Dynastie des Tughlûq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le sultanat de Delhi pendant la dynastie des Tughlûq

La dynastie des Tughlûq est une dynastie turque qui a régné sur le sultanat de Delhi dans le nord de l'Inde entre 1320 et 1413. Elle succède à la dynastie des Khaldjî et est suivie par la dynastie des Sayyîd.

Le fondateur de la dynastie, Ghazi Malik, est proclamé sultan de Delhi par les nobles turcs révoltés contre l'usurpateur d’origine hindou Khusrav Khan le . Il remet de l’ordre dans les finances et l’administration, développe l’agriculture, fait creuser des canaux, mais maintient l’oppression de l’administration musulmane sur le peuple hindou, qu’il laisse à un niveau de prospérité raisonnable par une pression fiscale calculée. Il est tué en 1325 à un retour de campagne militaire d’un « accident » causé par la chute d’un arc de triomphe de bois posé par son fils Jauna, qui lui succède sous le nom de Muhammad bin-Tughlûq.

En 1327, Muhammad ibn Tughluq transfère sa capitale à Daulatabad (Devagiri), dans le Dekkan. Il force la population entière de Delhi à le suivre, ce qui fait de nombreuses victimes. Peu de temps après, il réintègre Delhi. Sous son règne tyrannique, les révoltes se succèdent sans trêve et il en profite pour étendre ses conquêtes dans le Dekkan où il abat la dynastie hindou des Hoysala. Il fait frapper des monnaies de cuivre, qui trop faciles à imiter, seront à l’origine de la ruine du trésor. La deuxième partie du règne est marquée par la fondation du royaume hindou de Vijayanâgara en 1345 et celle du royaume Bahmanî en 1347 dans le Dekkan. Le Bengale se rend indépendant en 1352 sous Shams al-din Ilyas Shah (en).

À la mort de Muhammad en 1351, son cousin Fîrûz Shâh Tughlûq lui succède. Le sultanat connaît la prospérité pendant la première moitié de son règne, puis le pouvoir central décline après 1370. L'Inde est en proie à de violentes famines (1370-1395). Fîrûz est contraint à abdiquer par son fils Muhammad le . Ce dernier doit fuit devant une révolte servile. À la mort de Fîrûz l'année suivante, son petit-fils Tughluq Khan lui succède. Victime d’une conspiration, il est remplacé en 1389 par son cousin Abu Baqr qui doit renoncer au trône en 1390 au profit de son oncle Muhammad.

Le , Tamerlan prend Delhi et pille la ville de fond en comble pendant trois jours. Après avoir ravagée les Indes en détruisant tout sur son passage, Tamerlan traverse l’Indus le en laissant pour le représenter Malik Sulaymân, un afghan qui se prétend descendant du prophète (sayyid), à qui succède son fils Khizr Khân. Le sultanat de Delhi, affaibli, perd un grand nombre de ses vassaux musulmans qui se déclarent indépendants. À partir de 1401, le général Mallu Ikbal, exilé à Baran, rentre à Delhi exsangue, ravagée par la famine et la peste, rappelle le sultan Mahmûd II et gouverne à sa place jusqu'à sa mort en 1405. À la mort du dernier Tughlûq en 1413, un Afghan, Daulat Khan Lodi est proclamé sultan par la noblesse de Delhi. L'année suivante il renversé par Khizr Khân Sayyîd, fondateur de la dynastie des Sayyîd.

Liste des sultans[modifier | modifier le code]