Garmisch-Partenkirchen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Garmisch-Partenkirchen
Garmisch-Partenkirchen. Au second plan, les sommets de l'Alpspitze et de la Zugspitze.
Garmisch-Partenkirchen. Au second plan, les sommets de l'Alpspitze et de la Zugspitze.
Blason de Garmisch-Partenkirchen
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau de Bavière Bavière
District
(Regierungsbezirk)
Haute-Bavière
Arrondissement
(Landkreis)
Garmisch-Partenkirchen
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Thomas Schmid
Code postal 82467
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
09 1 80 117
Indicatif téléphonique 08821
Immatriculation GAP
Démographie
Population 25 995 hab. (31 déc 2008)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 00″ N 11° 06′ 00″ E / 47.5, 11.147° 30′ 00″ Nord 11° 06′ 00″ Est / 47.5, 11.1  
Altitude 708 m
Superficie 20 566 ha = 205,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Garmisch-Partenkirchen

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Garmisch-Partenkirchen
Liens
Site web www.garmisch-partenkirchen.de

Garmisch-Partenkirchen est une ville d'Allemagne située en Bavière, près de la frontière autrichienne, reliée à Munich et Innsbruck par liaison ferroviaire et autoroutière. Elle est le résultat de la fusion de deux communes, Garmisch et Partenkirchen. C'est en 1935 que les deux communes, à la confluence des rivières Partnach et Loisach, unirent leurs forces et leurs destins.

Sa population s'élevait à 25 995 habitants en 2008.

Station de sports d'hiver (alt. 708-2963 m), Garmisch-Partenkirchen accueillit les IVe Jeux olympiques d'hiver en 1936 et aurait dû également recevoir les Jeux olympiques d'hiver de 1940, annulés par la suite.

Le point culminant de l'Allemagne, la Zugspitze, est sur son district, à la frontière avec l'Autriche ; on y accède par un train à crémaillière, le chemin de fer de la Zugspitze.

Histoire[modifier | modifier le code]

Garmisch et Partenkirchen ont été séparés pendant de nombreux siècles, en conservant des identités très distinctes.

L'origine de Partenkirchen est la ville romaine de Partanum sur la route commerciale allant de Venise à Augsbourg. Sa première mention date de l'an 15. Sa rue principale, Ludwigsstrasse, suit l'ancienne Via Claudia.

Garmisch apparaît quelque 800 ans plus tard comme Germaneskau ( « District allemand »), suggérant que, à un moment donné une tribu teutonique s'est installée à l'extrémité ouest de la vallée, laquelle fut sous la domination de l'évêque de Freising et était administrée en son nom par le Pfleger (régisseur) du château de Werdenfels, situé sur une falaise au nord de Garmisch.

La découverte de l'Amérique au tournant du XVIe siècle provoqua une baisse d'activité commerciale avec Venise et la Méditerranée, puis par conséquence l'effondrement du trafic terrestre avec la « Sérénissime ». Cette situation plongea la région dans un marasme économique de plusieurs siècles. L'environnement naturel n'arrangea rien et rendit l'activité agricole problématique : le fond de vallée était marécageux et difficile à cultiver, tandis que les ours, les loups et les lynx furent aussi une menace constante pour le bétail.
Enfin, la population a souffert d'épidémies périodiques, comme la peste bubonique. Ainsi, les maladies et les mauvaises récoltes donnèrent parfois lieu à des chasses aux sorcières. La plus connue d'entre elles aboutit à des procès retentissants et des exécutions 1589-1596 qui firent 63 victimes - plus de 10 pour cent de la population à l'époque - brûlées sur le bûcher ou garrottées.

Le château de Werdenfels, où les accusés ont été détenus, jugés et exécutés, est devenu un objet d'horreur superstitieuse et a été abandonné au XVIIe siècle. Il fut en grande partie démoli dans les années 1750 et ses pierres utilisées pour construire la Neue Kirche (« Nouvelle église »), de style baroque sur la Marienplatz (achevée en 1752). Elle a remplacé l'ancien édifice gothique, l'Alte Kirche (« Vieille église ») qui était à l'origine un temple païen. Celle-ci fut utilisée comme entrepôt, armurerie et grange au foin pendant de nombreuses années, elle a depuis été rendue au culte. Certaines de ses fresques médiévales sont encore visibles.

Garmisch et Partenkirchen sont restés séparés jusqu'à ce que leurs maires respectifs ont été contraints par Adolf Hitler à fusionner les deux villes en 1935 en prévision des Jeux olympiques d'hiver de 1936. Aujourd'hui, la ville entière est souvent appelée à tort Garmisch, à la grande consternation des habitants de Partenkirchen. La plupart des visiteurs remarqueront l'aspect un peu plus moderne de Garmisch tandis que les rues pavées, aux façades peintes, de Partenkirchen offrent un aperçu des temps passés. En début de matinée et d'après-midi, par beau temps, le trafic local est arrêté pour permettre le passage des vaches laitières se rendant ou revenant des pâturages de la montagne toute proche.

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Partnachklamm

Sports[modifier | modifier le code]

Garmisch-Partenkirchen a été le site des Jeux olympiques d'hiver de 1936. Traditionnellement, un concours de saut à ski est organisé le Jour de l'an, dans le cadre de la Tournée des quatre tremplins (Vierschanzen-Tournee). De nombreuses compétitions de ski alpin ont lieu ici dans le cadre de la Coupe du monde, sur les pistes du Kandahar.

Les Championnats du monde de ski alpin ont été organisés à Garmisch en 1978 et 2011.

Garmisch-Partenkirchen est également un lieu de vacances privilégié pour le ski, le snowboard, la randonnée. La ville possède quelques-uns des meilleurs domaines skiables (Garmisch Classic et Zugspitze) en Allemagne.

Garmisch-Partenkirchen était candidate officielle pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver de 2018 en association avec Munich et Schönau am Königssee (près de Berchtesgaden), mais n'a pas été désignée lors du vote du 6 juillet 2011.

Garmisch-Partenkirchen est également une place forte du hockey sur glace allemand, puisque le club de la ville, le SC Riessersee a été 10 fois champion d'Allemagne. Il évolue aujourd'hui en deuxième division.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :