Cercottes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cercottes
Mairie-école
Mairie-école
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Artenay
Maire
Mandat
Martial Savouré-Lejeune
2014-2020
Code postal 45520
Code commune 45062
Démographie
Gentilé Cercottois, Cercottoises[1]
Population
municipale
1 289 hab. (2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 59′ 10″ N 1° 53′ 01″ E / 47.9861111111, 1.8836111111147° 59′ 10″ Nord 1° 53′ 01″ Est / 47.9861111111, 1.88361111111  
Altitude Min. 119 m – Max. 133 m
Superficie 24,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Cercottes

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Cercottes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cercottes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cercottes
Liens
Site web ville-cercottes.fr

Cercottes est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur la route départementale 2020, à une quinzaine de kilomètres au nord d'Orléans, en lisière de la forêt d'Orléans.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chevilly Rose des vents
Gidy N Chanteau
O    CERCOTTES    E
S
Saran Fleury-les-Aubrais
Carte de la commune de Cercottes et des communes limitrophes

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sercottes en Beauce en 1396[2] ; Sercottes en 1397[3] ; [Jehan de Bouchery, buscheron à] Sercottes, [en la forest d’Orlians] en 1454[4] ; [Guillaume Coupeau dict Sarrazin, buscheron, à] Sercotte en 1459[5] ; Sercottes en 1495[6] ; Cercottes en 1740 [7] ; Cercottes au XVIIIe siècle (Carte de Cassini) ; Sercottes en 1808 (Cadastre).

Le caractère tardif des formes anciennes ne permet pas de rattacher Cercottes aux nombreux Cercoux, Cerqueux et Cercueil (avec des graphies diverses), c'est-à-dire « cercueil », terme attesté dans la chanson de Roland en 1080 sous la forme sarcou.

Cependant, il est possible que l'ancien français sarcou ait été complété à l'aide du suffixe diminutif -ot, féminisé en -otte, d'où le sens global de « petit cercueil », pris au sens de « tombeau », puis de « cimetière ». La forme latinisée Sercotis est un datif-ablatif-locatif masculin pluriel ; d’où le sens « aux petits tombeaux ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Martial Savouré-Lejeune    
  2008 Robert Catel    

Économie[modifier | modifier le code]

La zone industrielle regroupe environ 20 entreprises pour environ 200 emplois.

Le camp militaire abrite des installations de la DGSE (l'un des services secrets français), le Centre parachutiste d'entraînement spécialisé (CPES), qui forme les agents clandestins français.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Cercottes.

En 2011, la commune comptait 1 289 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
281 332 341 335 370 386 378 383 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
424 437 440 410 438 416 407 425 412
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
422 409 411 377 398 328 299 409 451
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
455 458 498 634 684 737 1 061 1 156 1 289
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le viaduc de l'aérotrain traverse le territoire de la commune.

Personnes illustres[modifier | modifier le code]

Étienne Houvet
Photograhe historien de la cathédrale Notre-Dame de Chartres : ses albums de photos lui ouvrirent une réputation mondiale chez les historiens de l'architecture médiévale.
Né à Cercottes le 18 juin 1868. Décédé à Chartres le 25 avril 1949.
Passage Étiene Houvet, à Chartres : délibération du conseil municipal du 16 décembre 1988.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 26 mai 2010)
  2. Archives Nationales-JJ 151, no 20, fol. 8
  3. Archives Nationales-JJ 151, no 229, fol. 112 v°
  4. Archives Nationales-JJ 184, no 540, fol. 369
  5. Archives Nationales-JJ 189, no 340, fol. 178 v°
  6. Archives Nationales-JJ 226B, no 1136, fol. 214 v°
  7. Bibliothèque Municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 34
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]