Hovhannavank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hovhannavank
Monastère de Hovhannavank (gavit à gauche, Katoghike à droite).
Monastère de Hovhannavank (gavit à gauche, Katoghike à droite).
Présentation
Nom local (hy) Հովհանավանք
Culte Apostolique arménien
Type Monastère
Début de la construction IVe siècle
Fin des travaux XIIIe siècle
Style dominant Arménien
Géographie
Pays Arménie
Région Aragatsotn
Province historique Ayrarat
Commune Achtarak
Coordonnées 40° 20′ 22″ N 44° 23′ 19″ E / 40.339428, 44.38865340° 20′ 22″ Nord 44° 23′ 19″ Est / 40.339428, 44.388653  

Géolocalisation sur la carte : Arménie

(Voir situation sur carte : Arménie)
Hovhannavank

Hovhannavank (en arménien Հովհանավանք) ou monastère Saint-Jean est un monastère arménien situé dans le marz d'Aragatsotn, à une vingtaine de kilomètres au nord d'Erevan, dans la vallée du Kasakh.

Ce monastère des IVe et XIIIe siècles se compose principalement d'un Katoghike (« cathédrale »), d'un gavit et de l'église Sourp Karapet (« Saint-Jean-le-Précurseur »). La restauration de ce monastère voisin de celui de Saghmosavank est en cours depuis les années 1980.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Situation de Hovhannavank.

Ce monastère du marz d'Aragatsotn est situé à 28 km au nord d'Erevan, à 5 km au nord d'Achtarak[1] et à 5 km au sud de Saghmosavank, auquel il est relié par un ancien sentier[2]. Il jouxte la communauté rurale d'Ohanavan, non loin des berges du Kasakh[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Hovhanavank remonte selon l'historien du XVIIe siècle Zakaria Kanakertsi à la christianisation de l'Arménie au IVe siècle : saint Grégoire l'Illuminateur aurait fait construire l'église Sourp Karapet afin d'abriter des reliques de saint Jean-Baptiste ; toujours selon cet auteur, l'église connaît une première restauration en 553[4]. L'essentiel du monastère date cependant de la période zakaride : au XIIIe siècle, les princes Vatchoutian érigent le Katoghike et le gavit, et dotent le monastère de fortifications[1].

En 1679, le monastère est endommagé par un séisme mais n'est pas abandonné ; un second séisme le touche en 1918, détruisant le tambour (architecture) et la façade méridionale du Katoghike[1]. Le monument est restauré durant huit ans à partir de 1982, et malgré les dommages causés par le tremblement de terre de 1988[2], jusqu'à la chute de l'Union soviétique, par une organisation arménienne qui récoltait des dons de la diaspora. Après l'inventoriage de chaque pierre, le monastère a finalement pu retrouver sa forme originale, son clocher et son entrée. En 1991, les travaux sont arrêtés et le monastère laissé en l'état. La restauration a repris en 1999[2].

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Architecture arménienne.

Les principaux bâtiments de Hovhannavank sont le Katoghike, le gavit et Sourp Karapet[5].

Le Katoghike et son gavit[modifier | modifier le code]

Le Katoghike (« cathédrale ») a été érigé par Vatché Vatchoutian en 1216-1221[6] et est une croix inscrite cloisonnée fermée[1], dotée de deux chapelles d'angles à deux étages, avec accès par escaliers pour les deux chapelles occidentales[7], et surmontée d'un tambour à douze faces et d'un dôme[2]. Son autel est décoré d'étoiles et de pentagones[2]. L'église est cependant principalement connue pour le tympan de son portail, représentant la parabole des Vierges sages et des Vierges folles (Matthieu, 25, 1-13)[8], bien que les personnages entourant le Christ soient barbus[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le gavit date de 1250 et sert à la fois au Katoghike et à Sourp Karapet, ce qui le décale vers le nord par rapport à la première église[7]. Il est doté d'une coupole supportée par quatre piliers et surmontée d'une rotonde à douze colonnes, probablement de 1274[2] ; il contient en outre différents khatchkars[7]. Sa façade occidentale est fortement ornementée, avec notamment le portail et la fenêtre le surmontant[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autres bâtiments[modifier | modifier le code]

Le monastère vu depuis le nord-est ; Sourp Karapet figure à l'avant-plan.

Adossée à la façade septentrionale du Katoghike, Sourp Karapet (« Saint-Jean-le-Précurseur ») est une mononef à voûte en berceau[1] qui daterait du IVe siècle et dont le toit de bois aurait été remplacé par un toit en pierre en 553[4]. À cette occasion, ses murs longitudinaux ont été renforcés par des piliers[10].

Le monastère est enfin complété par les ruines d'une chapelle des IVe et Ve siècles, par les fortifications et par une colonne commémorative de 1311[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Sèda Mavian, Arménie, coll. « Guides Évasion », Hachette, Paris, 2006 (ISBN 978-2-01-240509-7), p. 167.
  2. a, b, c, d, e et f (en) Nicholas Holding, Armenia and Nagorno-Karabagh, Bradt Travel Guides, 2006 (ISBN 978-1841621630), p. 114.
  3. (en) Brady Kiesling, Rediscovering Armenia,‎ 2000 (lire en ligne), p. 21.
  4. a et b Patrick Donabédian, L'âge d'or de l'architecture arménienne, Parenthèses, Marseille, 2008 (ISBN 978-2-86364-172-9), p. 33.
  5. Pour des plans du site, voir (en) « Hovhannavank Monastery: Plans », sur Armenica (consulté le 30 mai 2009).
    Pour des coupes et des élévations, voir (en) « Hovhannavank Monastery: Sketches », sur Armenica (consulté le 30 mai 2009).
  6. (en) « Hovhannavank Monastery: Information », sur Armenica (consulté le 30 mai 2009).
  7. a, b, c et d (de) Jasmine Dum-Tragut, Armenien: 3000 Jahre Kultur zwischen West und Ost, Trescher Verlag, 2008 (ISBN 978-3-89794-126-7), p. 183.
  8. Dédéyan 2007, p. 366.
  9. Sèda Mavian, op. cit., p. 168.
  10. Patrick Donabédian, op. cit., p. 40.
  11. (en) « Hovhannavank Monastery: Plans », sur Armenica (consulté le 30 mai 2009).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]