Artenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Artenay
La mairie
La mairie
Blason de Artenay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Artenay
Intercommunalité Syndicat Mixte du Pays Loire Beauce
Maire
Mandat
Pascal Gudin
2014-2020
Code postal 45410
Code commune 45008
Démographie
Gentilé Artenaysiens
Population
municipale
1 842 hab. (2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 59″ N 1° 52′ 45″ E / 48.0831, 1.8792 ()48° 04′ 59″ Nord 1° 52′ 45″ Est / 48.0831, 1.8792 ()  
Altitude Min. 117 m – Max. 129 m
Superficie 20,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Artenay

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Artenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Artenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Artenay

Artenay est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située dans la région naturelle de Beauce, à 20 km au nord d'Orléans, à 33 km à l'ouest de Pithiviers et à 101 km au sud de Paris.

Accès[modifier | modifier le code]

  • par la route :
A 10 : Paris - Tours (via Artenay) ;
A 19 : Courtenay - Artenay (mis en service depuis le 16 juin 2009) ;
N 20 : Paris - Orléans (via Artenay) ;
N 154 : Rouen - Artenay ;

Artenay gare 2.jpg

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Autroche, Auvilliers, Herblay, la Noue.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune d'Artenay et de ses communes limitrophes

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, lors de ses voyages, le roi Louis XIV, fit plusieurs fois halte au manoir d'Auvilliers, propriété de Madame de Montespan.

Le 10 octobre 1870 eut lieu à Artenay une importante bataille de la guerre franco-prussienne : l'armée française y fut mise en déroute. Des gravures d'époque témoignent de l'événement.

Le 31 octobre 1908, Louis Blériot effectua sur son Blériot VIII ter la première liaison aérienne aller-retour de ville à ville entre Toury et Artenay (28 km).

Artenay fut, avant le Débarquement et au début de l'été 1944, une zone de parachutage d'armes et de munitions récupérées par les résistants du réseau Turma-Vengeance (Marcel Girault, "mort en déportation"[1] ; Gaston Brossard).

Littérature[modifier | modifier le code]

L'écrivain Pierre Bergounioux évoque, dans Carnet de notes, une brève pause à Artenay, le vendredi 12 avril 1985 alors qu'il rentre de la Corrèze vers Paris : «Halte à Artenay, pour nous désaltérer. On a une sensation subite, inattendue de paix, d'engourdissement dès qu'on s'écarte un peu de la nationale. Quoiqu'il soit quatre heures de l'après-midi, un vendredi, le café est animé. Des hommes — la cinquantaine — parlent haut et rient très fort. Paris, dont on sentait l'énorme attraction, sur la N20, semble soudain très loin, presque inexistant.»[2]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Artenay

Les armes d'Artenay se blasonnent ainsi :

D'azur à un mouton passant d'argent, au chef cousu de gueules chargé de trois gerbes de blé d'or[3].

Blason Artenay.svg

On eut aussi trouver : D'azur à la barre de gueules bordée d'argent, chargée de trois besants du même, accompagnée en chef d'un mouton passant et en pointe d'une gerbe de blé, le tout aussi d'argent[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

De 1801 à 1806, la commune a appartenu au canton de Neuville-aux-Bois[5].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Pascal Gudin   Agent statisticien
mars 2001 mars 2008 Bernard Chevolot DVG Médecin généraliste
23 janvier 1978 mars 2001 José Cardona[6] DVG Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Élections[modifier | modifier le code]

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune d'Artenay sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Artenay Maire Pascal Gudin 2008 2014
Cantonales Artenay Conseiller général Pascal Gudin 27 mars 2011 2015
Législatives 2e circonscription Député Serge Grouard 10 juin 2012 juin 2017
Régionales Centre Président du conseil régional François Bonneau 7 septembre 2007 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande 6 mai 2012 mai 2017
Autres résultats : Élections à Artenay

Finances[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune disposait d’un budget de 4 601 000 € dont 3 107 000 € de fonctionnement et 1 494 000 € d'investissement[7], en augmentation de 29 % par rapport à 2005[8].

Le budget de fonctionnement était financé à hauteur de 44,5 % par les impôts locaux, 12,1 % par d'autres impôts et taxes et 15,5 % par la dotation globale de fonctionnement. Ces indicateurs étaient cette même année pour les communes de la même strate, de 500 à 2 000 habitants, respectivement de 47,7 %, 10,2 % et 19,2 %. Les taux d’imposition fixés par la commune étaient de 15,2 % pour la taxe d'habitation, de 13,9 % pour la taxe foncière sur le bâti et 38,6 % pour la taxe foncière sur le non-bâti. Les taux de la strate des communes de 500 à 2 000 habitants étaient respectivement de 18,4 %, 14,2 % et 49,1 %[7]. Le taux de la cotisation foncière des entreprises, qui a remplacé la taxe professionnelle en 2010, fixé par l’intercommunalité, était de 17,8 %[9].

La dette cumulée de la commune s’élevait au 31 décembre 2011 à 3 312 000 €, soit 1 844 € par habitant, en augmentation de 36 % par rapport à 2005. La dette moyenne par habitant de la strate des communes de 500 à 2 000 habitants s'élevait quant à elle en 2011 à 934 €[7].

Année
Population
Fonctionnement Investissements Autofinancement Endettement Fiscalité
Produits
(en k€)
Charges
(en k€)
Résultat
(en k€)
Ressources
(en k€)
Emplois
(en k€)
CAF
(en k€)
encours
au 31/12
(en k€)
encours
par habitant
(en € par habitant)
TH
TFb TFnb Tpfa Potentiel fiscal
par habitant
Produits
impôts locaux
commune strate
2005[8] 1974 2 761 2 397 364 815 2 372 258 2 682 1 359 7,9 % 12,4 % 32,8 % 8,8 % 1 585 552 1770
2006[10] 1974 2 855 2 236 620 429 600 620 2 487 1 260 7,9 % 12,4 % 32,8 % 8,8 % 1 664 583 1790
2007[11] 1974 2 847 2 432 415 2 170 971 415 2 293 1 162 7,9 % 12,4 % 32,8 % 8,8 % 1 676 614 1789
2008[12] 1974 2 946 2 275 672 1 902 1 978 672 3 216 1 629 8,7 % 13,6 % 36,1 % 8,8 % 2 071 621 1949
2009[13] 1689 2 947 2 541 406 1 119 641 422 3 037 1 798 8,7 % 13,6 % 36,1 % 8,8 % 2 069 671 1915
2010[14] 1740 3 086 2 586 500 1 262 776 515 3 109 1 787 8,9 % 13,9 % 36,8 % 17,8 % 2 034 694 2046
2011[7] 1796 3 107 2 424 683 1 494 1 762 698 3 312 1 844 15,2 % 13,9 % 38,6 % 33,5 % 240 0 1620
Notes : CAF = Capacité d'autofinancement nette du remboursement en capital des emprunts, TH = Taux de la taxe d'habitation, TFb = taux de la taxe sur le foncier bâti, TFnb = taux de la taxe sur le foncier non bâti, Tpfa = Taxe professionnelle (fiscalité additionnelle)

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie d'Artenay.

En 2011, la commune comptait 1 842 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 140 1 078 1 124 1 102 1 104 1 168 1 128 1 046 1 130
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 019 1 101 1 041 1 015 1 033 1 032 1 062 1 063 1 053
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 093 1 151 1 102 1 077 1 140 1 164 1 141 1 177 1 210
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 325 1 514 1 589 1 939 2 008 1 940 1 866 1 660 1 828
2011 - - - - - - - -
1 842 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'académie d'Orléans-Tours.

  • École maternelle : 5 classes (2008-2009) ;
  • École élémentaire : 8 classes (2008-2009), 50 % des effectifs viennent des communes voisines (Dambron, Bucy-le-Roi, Baigneaux, Trinay, Poupry, Lion-en-Beauce et Ruan).

Économie[modifier | modifier le code]

La sucrerie
  • La commune, beauceronne, reste essentiellement agricole ;
  • La sucrerie fait partie du groupe Tereos, deuxième sucrier mondial en 2005. Elle produit près de 77 000 tonnes de sucre par an[17] (2013). La coopérative sucrière date de 1928 et était initialement une distillerie. La sucrerie elle-même a été créée en 1953. Elle emploie 185 personnes (2013).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Victor
Le moulin des Muets
  • L'église Saint-Victor. XIIe siècle ; XVIe siècle.
  • Le moulin à vent des Muets. Construit en 1848, restauré dans les années 1970. Il fonctionne encore, mais uniquement dans un but pédagogique. Le moulin est classé monument historique depuis le 24 mai 1974[18] ;
  • Le manoir d'Auvilliers. XVIIe et XVIIIe siècles dont le parc a été dessiné par André Le Nôtre ;
  • L'ancienne prison d'étape des XVIIIe et XIXe siècles, reconvertie en musée et classée monument historique le 14 août 1985[19] ;
  • Le viaduc de l'aérotrain.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Madame de Montespan y posséda le manoir d'Auvilliers avec des jardins dessinés par Le Nôtre ;
  • Pierre Barbier (1759-1825), général des armées de la République et de l'Empire, né à Artenay, décédé à Orléans.
  • Jean-Étienne Barré, officier des armées napoléoniennes, commandant d'armes de la place d'Orléans, colonel 6e de ligne, maréchal de camp, gouverneur de la Martinique, commandeur de la Légion d’honneur est né à Artenay en 1769.
  • Emile Anizan, prêtre, fondateur des Fils de la Charité est né à Artenay le 6 janvier 1853.
  • Louis Blériot fit le premier vol entre deux villes (Toury et Artenay) en 1908 ;
  • L'abbé Pierre Nollent, curé d'Artenay, fondateur de la société française d'étude des souterrains, est enterré au cimetière d'Artenay ;
  • José Cardona, réfugié politique espagnol devenu maire d'Artenay a raconté son histoire dans Le Minorquin de la Beauce[20]. Il a été également Conseiller-Général et créateur du musée du théâtre forain.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Un marché hebdomadaire se déroule le jeudi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La Dépêche du Loiret (dir.Henri Duvillard) 11 décembre 1948
  2. Carnet de notes, Verdier, 2006, p. 387
  3. Blason selon la page consacrée à la ville sur coeur-de-france.com.
  4. Blason selon La banque du blason, site héraldique sur les communes, collectivités et provinces historiques françaises.
  5. Administration ancienne d'Artenay sur Cassini
  6. Association des maires du Loiret, L'officiel des élus et des collectivités - Répertoire de l'association des maires du Loiret, Saint-Nazaire, Editions de France,‎ 2ème trimestre 1999 (ISBN 2-9513908-0-7), p. 81
  7. a, b, c et d Compte communal détaillé 2011 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 5 mars 2013
  8. a et b Compte communal détaillé 2005 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 5 mars 2013
  9. Taux des impôts locaux de la commune en 2010, sur http://www.taxe.com/, consulté le 5 mars 2013
  10. Compte communal détaillé 2006 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 5 mars 2013
  11. Compte communal détaillé 2007 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 5 mars 2013
  12. Compte communal détaillé 2008 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 5 mars 2013
  13. Compte communal détaillé 2009 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 5 mars 2013
  14. Compte communal détaillé 2010 sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 5 mars 2013
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  17. http://www.tereos-coproduits.com/fr/artenay
  18. « Moulin à vent des Muets », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Ancienne prison », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Le Minorquin de la Beauce, édition L'Harmattan, 1998.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Pas de site internet officiel recensé en 2012