Garchizy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Garchizy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Pougues-les-Eaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Nevers
Maire
Mandat
Michel Monet
2014-2020
Code postal 58600
Code commune 58121
Démographie
Population
municipale
3 836 hab. (2011)
Densité 234 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 53″ N 3° 05′ 46″ E / 47.0480555556, 3.0961111111147° 02′ 53″ Nord 3° 05′ 46″ Est / 47.0480555556, 3.09611111111  
Altitude Min. 160 m – Max. 273 m
Superficie 16,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Garchizy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Garchizy

Garchizy est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Garchizy est une petite ville française, située dans le département de la Nièvre et la région de Bourgogne. Ses habitants sont appelés les Garchizois et les Garchizoises. La commune s'étend sur 16,4 km² et compte 3 825 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2007. Avec une densité de 232,9 habitants par km², Garchizy a connu une hausse de 0,1 % de sa population par rapport à 1999. Entourée par les communes de Fourchambault, Pougues-les-Eaux et Varennes-Vauzelles, Garchizy est située à 8 km au Nord-Ouest de Nevers la plus grande ville à proximité. Située à 210 mètres d'altitude, le fleuve la Loire est le principal cours d'eau qui traverse la ville de Garchizy. La commune est proche du parc naturel régional du Morvan à environ 43 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Germigny-sur-Loire Pougues-les-Eaux Rose des vents
N Varennes-Vauzelles
O    Garchizy    E
S
Cours-les-Barres
(Cher)
Fourchambault

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1984 février 2000 Michèle Girard PCF  
mars 2000 mai 2011 Roger Charaudie PCF  
mai 2011 avril 2014 Jean-Paul Pinaud PCF Vice-Président du Conseil régional de Bourgogne
avril 2014 en cours Michel Monet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 836 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
596 691 661 660 1 486 2 023 2 677 3 724 4 595
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 529 1 622 1 847 1 906 1 823 1 789 1 925 1 964 2 070
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 022 1 840 1 859 2 447 2 167 2 054 2 103 2 369 2 922
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
3 154 3 189 3 711 3 612 3 939 3 819 3 650 3 646 3 836
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Lombard (1853-1939) : né à Garchizy dans un milieu modeste, son instituteur Georges Bourrichon (1821-1886) le pousse à cultiver le don exceptionnel qu'il a pour le dessin. Il lui obtient l'aide de quelques notables de Garchizy, dont le comte de St Haignant, et le petit Émile peut alors continuer ses études à Nevers puis aux Beaux-Arts de Paris. Il est remarqué par Odilon Redon (1840-1916), il devient son assistant, puis il collabore à plusieurs projets avec Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898) dont les peintures murales du Panthéon et celles de l'escalier de la Sorbonne (1884).
    En 1885, devenu l'ami de l'écrivain Laurent Tailhade (1854-1919), il rencontre par son intermédiaire, Madeleine Valiama, l'aieule de la célèbre physicienne, et qui tient un célèbre salon près de l'Opéra. Cette dernière va devenir son épouse en 1886. Ils auront 3 enfants: Eugène (directeur d'usine à Fourchambault), Paul (le musicien auteur de la "symphonie tunisienne") et Maria.
    Jusqu'à la Première Guerre Mondiale, Émile Lombard deviendra un portraitiste réputé, jusqu'à tomber dans l'oubli lorsque le symbolisme sera passé de mode. Madeleine Lombard et Maria mourront en 1916 de la fameuse grippe espagnole.
    Émile Lombard se suicide le 2 septembre 1939 en apprenant que le monde sombre dans une nouvelle guerre mondiale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :