Cadillac (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cadillac.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Cadillac-en-Fronsadais.
Cadillac
La mairie (nov. 2011)
La mairie (nov. 2011)
Blason de Cadillac
Blason
Cadillac (Gironde)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon
Canton de Cadillac (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux de Garonne
Maire
Mandat
Hervé Le Taillandier de Gabory
2008-2014
Code postal 33410
Code commune 33081
Démographie
Gentilé Cadillacais
Population
municipale
2 617 hab. (2011)
Densité 481 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 14″ N 0° 19′ 03″ O / 44.6372222222, -0.3175 ()44° 38′ 14″ Nord 0° 19′ 03″ Ouest / 44.6372222222, -0.3175 ()  
Altitude Min. 3 m – Max. 92 m
Superficie 5,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Cadillac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Cadillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cadillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cadillac
Liens
Site web mairiedecadillac.com/

Cadillac (Cadilhac en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Cadillacais[1].

Situé dans une région viticole bénéficiant d'un label (Bordeaux AOC), le vignoble de Cadillac produit un vin réputé. Théâtre d'une riche histoire depuis le XIIIe siècle, Cadillac a récemment rendu hommage à un enfant du pays, le bienheureux Jean-Joseph Lataste (1832-1869) béatifié le par le pape Benoît XVI.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bastide située sur la rive droite (nord) de la Garonne, la commune se trouve à 34 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département et à 13 km au nord-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Omet au nord-est, Loupiac au sud-est, Béguey à l'ouest et Laroque au nord. Sur la rive gauche de la Garonne, se trouvent Barsac au sud et Cérons au sud-ouest.

Communes limitrophes de Cadillac
Laroque Omet
Béguey Cadillac Loupiac

                                                Rive gauche de
Cérons

la Garonne                                          
Barsac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Bassin d'Aquitaine. L'altitude varie de 3 mètres au fond du lit du fleuve à 92 mètres au niveau de la colline au nord-est[3].

Le territoire se situe en limite de la Guyenne (couche supérieure de l'oligocène), au nord, et des Landes, au sud, au sein du lit de la Garonne (alluvions récentes)[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les habitations sont situées le long de la Garonne qui délimite la commune au sud-ouest. Les autres limites sont marquées au nord-ouest par le ruisseau de l'Œuille et au nord-est par le ruisseau de Ricaud.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Entre 1897 et 1935, la ville est desservie par le tramway de Bordeaux à Cadillac.

La principale voie de communication routière est la route départementale D10 qui traverse la ville et mène vers le nord-ouest à Béguey et au-delà à Langoiran et vers le sud-est à Loupiac et au-delà à Langon. La route départementale D11 qui traverse également la ville mène vers le sud-ouest à Cérons et au-delà à l'autoroute A62 et vers le nord à Targon.

L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est l'accès no 2 « Podensac » qui se situe à 6 km vers le sud-ouest.

L'accès no 1 « Bazas » à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 26 km vers le sud-sud-est.

La gare SNCF la plus proche est celle de Cérons, sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Aquitaine, qui se situe à 2,5 km vers le sud-ouest. Celle de Langon qui propose plus de trafic se situe à 13 km vers le sud-est.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

En 2009, on dénombrait à Cadillac 1 160 logements dont 1 014 résidences principales soit 87,4 % de l'ensemble des logements. Les résidences secondaires et logements occasionnels sont au nombre de 7 soit un pourcentage de 0,6 %. Le nombre de logements vacants s'élève à 139 soit 12,0 %. Sur l'ensemble de ces logements, on dénombre 734 logements individuels soit 63,3 % et 420 logements dans un immeuble collectif soit 36,2 %[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cadillac est attesté sous la forme Cadilacum en 1306, forme que le toponymiste Ernest Nègre explique par le nom propre d'un romain Catilius suivi du suffixe -acum[6].

Le suffixe -acum est d'origine gauloise *-āko / *-(i)āko-. Il servait à localiser des dieux où des personnes à l'origine, avant de devenir un suffixe marquant la propriété à l'époque gallo-romaine. Il a donné -ac au sud de la France (et parfois en Bretagne) et -(a)y / -(e)y /-é, etc. au nord[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cadillac bénéficie d'une importante histoire depuis le XIIIe siècle[8],[9],[10].

Cadillac est une bastide fondée en 1280 par Édouard Ier d'Angleterre, pour des raisons militaires afin d'assurer la défense de Bordeaux ; elle fut créée sur l’emplacement du bourg Saint-Jean par Jean Ier de Grailly, sénéchal de Guyenne, mais ses remparts ne furent achevés qu’en 1315.

De par son adhésion, en 1379, à l'alliance bordelaise de défense contre les troupes françaises, la bastide de Cadillac fut qualifiée de filleule de Bordeaux[11],[12] ; cette alliance favorisa de nombreux échanges commerciaux avec la capitale girondine par le biais de la Garonne.

Elle contribua, à partir de la deuxième moitié du XIVe siècle, à la création puis au développement du vignoble de l’Entre-deux-Mers (entre Garonne et Dordogne) grâce à son port sur la Garonne d’où transitait le vin jusqu'à Bordeaux. En 1565, Cadillac est une des étapes du Grand tour de France de Charles IX : le roi y passe la nuit du 31 mars au 1er avril.

Le château médiéval, qui occupait un tiers de la superficie de la bastide, fut détruit à la fin du XVIe siècle par Jean Louis de Nogaret de La Valette, duc d’Épernon, pour édifier un somptueux palais remarquable par la régularité de son plan, ses glacis fortifiés, la simplicité de ses élévations et sa décoration intérieure : carrelages polychromes, plafonds peints, tapisseries tissées sur place et surtout cheminées monumentales sculptées et incrustées de marbre.

Sous l'Ancien Régime, Cadillac était composée de la paroisse Saint-Martin (qui devient la commune actuelle), ainsi que de l'hôpital Sainte-Marguerite de la Charité. La commune de Cadillac est parfois dénommée Cadillac-sur-Garonne (nom d'usage)[13].

Sous la Révolution, Cadillac et Bordeaux furent les seuls districts girondins où la majorité du clergé refusa de prêter le serment de la Constitution civile du clergé (promulguée en juillet 1790) exigé des prêtres fonctionnaires publics.

L’hôpital psychiatrique de Cadillac fut construit dans le style néo-classique bordelais vers 1790. En 1838, il est agréé comme « asile d’aliénés », devient autonome en 1912 et relève des services départementaux à la faveur de la loi de 1970.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Cadillac se blasonnent ainsi :

Écartelé : au premier et au quatrième d'or aux trois pals de gueules, au deuxième et au troisième d'or aux deux vaches de gueules passant l'une sur l'autre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant compris entre 1 500 et 2 500, le nombre de membres du conseil municipal depuis le 01/01/2013 est de 20 membres.« Votre municipalité », sur le site de la mairie de Cadillac (consulté le 20 novembre 2012)</ref>.

Liste des maires[modifier | modifier le code]


Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Cadillac

Localisation de la ville
Cadillac
Voir l’image vierge
Localisation de Cadillac et Canet de Mar.

Au 20 novembre 2012, Cadillac est jumelée avec[14] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 Jacques DUMAS RPR Conseiller Général
1995 en cours Hervé LE TAILLANDIER DE GABORY PS Conseiller Général
Les données manquantes sont à compléter.|}
En 2011, la commune comptait 2 617 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 418 1 326 1 452 1 533 1 522 1 420 1 967 2 083 2 166
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 295 2 549 2 569 2 777 2 899 2 839 2 872 2 399 2 715
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 783 2 976 3 195 3 000 3 013 3 019 3 085 2 783 2 882
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
3 204 3 748 3 340 2 961 2 582 2 365 2 427 2 435 2 617
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2004[16])
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Ville administre l'école Jean de La Fontaine, regroupant la maternelle et l'élémentaire[17]. La Ville accueille également sur son territoire le collège Anatole France, placé en zone d'éducation prioritaire (ZEP). Ce dernier regroupe environ 720 élèves venant de Cadillac et des communes environnantes[16],[17].

Les Cadillacais disposent également d'établissements privés : l'école et le collège Jean-Joseph Lataste, établissement privé catholique sous contrat d'association avec l'État.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cadillac s'anime à de nombreuses reprises durant l'année, notamment pour la fête traditionnelle du carnaval, fin août pour le festival « Balades en Cadillac », en septembre pour « La Ronde de Nuit en Bastide »[18].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune abrite un centre hospitalier disposant d'une unité pour malades difficiles compte tenu de sa spécialisation dans la prise en charge de la maladie mentale[19].

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Cadillacais disposent de lieux de culte catholique et musulman.

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Cadillac est situé dans le secteur pastoral « Targon-Langoiran-Cadillac » au sein de l'archidiocèse de Bordeaux. Deux lieux de culte catholique en dépendent : la collégiale Saint-Blaise-Saint-Martin et la chapelle de l'hôpital[20].

Culte musulman[modifier | modifier le code]

La communauté musulmane dispose de la mosquée Tawba[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 484 €, ce qui plaçait Cadillac au 29 732e rang parmi les 31 525 communes de plus de 40 ménages en métropole[22].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, parmi la population âgée de 15 à 64 ans, la commune comptait 1625 personnes dont 63,4 % actifs (53,7 % ayant un emploi et 9,7 % au chomage). Parmi la population de 15 ans et plus, la commune comptait 0,4 % d'agriculteurs exploitants, 3,3 % d'artisans - commerçants - chefs d'entreprise, 4,0 % de cadres et professions intellectuelles supérieures, 9,4 % de professions intermédiaires, 16 % d'employés, 16,4 % d'ouvriers, 25,6 % de retraités et 25,0 % d'autres personnes sans activité professionnelle[23].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Le vignoble de Cadillac produit un vin blanc liquoreux. Par ailleurs, Cadillac est située dans la zone AOC des Premières Côtes de Bordeaux qui est connue pour son vin rouge fruité. Enfin il existe une production réputée de vin blanc sec.

Au 31 décembre 2010, la commune comptait 321 établissements dont 5,9 % dans le domaine agriculture - sylviculture - pêche, 6,5 % dans l'industrie, 8,1 % dans la construction 62,0 % dans le commerce - transports - services divers, et 17,4 % dans l'administration publique - enseignement - santé - action sociale[24].

Un marché se tient tous les samedis matins[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Cadillac compte trois monuments classés et deux monuments inscrits au titre des monuments historiques :

Le bâtiment abritant les services de la mairie, sur la place de la République, place centrale de la bastide, est remarquable, hébergeant une halle couverte en rez-de-chaussée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Par ordre alphabétique :

Nés à Cadillac[modifier | modifier le code]

Décédés à Cadillac[modifier | modifier le code]

Autres liens[modifier | modifier le code]

Aucun lien avec[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Boit, Un district de Gironde pendant la révolution, l'exemple de Cadillac, 1789-1795, thèse de doctorat en histoire, université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 24 février 2001, 792 p., (ISBN 2-28403-803-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 2 décembre 2011.
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 30,8 km pour Bordeaux et 10,8 km pour Langon. Données fournies par lion1906.com, consulté le 2 décembre 2011.
  3. Carte topographique sur le géoportail.
  4. Carte géologique sur le géoportail.
  5. « Thème : Logement », sur le site de l'Insee,‎ 28 juin 2012 (consulté le 20 novembre 2012).
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France: Tome 1, Formations préceltiques, celtiques, romanes : étymologie de 35000 noms de lieux, IVe partie, p. 461, Librairie Droz, 1990, 708 p.
  7. Pierre-Yves Lambert, La langue Gauloise, édition errance 1994, p. 39.
  8. Charles Higounet, Histoire de l’Aquitaine, Ed. Privat, 1971.
  9. Jacques Dubourg, Histoire des Bastides d’Aquitaine, Ed. Sud-Ouest, 1991.
  10. Sandrine Lavaud, Bordeaux et le Vin au Moyen Age, Ed. Sud-Ouest, 2003.
  11. (fr1835) Gabriel de Lurbe et Jean Darnalt, Chronique Bourdeloise, Bordeaux, Simon Millanges,‎ 1619, 65 p. (lire en ligne), p. 33
  12. Cadillac, filleule de Bordeaux sur le site Aquitaineonline.com, consulté le 25 novembre 2012.
  13. Présentation des registres paroissiaux et d'état civil de Cadillac sur le site GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 9 avril 2013.
  14. « Jumelage(s) de Cadillac », sur l'atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du Ministère des Affaires étrangères (consulté le 20 novembre 2012)
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  17. « Gironde (33) > Cadillac > École », sur le site du ministère de l'éducation nationale (consulté le 20 novembre 2012).
  18. « Animations », sur le site de la mairie de Cadillac (consulté le 20 novembre 2012).
  19. « L'établissement », sur le site du centre hospitalier de Cadillac (consulté le 20 novembre 2012).
  20. « Messes dans le secteur paroissial », sur le site du secteur paroissial Targon-Langoiran-Cadillac (consulté le 20 novembre 2012).
  21. « Mosquée Tawba de Cadillac », sur le guide musulman (consulté le 20 novembre 2012).
  22. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012)
  23. « Thème : Emploi - Population active », sur le site de l'Insee,‎ 28 juin 2012 (consulté le 20 novembre 2012).
  24. « Thème : Caractéristiques des entreprises et des établissements », sur le site de l'Insee,‎ 23 octobre 2012 (consulté le 20 novembre 2012).
  25. JKERAIF, « Gourmand ? Gourmet ! Dates foires et marché », office de tourisme de Cadillac et Langoiran (consulté le 20 novembre 2012).
  26. « Classement du château », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 2 décembre 2011.
  27. « Classement des remparts », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 2 décembre 2011.
  28. « Classement de l'église Saint-Martin », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 2 décembre 2011.
  29. « Inscription du cimetière des Oubliés », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 3 décembre 2011.
  30. « Inscription de la porte du potager », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 3 décembre 2011.
  31. Le mot du maire in Cadillac Info n°38, journal municipal du mercredi 26 septembre 2012, p. 1, [lire en ligne]
  32. Biographie de Georges Cazeaux-Cazalet dans Dictionnaire des parlementaires d'Aquitaine sous la Troisième République Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise. Presses Universitaires de Bordeaux, Jan 1, 1998. Pages 198 et 199 sur Google books, consulté le 25 novembre 2012.
  33. Georges Cazeaux-Cazalet sur le site de l'Assemblée Nationale d'après le Dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly), consulté le 25 novembre 2012.