Langues ouraliennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues ouraliennes
Pays Hongrie et pays voisins, Finlande, Norvège, Suède, Estonie, Lettonie, Russie
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-5 urj
IETF urj
Linguasphère 41
Carte
Répartition approximative des branches des langues ouraliennes : finno-permiennes (en bleu),  ougriennes (en vert), samoyèdes (en jaune). Le youkaguir, peut-être rattaché à l'ouralien, est en magenta.
Répartition approximative des branches des langues ouraliennes : finno-permiennes (en bleu), ougriennes (en vert), samoyèdes (en jaune). Le youkaguir, peut-être rattaché à l'ouralien, est en magenta.

Les langues ouraliennes (du nom de l'Oural, leur lieu supposé d'origine) sont une famille d'une trentaine de langues parlées par à peu près 20 millions de personnes en Europe et en Sibérie. Les langues ouraliennes ayant le plus de locuteurs sont le hongrois, le finnois et l'estonien.

Classification interne[modifier | modifier le code]

Si la répartition interne des langues ouraliennes est sujette à débat depuis sa création, deux sous-familles, les langues finno-ougriennes et les langues samoyèdes, sont reconnues comme bien distinctes, bien que certains considèrent que les langues samoyèdes ne sont qu'une simple branches de la famille finno-ougrienne, qui ne se distinguerait pas alors de l'ouralien tout entier. L'ouralien aurait pour proto-langue le proto-ouralien (en), qui se serait divisé en proto-finno-ougrien (en) et proto-samoyède (en).

De façon générale, les langues ouraliennes se répartissent actuellement en sous-groupes bien caractérisés, mais les relations plus anciennes de ces sous-groupes sont peu claires, peu étudiées, et rendent difficile de les rassembler en branches plus larges[1].

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

La classification traditionnelle des langues ouraliennes est la suivante. Les synonymes sont en italique.

Répartition des langues ouraliennes actuelles en Eurasie.

Les langues mordves sont plus proches des langues finno-sames que du mari.

Profil typologique[modifier | modifier le code]

Les principales caractéristiques structurelles communes aux langues ouraliennes sont les suivantes :

  • ce sont des langues agglutinantes ;
  • elles possèdent un grand nombre de cas (en moyenne 13–14), par exemple :
    • erzya : 12 cas,
    • estonien : 14 cas,
    • finnois : 15 cas (ou plus),
    • hongrois : 18 cas (et d'autres suffixes agissant comme des cas),
    • same d'Inari : 9 cas,
    • komi : dans certains dialectes, jusqu'à 27 cas,
    • mokcha : 13 cas,
    • nénètse : 7 cas,
    • same du Nord : 6 cas,
    • oudmourte : 16 cas,
    • vepse : 24 cas ;
  • ces systèmes de cas dérivent tous d'un prototype ouralien commun :
    • le nominatif singulier n'a pas de suffixe casuel,
    • les suffixes d'accusatif et de génitif sont des consonnes nasales (-n, -m, etc ...),
    • un système tripartite de cas exprimant le lieu, avec des séries correspondent à peu près à « de », « vers », « dans / à » ; c'est particulièrement visible, par exemple, en hongrois qui en possède plusieurs pour exprimer « à l'intérieur », « à l'extérieur », « au-dessus » ;
  • la présence fréquente de l'harmonie vocalique
  • un accent d'intensité toujours fixé sur la première syllabe, à quelques rares exceptions près ;
  • pas de tons
  • pas de genre grammatical ;
  • un verbe négatif présent dans presque toutes les langues actuelles ;
  • une distinction de palatalisation chez les consonnes coronales, indépendamment de la voyelle qui suit (sauf dans les langues fenniques, qui l'ont perdue ; certaines l'on ensuite réacquise secondairement devant voyelle antérieure) ;
  • un grand nombre de postpositions alors que les prépositions sont très rares. ;
  • un vocabulaire commun d'à peu près 200 mots, notamment des parties du corps, des membres de la famille, des animaux, des objets naturels, des verbes et pronoms fondamentaux, et des numéraux ; les dérivés augmentent le nombre de mots communs ;
  • des suffixes possessifs, mais pas de pronom possessif ;
  • le nombre duel, perdu dans certaines branches ;
  • des marques communes de pluriel : -j / -i et -t /-d ;
  • les numéraux sont suivis du singulier ;
  • pas de verbe « avoir » mais une structure employant la copule et un suffixe possessif, ou une désinence casuelle ; ex. en finnois Minulla on kala » (mot à mot « sur-moi est poisson »).

Une sélection de mots apparentés[modifier | modifier le code]

Français Proto-ouralien Finnois Estonien Same du Nord Erzya Mari Komi Khanty Mansi Hongrois Nénètse
feu *tuli tuli tuli dolla tol tul tyl- - - tűz tu
poisson *kala kala kala guolli kal kol - kul kul hal xalya
panier *pesä pesä pesa beassi pize pəžaš poz pel pit'ii fészek pyidya
main, bras *käti käsi käsi giehta ked´ kit ki köt kaat kéz -
œil *śilmä silmä silm čalbmi śel´me šinča śin sem sam szem sæw°
brasse *süli syli süli salla sel´ šülö syl Löl täl öl tyíbya
veine / nerf *sïxni suoni soon suotna san šün sën Lan taan ín te'
os *luwi luu luu - lovaža lu ly loγ luw csont le
foie *mïksa maksa maks - makso mokš mus muγəl maat máj mud°
urine *kunśi kusi kusi gožža - kəž kudź kos- końć- húgy -
aller *meni- mennä minema mannat - mija- mun- mən- men- menni myin-
vivre *elä- elää elama eallit - ila- ol- - - élni yilye-
mourir *kaxli- kuolla - - kulo- kola- kul- kol- kool- halni xa-
laver *mośki- - mõskma - muśke- muška- myśky- - - mosni masø-

Possibles parentés linguistiques externes[modifier | modifier le code]

De nombreuses recherches ont été faites pour relier les langues ouraliennes à d'autres familles de langues. Aucune ne fait consensus à l'heure actuelle ; la moins controversée est peut-être celle visant à relier cette famille au youkaguire de l'est de la Sibérie.

D'assez nombreuses ressemblances existent avec les langues indo-européennes, ce qui s'explique au moins en partie par des contacts anciens (et toujours d'actualité). C'est l'hypothèse « indo-ouralienne (en) » de Björn Collinder.

La théorie des « langues ouralo-altaïques », regroupant en une superfamille les langues ouraliennes et les langues altaïques, fut un temps très populaire. , est aujourd'hui reconsidérée comme un cas d'aire linguistique : les ressemblances observables (notamment typologiques) entre ouralien et altaïque ne proviennent sans doute pas d'une origine commune, mais se seraient développées par contacts prolongés. La famille des langues altaïques est elle-même contestée pour la même raison par certain linguistes en tant que famille généalogique.

Michael Fortescue, spécialiste des langues eskimo-aléoutes et des langues tchoukotko-kamtchatkiennes a trouvé des apparentements entre langues ouraliennes, youkaguires, tchoukotko-kamtchatkiennes et eskimo-aléoutes, qu'il propose de regrouper dans une super-famille « ouralo-sibérienne (en) »[3].

D'autres super-familles hypothétiques proposées qui pourraient inclure les langues ouraliennes :

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tapani Salminen, « Problems in the taxonomy of the Uralic languages in the light of modern comparative studies », dans Лингвистический беспредел: сборник статей к 70-летию А. И. Кузнецовой, Moscou, Presses Universitaires de Moscou,‎ 2002 (lire en ligne), p. 44-55
  2. Au sens large, l'estonien comprend à la fois l'estonien littéraire, eesti keel, fondé sur les dialectes du nord de l'Estonie, et les langues sud-estoniennes linguistiquement assez distantes.
  3. (en) Michael Fortescue, Language Relations across Bering Strait, 1998

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Daniel Mario Abondolo (dir.), The Uralic languages, Londres, New York, Routledge, coll. « Routledge language family descriptions »,‎ 1998, 24 cm, XXIV-619 p. (ISBN 0-415-08198-X, OCLC 468378953, notice BnF no FRBNF37544234, LCCN 96029898, lire en ligne)
  • (en) Collinder, Björn (1957), Survey of the Uralic Languages, Stockholm.
  • (en) Collinder, Björn (1960), An Etymological Dictionary of the Uralic Languages, Stockholm.
  • (en) Décsy, Gyula (1990), The Uralic Protolanguage: A Comprehensive Reconstruction, Bloomington, Indiana.
  • (fr) / (en) Jocelyne Fernandez-Vest (dir.), Les Langues ouraliennes aujourd'hui. Approche linguistique et cognitive, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de l'École des hautes études, sciences historiques et philologiques » t. 340, 2005
  • (hu) Hajdu, Péter, (1963), Finnugor népek és nyelvek, Gondolat kiadó, Budapest [Transl. G. F. Cushing as Finni-Ugrian Languages and Peoples (1975), André Deutsch, Londres].
  • (hu) Hajdú, Péter, (1975), Uráli népek. Nyelvrokonaink kultúrája és hagyományai, Corvina Kiadó, Budapest. [trad. Les Peuples Ouraliens Leur Culture Leurs Traditions, Horvath, Roanne].
  • (fi) Laakso, Johanna (1992), Uralilaiset kansat (Uralic Peoples), PorvooHelsinkiJuva, (ISBN 951-0-16485-2)
  • (de) Rédei, Károly (ed.) (1986-88), Uralisches etymologisches Wörterbuch, Budapest.
  • (fi) Sammallahti, Pekka, Matti Morottaja (1983): Säämi – suoma – säämi škovlasänikirje. Helsset/Helsinki: Ruovttueatnan gielaid dutkanguovddaš/Kotimaisten kielten tutkimuskeskus, (ISBN 951-9475-36-2)
  • (en) Sammallahti, Pekka (1988): Historical Phonology of the Uralic Languages, dans Denis Sinor (dir.), The Uralic Languages, pp. 478-554, Leiden, E.J. Brill.
  • (fr) Sauvageot, Aurélien (1930), Recherches sur le vocabulaire des langues ouralo-altaïques, Paris.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]