Horomayr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Horomayr
Monastère de Horomayr.
Monastère de Horomayr.
Présentation
Nom local (hy) Հոռոմայր
Culte Apostolique arménien
Type Monastère
Rattachement Église apostolique arménienne
Début de la construction XIIe et XIIIe siècles
Style dominant Arménien
Géographie
Pays Arménie
Région Lorri
Province historique Gougark
Commune Odzoun
Coordonnées 41° 02′ 06″ N 44° 37′ 41″ E / 41.035039, 44.62803941° 02′ 06″ Nord 44° 37′ 41″ Est / 41.035039, 44.628039  

Géolocalisation sur la carte : Arménie

(Voir situation sur carte : Arménie)
Horomayr

Horomayr ou Horomaiyr (en arménien Հոռոմայր) est un monastère arménien situé dans le marz de Lorri, dans la communauté rurale d'Odzoun. Divisé en deux groupes, il date des XIIe et XIIIe siècles.

Ce monastère est d'accès difficile.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Article général Pour des articles plus généraux, voir Lorri et Gougark.

Horomayr est situé dans une gorge[1] de la vallée du Debed, à 1 km au sud d'Odzoun, dans le marz de Lorri, en Arménie septentrionale[2]. Sa situation rend son accès difficile[1].

Historiquement, Horomayr est situé dans la province de Gougark, une des quinze provinces de l'Arménie historique selon le géographe du VIIe siècle Anania de Shirak[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Arménie zakaride.

Le monastère date des XIIe et XIIIe siècles : l'église Saint-Signe est construite sous les princes Zakarê et Ivanê Zakarian en 1187, alors que les autres bâtiments ont été érigés sous l'abbé Samuel vers 1206[4].

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Arménie zakaride.

Horomayr est divisé en deux groupes : monastère supérieur et monastère inférieur[5].

Le monastère inférieur comprend l'église principale, Sourp Nshan (« Saint-Signe »)[6], ainsi que le gavit, de forme quadrangulaire et dont la couverture est supportée par deux paires d'arcs reposant sur des appuis engagés et se croisant en diagonale[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Rick Ney, « Lori marz »,‎ 2005 (consulté le 24 mars 2010), p. 26.
  2. (en) John Noble, Richard Plunkett, Michael Kohn et Danielle Systermans, Georgia, Armenia & Azerbaijan, coll. « Lonely Planet Multi Country Guide », Lonely Planet, 2008 (ISBN 978-1741044775), p. 201.
  3. Gérard Dédéyan (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Éd. Privat,‎ 2007, 991 p. (ISBN 978-2-7089-6874-5), p. 43.
  4. (en) « Horomayri Monastery », sur stgregoryofnarek.am (consulté le 24 mars 2010).
  5. Patrick Donabédian et Jean-Michel Thierry, Les arts arméniens, Éditions Mazenod, Paris, 1987 (ISBN 2-85088-017-5), p. 318.
  6. Frédéric Macler, « Comptes rendus », dans Revue des études arméniennes, vol. 16, 1982, p. 312.
  7. Patrick Donabédian et Jean-Michel Thierry, op. cit., p. 318.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :