe a été édifié du XIIe au XIIIe siècles durant la période zakaride ; il est actif jusqu'à la fin du XIVe, puis du XVIIe au XIXe siècles.

L'église principale du monastère, Sainte-Mère-de-Dieu (Sourp Astvatsatsin), est précédée d'un gavit ; deux autres églises (Sourp Grigor et Sourp Grigor Lousavorich), plusieurs chapelles et une bibliothèque complètent le site. Le monastère porte le nom de son fondateur, le fabuliste, juriste et théologien Mkhitar Goch.

Aujourd'hui désaffecté sur le plan religieux et restauré en deux phases aux XXe et XXIe siècles, il est une attraction touristique régionale.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Situation de Gochavank.
Article général Pour des articles plus généraux, voir Tavush et Gougark.

Le monastère s'élève sur un monticule culminant à 1 252 m d'altitude[1] et adossé aux parois rocheuses de la haute-vallée boisée de Tandzout[2], une petite vallée reliée à celle de l'Aghstev[3], au nord-est du haut-plateau arménien et sur la bordure extérieure du Petit Caucase[4].

Le complexe est situé sur le territoire de la communauté rurale de Goch, à 23 km de Dilidjan[5], dans le marz de Tavush, au nord-est de l'Arménie[6]. Gochavank est également proche du monastère de Haghartsin, avec lequel il a été comparé par l'UNESCO à l'ensemble formé par les monastères de Haghpat et de Sanahin[7], conjointement inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO[8]. Il existe en outre un projet de l'intégrer, avec ce même monastère, au parc national de Dilidjan[9], qui l'entoure intégralement[10].

Historiquement, Gochavank est situé dans le canton de Varaznunik (par après Kolbopor) de la province de Gougark[11], une des quinze provinces de l'Arménie historique selon le géographe du VIIe siècle Anania de Shirak[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Arménie zakaride.

Sous la protection du prince Ivanê Zakarian[13], lors de la « renaissance zakaride » succédant aux invasions seldjoukides et à la libération du nord de la Grande-Arménie par les Géorgiens appuyés par les Arméniens[14], le monastère est fondé en 1181 par Mkhitar Goch sous le nom de Nor-Getik[15] (« Nouveau Getik »[16])[5], à la suite de la destruction par un séisme du monastère de Getik[2] (dont il ne subsiste que des ruines[6]), 20 km plus à l'est[13]. Il semble que le site ait été l'emplacement d'une forteresse de l'âge du fer, comme le laissent croire les ruines du réfectoire[6].

Le monastère avant sa dernière restauration.

Deux premières églises en bois (Sourp Grigor Lousavorich et Sourp Karapet Hovnan, dont il ne subsiste rien[5]) font rapidement place à un premier bâtiment en pierre, Sourp Astvatsatsin[2]. Devenant un centre majeur d'enseignement sous son maître principal Mkhitar Goch[17] et participant ainsi au renouveau de l'Arménie zakaride[18], le monastère, dont la réputation s'étend jusqu'en Cilicie[19], prend son nom actuel à la mort de son fondateur (1213)[20]. Parmi les étudiants célèbres du monastère figurent Hovhannès Vanakan[21], Kirakos de Gandzak, qui en a laissé une description à son époque[22], et Vardan Areveltsi[23].

D'autres bâtiments sont érigés sous le supérieur Magistros (1213-1252) au XIIIe siècle, mais le complexe est abandonné à la fin du XIVe siècle lors des invasions timourides (avec notamment l'incendie de la bibliothèque et de ses 15 000 volumes[24]) ; il renaît du XVIIe au XIXe siècles avant d'être à nouveau abandonné[2].

Une première restauration intervient sous l'ère soviétique, de 1957 à 1966, et un petit musée est créé en 1972[25]. Une deuxième restauration a été menée après l'indépendance du pays, dans les années 2000, avec notamment la pose de toits transparents sur certains des édifices.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Architecture arménienne.

Assez proches les uns des autres en termes d'urbanisme monastique[26], les principaux bâtiments du monastère sont les églises Sourp Astvatsatsin, Sourp Grigor, Sourp Grigor Lousavorich et la bibliothèque[27].

Plan du monastère
Plan du monastère

Sur ce plan, le nord est à gauche.

  1. Sourp Astvatsatsin (« Sainte-Mère-de-Dieu », 1191-1196).
  2. Sourp Grigor (« Saint-Grégoire », 1231).
  3. Sourp Grigor Lousavorich (« Saint-Grégoire-l'Illuminateur », 1231/1237).
  4. Chapelle double.
  5. Chapelle simple.
  6. Gavit (« narthex », 1197-1203 et 1231-1241).
  7. Tour-clocher et bibliothèque (1291).
  8. Réfectoire.
  9. Galerie couverte.

Sourp Astvatsatsin et son gavit[modifier | modifier le code]

La principale église du complexe est Sourp Astvatsatsin (« Sainte-Mère-de-Dieu », 1), érigée du vivant de Mkhitar, de 1191 à 1196[19], consacrée en 1197 et restaurée au XIIIe siècle[11]. Cette croix inscrite[5] reprend le plan de la salle à coupole, avec les pièces d'angle ouest largement ouvertes[28]. Elle est surmontée d'un tambour cylindrique orné d'entrelacs et d'un dôme conique supportés par des arcs brisés et quatre pendentifs[11]. Ses murs sont ornés à l'extérieur de niches triangulaires à l'est et au sud, et sont percés par l'entrée principale (donnant sur le gavit à l'ouest) et par une autre entrée au nord[5].

Sourp Astvatsatsin est complétée à l'ouest d'un gavit (6) érigé de 1197 à 1203[19] et de 1231 à 1241[29]. Ce quadrilatère à la structure interne cruciforme[30] est centré sur sa coupole à huit pans[31], laquelle est supportée par quatre colonnes et par quatre arcs, et est complété dans ses coins est par deux chapelles[5]. Son portail est situé à l'ouest[30] et est orné d'un chambranle cintré inscrit dans un autre chambranle rectangulaire à chaîne seldjoukide[31].

Sourp Grigor[modifier | modifier le code]

Au sud de l'église principale a été bâtie l'église Sourp Grigor (« Saint-Grégoire », 2), achevée en 1231[19]. Son plan est similaire à celui de Sourp Astvatsatsin, avec sa structure en croix inscrite complétée de deux chapelles à l'est et surmontée d'un tambour et d'un dôme ; ses façades sont ornées de niches, excepté à l'ouest où se trouve son portail[32] au chambranle cintré à la double chaîne seldjoukide[31].

Sourp Grigor Lousavorich[modifier | modifier le code]

Au sud du gavit se situe l'église Sourp Grigor Lousavorich (« Saint-Grégoire-l'Illuminateur », 3), érigée en 1231 (ou 1237[31]) par le prince Grigor Tgha[30]. Cette mononef à voûte en berceau[31] est dotée à l'est d'une abside abritant l'autel et ornée de cinq niches[5], et de deux chapelles de coin[30]. Son décor intérieur se distingue notamment par ses colonnes torsadées[19]. Ses façades sont ornées d'arcades aveugles et de colonnes, la façade orientale étant en outre munie de trois fenêtres et de deux niches[5]. La façade occidentale se distingue par le portail à l'ornementation sculptée complexe[32] évoquant l'art musulman, avec son arc en accolade, ses étoiles et ses motifs végétaux[31]. De part et d'autre du portail figuraient deux khatchkars, œuvres d'un certain Pavlos ou Poghos réalisées en 1291, « exceptionnels par leur raffinement »[33] et rattachables à l'école du Vayots Dzor de Momik[34]. Un seul subsiste sur place, le second étant exposé au musée d'histoire de l'Arménie[19].

Autres bâtiments[modifier | modifier le code]

Connecté à la façade septentrionale du gavit par une galerie couverte (9) à quatre arcs[32], un bâtiment (7) a été construit en 1291 et présente une structure inhabituelle pour l'architecture arménienne superposant deux croix inscrites surmontées d'une tour-clocher en rotonde[35]. Œuvre des architectes Grigor et Zakios[36], il abrite la bibliothèque ou matenadaran[37] et une chapelle (premier étage) dédiée aux archanges Gabriel et Michel[35]. L'ensemble est supporté par une double paire d'arcs croisés, dont quatre coins ainsi formés sont ornés de stalactites, et par quatre paires de colonnes, et est doté de fenêtres sur trois des façades[5]. L'accès à l'étage supérieur est assuré par un escalier extérieur adossé à la façade occidentale[36]. Les ruines du réfectoire (8) du monastère, un second gavit probablement autrefois doté d'un toit en bois[31], sont situées directement à l'ouest de ce bâtiment.

Le site est complété par deux chapelles (4) adossées au sud-est du gavit, ainsi que d'une autre (5) aujourd'hui en ruines à l'est de Sourp Grigor[5]. Le complexe était en outre entouré de murs, dont presque rien ne subsiste[35].

Enfin, à l'écart au sud-ouest se dresse la chapelle funéraire de Mkhitar Goch, Sourp Gevork (« Saint-Georges »), une chapelle cruciforme bâtie en 1254 (ou 1255[11])[36]. Le caveau du fondateur du monastère n'a quant à lui pas subsisté[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rick Ney, Dilijan, ArmeniaNow.com, 2007, p. 17 [lire en ligne (page consultée le 19 juin 2009)].
  2. a, b, c et d Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Arménie, Le Petit Futé, coll. « Country guide », Paris, 2007 (ISBN 978-2-7469-1960-0), p. 240.
  3. Yvan Travert et Raymond H. Kévorkian, Lumière de l'Arménie chrétienne, Monum, Éditions du patrimoine, Paris, 2006 (ISBN 978-2-85822-928-4), p. 59.
  4. (en) ArmStat, Marzes of the Republic of Armenia in figures, 2008, « RA Tavush Marz »,‎ 2008 (consulté le 19 juin 2009).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Goshavank Monastery: Information », sur Armenica (consulté le 19 juin 2009).
  6. a, b et c (en) Brady Kiesling, Rediscovering Armenia,‎ 2000 (lire en ligne), p. 106 et 109.
  7. (en) UNESCO, World Heritage Convention — World Heritage Committee: Evaluations of Cultural Properties, 24e session (27 novembre-2 décembre 2000), Cairns (Australie) [lire en ligne (page consultée le 19 juin 2009)].
  8. « Monastères de Haghbat et de Sanahin », sur UNESCO — Patrimoine mondial (consulté le 19 juin 2009).
  9. (en) « World Heritage and the Republic of Armenia », dans The World Heritage Newsletter n° 11 (juin 1996), UNESCO [lire en ligne (page consultée le 19 juin 2009)].
  10. (en) Rick Ney, op. cit., p. 27.
  11. a, b, c et d Patrick Donabédian et Jean-Michel Thierry, Les arts arméniens, Éditions Mazenod, Paris, 1987 (ISBN 2-85088-017-5), p. 530.
  12. Dédéyan 2007, p. 43.
  13. a et b (en) Nicholas Holding, Armenia and Nagorno-Karabagh, Bradt Travel Guides, 2006 (ISBN 978-1-84162-163-0), p. 178.
  14. (en) Robert Bedrosian, The Turco-Mongol Invasions and the Lords of Armenia in the 13-14th Centuries, 1979, p. 156 [Ph.D. Dissertation, Columbia University (page consultée le 19 juin 2009)].
  15. Claude Mutafian (dir.), Arménie, la magie de l'écrit, Somogy, Paris, 2007 (ISBN 978-2-7572-0057-5), p. 160.
  16. « Architecture ancienne - Goshavank », sur ACAM (consulté le 19 juin 2009).
  17. Dédéyan 2007, p. 357.
  18. Jannic Durand, Ioanna Rapti et Dorota Giovannoni (dir.), Armenia sacra — Mémoire chrétienne des Arméniens (IVe ‑ XVIIIe siècle), Somogy / Musée du Louvre, Paris, 2007 (ISBN 978-2-7572-0066-7), p. 300.
  19. a, b, c, d, e et f Sèda Mavian, Arménie, coll. « Guides Évasion », Hachette, Paris, 2006 (ISBN 978-2-01-240509-7), p. 145.
  20. (en) Agop Jack Hacikyan (dir.), The Heritage of Armenian Literature, vol. II : From the Sixth to the Eighteenth Century, Détroit, Wayne State University Press,‎ 2002 (ISBN 978-0814330234), p. 431.
  21. (en) Agop Jack Hacikyan (dir.), op. cit., p. 171.
  22. (en) Kirakos de Gandzak (trad. Robert Bedrosian), History of the Armenians, livre II, chapitre XIII [lire en ligne (page consultée le 19 juin 2009)].
  23. Dédéyan 2007, p. 356.
  24. (en) John Noble, Richard Plunkett, Michael Kohn et Danielle Systermans, Georgia, Armenia & Azerbaijan, coll. « Lonely Planet Multi Country Guide », Lonely Planet, 2008 (ISBN 978-1-74104-477-5), p. 192.
  25. (hy) Armen Zaryan, Kh. Vatinyan et A. Stepanyan, « Գոշավանք [Gochavank] », Encyclopédie de l'Arménie soviétique, vol. III, Académie arménienne des sciences, 1977, p. 159-160.
  26. Patrick Donabédian et Jean-Michel Thierry, op. cit., p. 200.
  27. Pour des coupes et des élévations, voir (en) « Goshavank Monastery: Sketches », sur Armenica (consulté le 19 juin 2009).
  28. Dédéyan 2007, p. 363.
  29. Jannic Durand, Ioanna Rapti et Dorota Giovannoni (dir.), op. cit., p. 302
  30. a, b, c et d (de) Jasmine Dum-Tragut, Armenien: 3000 Jahre Kultur zwischen West und Ost, Trescher Verlag, 2008 (ISBN 978-3-89794-126-7), p. 304.
  31. a, b, c, d, e, f, g et h Patrick Donabédian et Jean-Michel Thierry, op. cit., p. 531.
  32. a, b et c (de) Jasmine Dum-Tragut, op. cit., p. 305.
  33. Jannic Durand, Ioanna Rapti et Dorota Giovannoni (dir.), op. cit., p. 312-313
  34. Patrick Donabédian et Jean-Michel Thierry, op. cit., p. 206.
  35. a, b et c Sèda Mavian, op. cit., p. 146.
  36. a, b et c (de) Jasmine Dum-Tragut, op. cit., p. 306.
  37. Dédéyan 2007, p. 364.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Auteur ancien
Auteurs modernes

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 3 juillet 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.