Jawaharlal Nehru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nehru)
Aller à : navigation, rechercher
Jawaharlal Nehru
जवाहरलाल नेहरू
Jawaharlal Nehru en 1959
Jawaharlal Nehru en 1959
Fonctions
1er Premier ministre de l'Inde
15 août 194727 mai 1964
(&&&&&&&&&&&0613016 ans, 9 mois et 12 jours)
Président Rajendra Prasad
Sarvepalli Radhakrishnan
Monarque George VI du Royaume-Uni (1947-1950)
Gouverneur Louis Mountbatten
Chakravarti Râjagopâlâchâri
Prédécesseur Nouvelle fonction
Successeur Gulzarilal Nanda
Ministre des Affaires extérieures
15 août 194727 mai 1964
Premier ministre lui-même
Prédécesseur Nouvelle fonction
Successeur Gulzarilal Nanda
Ministre des Finances
8 octobre 195817 novembre 1959
Premier ministre lui-même
Prédécesseur T. T. Krishnamachari
Successeur Morarji Desai
Biographie
Date de naissance 14 novembre 1889
Lieu de naissance Allâhâbâd
Date de décès 27 mai 1964 (à 74 ans)
Lieu de décès Drapeau : Inde New Delhi
Nature du décès Crise cardiaque
Nationalité indienne
Parti politique Parti du Congrès
Conjoint Kamala Nehru
Enfant(s) Indira Gandhi
Diplômé de Trinity College
Profession Barrister
Religion Hindouisme

Signature

Jawaharlal Nehru
Premiers ministres de l'Inde

Jawaharlal Nehru (जवाहरलाल नेहरू en hindi) dʒəʋaːɦərˈlaːl ˈneːɦruː, né le 14 novembre 1889 et mort le 27 mai 1964. Connu aussi sous le nom de Pandit Nehru, il fut l'une des figures de proue de la lutte pour l'indépendance de l'Inde et du parti du Congrès avant de devenir le 1er Premier ministre de l'Inde le 15 août 1947[1]. Il est le père d'Indira Gandhi, première femme à occuper le poste de Premier ministre en Inde, femme de Feroze Gandhi, sans le moindre lien de famille avec Mohandas Gandhi.

Vie et parcours[modifier | modifier le code]

Nehru à Harrow en 1905
Nehru et Kamala
Nehru en 1949

Jawaharlal Nehru est issu d'une famille de brahmanes hindous originaires du Cachemire. Fils de Motilal Nehru, un leader important du parti du Congrès, Nehru reçoit une éducation à l'occidentale et étudie au Royaume-Uni, à Harrow School et à Trinity College (Cambridge), où il subit l'influence du courant issu de la Fabian Society. Avocat en 1912, il s'inscrit dès son retour en Inde au parti du Congrès et participe à la lutte pour l'indépendance. En 1916, il fait la connaissance de Mohandas Karamchand Gandhi et devient l'un de ses collaborateurs les plus proches. De profonds désaccords séparent néanmoins les deux hommes : Gandhi restant plus traditionaliste avec une volonté d'autonomisation du peuple indien, Nehru, plus « moderniste » et athée, rêvant de réformes profondes et d'intégration de l'Inde dans le « concert des nations », d'où son désir d'intégration du modèle industriel et capitaliste anglais, modéré par ses options pour le socialisme.

Devenu secrétaire général du parti du Congrès, Nehru donne au mouvement une audience internationale.
Plusieurs fois emprisonné par les Britanniques (entre 1920 et 1945, il passe dix années en prison), il soutient néanmoins l'effort de guerre allié durant la Seconde Guerre mondiale, en échange d'une promesse de l'indépendance de l'Inde à la fin du conflit. Il participera cependant à la défense des officiers indiens de l'Armée nationale indienne inculpés de trahison par les Britanniques pour avoir combattu aux côtés des Japonais.

Chef du gouvernement intérimaire chargé de préparer l'indépendance en 1946, tout comme Gandhi, il ne peut empêcher le conflit avec le futur Pakistan en 1947. Il devient premier ministre à partir d'août 1947, et après l'assassinat de Gandhi en 1948, il est le chef incontesté du nationalisme indien. S'il assure à l'Union indienne une stabilité politique remarquable, il échoue cependant dans ses efforts contre la misère et le sous-développement. Adversaire farouche du colonialisme, il fut, avec Nasser, à l'origine du mouvement des « non-alignés » avec la conférence de Bandung en 1955.
Il lance aussi, avec le soutien des États-Unis et du Canada, un programme nucléaire pacifique.

Politique économique[modifier | modifier le code]

Nehru portait une grande admiration au système du plan quinquennal de l'Union soviétique et tenta de mettre en place en Inde une organisation semblable. Son désir était d'apporter à son pays les bienfaits conjugués du socialisme et du capitalisme en y créant un socialisme démocratique. Cependant cela engendra une administration complexe et lente, et une grande corruption dont l'Inde souffre encore. Une relative stagnation économique fut une des causes de la chute du parti du Congrès et de l'accession au pouvoir des partis nationalistes hindous.

C'est en 1956 que Nehru lança en Inde la révolution verte sauvant ainsi son pays de la famine qui le menaçait bien que l'Inde ait, à ce moment-là, presque fini sa transition démographique, non sans impacts environnementaux et socio-économiques liés à une industrialisation, au moins localement de l'agriculture.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Après avoir conduit le Congrès à la victoire aux élections de 1957, son gouvernement a fait l'objet de nombreuses critiques.
Désillusionné par la corruption et les querelles internes au parti, Nehru a songé à démissionner mais a finalement continué à assumer ses fonctions. L'élection de sa fille Indira Gandhi comme présidente du congrès de 1959 a réveillé la critique de népotisme.
Bien que le Pancha Sila (prônant les cinq principes de la coexistence paisible) ait été la base du traité Sino-Indien de 1954 sur leTibet[2], dans les années ultérieures, la politique étrangère de Nehru a souffert d'un antagonisme Sino-Indien croissant avec des disputes au sujet des frontières et la décision de Nehru d'accorder l'asile au 14e Dalaï Lama en 1959. Après l'échec d'années de négociations, Nehru a lancé « l'Opération Vijay », annexion par l'armée indienne de l'enclave portugaise de Goa. Ce fait a augmenté la popularité de Nehru, mais il a été critiqué pour avoir retenu l'action militaire.
Aux élections de 1962, Nehru a de nouveau conduit le congrès à la victoire, mais avec une majorité diminuée au profit des partis d'opposition s'étendant du Bharatiya Janata Party de droite (Jana Sangh) au parti de Swatantra socialistes et au parti communiste de l'Inde.

En 1962, l'invasion chinoise de l'Inde du nord-est par les forces chinoises a exposé les faiblesses militaires de l'Inde face à l'armée chinoise qui pénétra jusque dans l'Assam, exacerbant les critiques vis-à-vis de Nehru qui a été forcé de limoger son ministre de la défense Krishna Menon, et accepter l'aide militaire des États-Unis. La santé de Nehru s'est ensuite dégradée, l'obligeant à une convalescence de plusieurs mois au Cachemire en 1963. À son retour en mai 1964, Nehru est à nouveau malade, puis victime d'une crise cardiaque.

Il meurt tôt le matin du 27 mai 1964. Il sera incinéré selon des rites hindous sur les berges du fleuve Yamuna. La cérémonie, comme ce fut le cas à la mort de Gandhi, a fait venir des centaines de milliers d'Indiens en deuil, rassemblés dans les rues de Delhi pour tous ceux qui ne pouvaient plus approcher le lieu d'incinération.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Lettres d'un père à sa fille
  • Autobiographie
  • La découverte de l'Inde ISBN 2-87730-619-4
  • Pour l'amour de l'Inde

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, pages 146 et 147, (ISBN 8170945216)
  2. TIBET, LE PAYS SACRIFIE, L’Inde chausse les bottes britanniques par Claude Arpi
  3. (en)Honorary Doctorates,Prize and Awards, Waseda University, consulté sur www.waseda.jp le 19 septembre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]