Marmashen (monastère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marmashen
Complexe monastique de Marmashen (de gauche à droite : Sourp Petros, Sourp Stepanos et Sourp Astvatsatsin).
Complexe monastique de Marmashen (de gauche à droite : Sourp Petros, Sourp Stepanos et Sourp Astvatsatsin).
Présentation
Nom local (hy) Մարմաշեն
Culte Apostolique arménien
Type Monastère
Début de la construction Xe siècle
Style dominant Arménien
Géographie
Pays Arménie
Région Shirak
Province historique Ayrarat
Coordonnées 40° 50′ 34″ N 43° 45′ 21″ E / 40.842689, 43.75578140° 50′ 34″ Nord 43° 45′ 21″ Est / 40.842689, 43.755781  

Géolocalisation sur la carte : Arménie

(Voir situation sur carte : Arménie)
Marmashen

Marmashen (en arménien Մարմաշեն) est un monastère arménien situé dans la région arménienne de Shirak, à 10 km de Gyumri, sur la rive gauche de l'Akhourian.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église principale (Kathoghiké) est fondée par le prince Vahram Pahlavouni entre 988 et 1029. Après l'invasion seldjoukide, l'église, à moitié détruite, est reconstruite par les petits-fils de Vahram Pahlavouni (Gharib et Grégoire l’Archevêque) vers 1225. Au Moyen Âge, Marmashen est un lieu connu et important dans la région — et même au niveau du royaume entier. Ses dimensions sont en outre supérieures à celles de la plupart des monastères d'Arménie.

Depuis lors, le monastère n'a pas subi de transformation majeure, mais avec le temps, trois autres petites églises construites à la même époque sont tombées en ruines à des degrés divers. Le tremblement de terre de 1988 n'a que peu endommagé les édifices ecclésiastiques encore debout.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Architecture arménienne.

Le monastère se compose d'une église principale (Katoghiké ou Sourp Stepanos), autrefois dotée d'un jamatoun, et d'une église plus petite (Sourp Petros) ; deux autres églises (dont Sourp Astvatsatsin) sont en ruines. L'église principale est représentative de l'architecture arménienne : elle possède une salle à coupole, mais aussi des doubles demi-colonnades, des coupoles polygones, des hautes colonnades, des miniatures, des bas-reliefs, etc… Il en va de même pour la deuxième église.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vazgen Azatian, Leninakan, édition d’Erevan, 1989.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :