Fourchambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fourchambault
Fourchambault, la gare
Fourchambault, la gare
Blason de Fourchambault
Blason
Fourchambault
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Pougues-les-Eaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Nevers
Maire
Mandat
Alain Herteloup
2014-2020
Code postal 58600
Code commune 58117
Démographie
Gentilé Fourchambaultais(es)
Population
municipale
4 678 hab. (2011)
Densité 1 028 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 10″ N 3° 05′ 08″ E / 47.0194444444, 3.08555555556 ()47° 01′ 10″ Nord 3° 05′ 08″ Est / 47.0194444444, 3.08555555556 ()  
Altitude Min. 162 m – Max. 181 m
Superficie 4,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fourchambault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fourchambault
Liens
Site web www.ville-fourchambault.fr

Fourchambault est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Ses habitants sont appelés les Fourchambaultais.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Fourchambault est située au confluent du Riau et de la Loire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Garchizy Rose des vents
Cours-les-Barres
(Cher)
N Varennes-Vauzelles
O    Fourchambault    E
S
Marzy

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville doit son origine à la création, en 1821 d'une usine métallurgique par Louis Boigues, son frère Guillaume et leur associé Jean-Georges Dufaud sur le site de Fourchambault. Prospérant grâce à ce dernier, l'entreprise deviendra la Société Boigues & Cie.

Suivant l'installation de nombreux ouvriers, la commune de Fourchambault a officiellement été créée le 3 mai 1855.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1953 mars 1971 Robert Hostier PCF Conseiller général du Canton de Pougues-les-Eaux

(1958-1970)

mars 1971 mars 1977 Maurice Besson PCF Conseiller général Canton de Pougues-les-Eaux

(1970-1982)

mars 1977 mars 1989 Raymond Bussière PCF Conseiller général du Canton de Pougues-les-Eaux

(1982-2001)

mars 1989 juin 1995 Roger Lambert PS  
juin 1995 décembre 2011 Jean-René Leroy PS Vice-président de la communauté d'agglomération de Nevers
février 2012 2014 Marie-Madeleine Monestier PS  
février 2014 en cours Alain Herteloup    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 678 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 380 5 384 6 495 6 054 5 884 5 959 6 147 6 020 6 021
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 152 4 806 4 882 5 345 4 817 5 060 4 720 5 152 5 197
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
6 240 6 279 6 625 5 850 5 037 4 828 4 786 4 739 4 635
2011 - - - - - - - -
4 678 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Vespa 125 de Piaggio fabriquée par l'ACMA

IVECO y assemblera plus tard le LorraineIVECO Lorraine, car de tourisme dérivé d'un modèle italien, une dizaine d'années. Depuis 1995 sous le nom d'Euromoteurs et en 2006 FPT Powertrain technologies rénovent les moteurs pour la firme italienne (IVECO,FIAT,CNH) Elle compte 140 employés

Le taux de chômage était en 1999 de 16,3 % et le revenu moyen par ménage de 13 606 euros par an.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Breffort (1901-1972) : journaliste, scénariste, homme de théâtre et écrivain français, né à Fourchambault. Collaborateur du Canard Enchaîné, célèbre pour ses bons mots, il est l'auteur de la comédie musicale Irma la douce, basée sur sa pièce Les Harengs terribles. Portée par la musique de Marguerite Monnot, Irma la douce rencontra un succès international, en étant jouée notamment à Broadway, et adaptée au cinéma par Billy Wilder dans un film du même titre.
  • Georges Dufaud (1777-1852) : polytechnicien, industriel, maître de forges. Sous son impulsion, Fourchambault sera en 1854 l'un des plus importants sites de production sidérurgique de France et pièce maîtresse de la révolution industrielle du Second Empire, principalement dans les domaines de l'armement et de la construction de ponts et viaducs pour l'industrie ferroviaire naissante. Sur le site de Fourchambault, 4000 ouvriers produisent chaque jour 6 tonnes de fer. L'usine produit les éléments des ponts métalliques (chemin de fer de Nevers, Saint-Germain-des-Fossés, Orléans, et plus tardivement certains éléments de la Tour Eiffel.
  • Émile Martin (1794-1871) Crée en 1824 la fonderie de fer et de cuivre « Émile Martin et Cie » à côté des Forges de Fourchambault. Député de la Nièvre en 1848.
  • Pierre-Émile Martin (1824-1915) : polytechnicien, ingénieur des Mines, industriel, inventeur du procédé Martin Four Martin, Histoire de la production de l'acier . Frère de Georges Martin, ingénieur des Ponts et Chaussées.
  • Vicomte Tirlet (1817-1874)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]