Loupiac (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loupiac.
Loupiac
La mairie (août 2011)
La mairie (août 2011)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon[1]
Canton de Cadillac
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux de Garonne
Maire
Mandat
Lionel Chollon
2014-2020
Code postal 33410
Code commune 33253
Démographie
Gentilé Loupiacais
Population
municipale
1 148 hab. (2011)
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 30″ N 0° 17′ 57″ O / 44.625, -0.299166666667 ()44° 37′ 30″ Nord 0° 17′ 57″ Ouest / 44.625, -0.299166666667 ()  
Altitude Min. 3 m – Max. 108 m
Superficie 9,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Loupiac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Loupiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loupiac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loupiac
Liens
Site web www.commune-loupiac33.fr/

Loupiac (Lopiac en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Loupiacais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Ayant donné son nom à l'AOC loupiac (vin liquoreux), la commune de Loupiac se trouve sur la rive droite de la Garonne, à 37 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 11 km au nord-nord-ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement et à 2,5 km au sud-est de Cadillac, chef-lieu de canton[3].

Les communes limitrophes en sont Donzac au nord-est, Monprimblanc à l'est, Gabarnac au sud-est, Sainte-Croix-du-Mont au sud, Barsac à l'ouest sur la rive gauche de la Garonne, Cadillac au nord-ouest et Omet au nord.

Communes limitrophes de Loupiac
          Cadillac Omet Donzac
                   Rive droite
Barsac  de la
               Garonne
Loupiac Monprimblanc
Sainte-Croix-du-Mont Gabarnac


La principale voie de communication routière qui traverse la commune est la route départementale D10 qui longe la Garonne et qui mène vers le nord-ouest à Cadillac et vers le sud-est à Saint-Maixant ; au nord du bourg, la route départementale D117 commence à partir de cette D110, traverse le bourg et conduit vers le sud-est en direction de Verdelais.

L'accès le plus proche à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) est celui de Podensac qui se situe à 8,5 km vers le sud-ouest en passant par Cadillac.
L'accès Bazas à l'autoroute A65 (Langon-Pau) est distant de 24 km vers le sud.

La gare SNCF la plus proche est celle de Cérons, sur la ligne Bordeaux-Sète du TER Aquitaine, distante de 4,5 km vers l'ouest en passant par Cadillac. Celle de Langon, proposant plus de trafic, est distante de 11 km vers le sud-est.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Pierre de Loupiac forme la commune de Loupiac. Le 15 mai 1816, la commune de Loupiac devient Loupiac-de-Cadillac, puis Loupiac[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Claude Lamothe    
mars 2008 en cours Lionel Chollon[5] PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 148 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 015 1 011 1 041 1 014 1 025 981 902 899 1 000
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
793 892 919 944 1 002 977 975 1 034 1 046
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 074 1 077 1 017 938 950 925 854 875 904
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
948 890 966 981 990 939 939 1 148 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Église Saint-Pierre, du XIIe siècle, classée monument historique en 1840[8].
    La façade occidentale de l'église est composée d'un avant-corps, percé de trois arcades, et divisée par des bandeaux abondamment ornés. Sous la corniche, soutenue par des modillons sculptés, figure une frise, consacrée à la Cène, entre le Péché originel et l'adoration de l'agneau. Saint Jean appuie sa tête contre l'épaule du Christ, au milieu des 11 apôtres. Cette scène, plutôt rare en France, rappelle les apostolados des églises espagnoles.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Le château du Cros qui fut construit du XVe au XVIIIe siècle est inscrit aux monuments historiques pour ses tours et ses vestiges en 1993[9]
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Villa gallo-romaine datant des IIe-Ve siècles à plusieurs niveaux, avec des thermes où l’on trouve le caldarium, le tepidarium et le frigidarium. Réseau complexe de canalisations et vaste piscine de 140 m³. Ses mosaïques tapissant toutes les surfaces des sols sont d’une grande richesse en couleur. Dès la première moitié du XIXe siècle, d’importantes mosaïques gallo-romaines sont signalées à l’emplacement du prieuré Saint-Romain. L’archéologue loupiacais R. Dézeimeris entreprend des recherches. Ses découvertes font l’objet de nombreuses communications à l’Académie de Bordeaux dans lesquelles il tente d’identifier la villa gallo-romaine de Loupiac à celle d’Ausone. Aujourd’hui, seul le site de la piscine entourée de mosaïques et des thermes ont été mis au jour. Leurs dimensions considérables (12,5 m x 8 m pour la piscine, 71 m2 de mosaïques) permettent d’imaginer l’importance de ce domaine agricole sous l’antiquité.
  • Il y a également des restes du prieuré de Saint-Romain, et le château Ricaud, un bâtiment néo-gothique du XIXe siècle.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sommaire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté préfectoral du 22 mars 2006 (page 48)
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 29 octobre 2011.
  3. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 32,9 km pour Bordeaux, 8,8 km pour Langon et 2,1 km pour Cadillac. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 30 octobre 2011.
  4. Historique des communes, p. 31, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 10 avril 2013.
  5. Commune de Loupiac sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 29 octobre 2011.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Classement de l'église Sait-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 29 octobre 2011.
  9. « Inscription du château du Cros », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 29 octobre 2011.
  10. Biographie de Georges Cazeaux-Cazalet dans Dictionnaire des parlementaires d'Aquitaine sous la Troisième République Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise. Presses Universitaires de Bordeaux, Jan 1, 1998. Pages 198 et 199 sur [1], consulté le 25 novembre 2012.
  11. Georges Cazeaux-Cazalet sur le site de l'Assemblée Nationale [2] d'après le Dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly), consulté le 25 novembre 2012.