Podensac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Podensac
La mairie (avr. 2013)
La mairie (avr. 2013)
Blason de Podensac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon[1]
Canton de Podensac (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Podensac
Maire
Mandat
Bernard Mateille
2014-2020
Code postal 33720
Code commune 33327
Démographie
Gentilé Podensacais
Population
municipale
2 731 hab. (2011)
Densité 327 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 07″ N 0° 21′ 15″ O / 44.6519444444, -0.354166666667 ()44° 39′ 07″ Nord 0° 21′ 15″ Ouest / 44.6519444444, -0.354166666667 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 25 m
Superficie 8,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Podensac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Podensac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Podensac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Podensac
Liens
Site web www.podensac.fr

Podensac (Podençac en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Podensacais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans l'aire urbaine de Bordeaux, dans le vignoble des Graves sur la rive gauche de la Garonne, la commune se trouve à 31 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, et à 15 km au nord-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Rions au nord-est, Béguey à l'est, toutes deux sur la rive droite de la Garonne, Cérons au sud-est, Illats au sud-ouest et Virelade à l'ouest.

Communes limitrophes de Podensac
Virelade Rions
Podensac Béguey
Illats Cérons

Communications et transports[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication routière est la route départementale D1113, ancienne RN113 (Bordeaux-Marseille), qui mène, vers le nord-est, à Virelade et Arbanats et, au-delà, à Bordeaux et, vers le sud-ouest, à Cérons et Barsac et, au-delà, à Langon. Deux routes départementales commencent à partir de cette D1113, la D117e1 vers le sud-ouest, vers Saint-Michel-de-Rieufret et la D11 vers le sud, vers Illats.
L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est celui de no 2 de Podensac qui se situe à 5,5 km vers le sud.
L'accès à l'autoroute A65 (Langon-Pau) le plus proche est le no 1 de Bazas se situe à 28 km vers le sud-sud-est.

La commune abrite une gare SNCF sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine. Sur la même ligne mais offrant plus d'opportunités de liaisons, la gare de Langon se situe à 14 km par la route vers le sud-est.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Podensac prendrait son origine dans le nom gaulois POTENTIUS, qui signifie le riche, le puissant, associé au suffixe –ACUM qui signifie « chez » ou « domaine de ». L’ensemble, POTENTIACUM, signifierait « domaine de Potentius » et ferait référence aux riches propiétaires terriens de l'époque Gallo-romaine[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Guillaume IV Seguin, seigneur baron de Rions-sur-Garonne, seigneur de Virelade, Cérons, Barsac, Illats, Bommes, Loupiac de Cadillac, et autres fiefs en Bénauge, co-seigneur de Castets-en-Dorthe et Podensac, épouse, vers 1275, Mathe d'Albret, fille légitime d'Amanieu VI, sire d'Albret, et de Mathe de Bordeaux, celle-ci fille de Pierre de Bordeaux, seigneur de Puyguilhem.

Au début du XIIIe siècle, la seigneurie de Podensac appartient à la famille Calhau. Miramonde de Calhau apporte en héritage la seigneurie à Bernard III d'Escoussan, seigneur de Langoiran. Sa petite-fille Mabille d'Escoussan la transmet à la famille d'Albret, par son mariage en 1345 avec Amanieu d'Albret[réf. nécessaire]. La seigneurie de Podensac ainsi que celle de Langoiran tombent entre les mains de Montferrand en 1378.

À la Révolution, la paroisse Saint-Vincent de Podensac forme la commune de Podensac[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Podensac Blason D’argent au sceau en anneau d’or à la bordure pointillée sable, chargé d’une croisette pattée aussi de sable suivie de l’inscription « : SIG :MIRAMONDA :DE :CALHAV : » en lettres onciales du même, rempli de sable et encerclant un carreau d’argent et un orle en quartefeuille rempli d’azur et brochant sur le carreau, encadrant un personnage féminin de carnation habillé d’argent et de sable, portant un écusson parti au premier de sinople au lion de sable et au second d’or à trois fasces de gueules, adextré d’un écusson d’argent à trois coquilles de gueules et senestré d’un écusson d’argent à la croix latine de gueules[6].
Détails Officiel, présent sur le site internet de la commune et les plaques des rues de la ville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Guillaume Sauboy RPR  
mars 2001 en cours Bernard Mateille PS Président de la Cdc du canton de Podensac
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 731 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 351 1 425 1 523 1 551 1 614 1 604 1 617 1 553 1 588
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 594 1 681 1 621 1 601 1 682 1 716 1 792 1 721 1 722
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 679 1 602 1 519 1 534 1 511 1 417 1 388 1 723 1 559
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 663 1 823 1 925 2 219 2 261 2 267 2 536 2 590 2 619
2011 - - - - - - - -
2 731 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : vins de Graves, Cérons (AOC). Entreprise Lillet (apéritif à base de vin et de liqueur d'oranges)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École Maternelle [12]
  • École élémentaire [13]
  • Collège Georges Brassens [14]
  • Lycée d’enseignement général Jean Moulin à Langon [15]
  • Lycée d’enseignement Professionnel à Langon [16]
  • Lycée Polyvalent et Lycée Professionnel à Bazas
  • Lycée Professionnel Agricole et Forestier à Bazas [17]

Évènements[modifier | modifier le code]

  • Rendez vous au jardin, 1er week-end de juin [18]
  • Festival cote jardin, dans le cadre des Scènes d'été en Gironde, dernier week-end de juin [19]
  • Fête nationale (14 juillet) : feu d'artifice et bal
  • Fête du patrimoine, 3e week-end de septembre
  • Foire Sainte-Catherine, fin novembre [20]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de Tennis [21]
  • Club de Judo [22]
  • Football Club des Graves [23]

Santé[modifier | modifier le code]

Centre Hospitalier Sud Gironde à Langon [24]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté préfectoral du 22 mars 2006 (page 48)
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 25 mars 2013.
  3. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 27,7 km pour Bordeaux et 13,7 km pour Langon. Données fournies par lion1906.com, consulté le 31 mai 2013.
  4. [1]
  5. Historique des communes, p. 40, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 31 mai 2013.
  6. Blasonnement produit d'après celui de Gaso, celui de l'armorial de France, le site officiel de la commune et la photo d'un blason sur une plaque de rue.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. « Inscription MH de l'église Saint-Vincent », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 25 mars 2013.
  10. « Classement MH du château Chavat », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 25 mars 2013.
  11. « Inscription MH du château », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 25 mars 2013.
  12. [2]
  13. [3]
  14. [4]
  15. [5]
  16. [6]
  17. [7]
  18. [8]
  19. [9]
  20. Le site de la Foire Sainte-Catherine de Podensac
  21. [10]
  22. [11]
  23. [12]
  24. [13]