Créon (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Créon
La Mairie
La Mairie
Blason de Créon
Blason
Créon (Gironde)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton Créon
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Créonnais
Maire
Mandat
Pierre Gachet
2014-2020
Code postal 33670
Code commune 33140
Démographie
Gentilé Créonnais
Population
municipale
4 333 hab. (2012)
Densité 540 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 31″ N 0° 20′ 49″ O / 44.7752777778, -0.34694444444444° 46′ 31″ Nord 0° 20′ 49″ Ouest / 44.7752777778, -0.346944444444  
Altitude Min. 51 m – Max. 109 m
Superficie 8,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Créon

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Créon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Créon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Créon
Liens
Site web mairie-creon.fr

Créon (Creon — sans accent aigu — en gascon) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux, Créon est située au cœur de l'Entre-deux-Mers.

Communes limitrophes de Créon
Sadirac Cursan
Saint-Genès-de-Lombaud Créon La Sauve
Haux
Limites administratives de la commune

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Aquitaine anglaise[modifier | modifier le code]

Depuis 1152, par le mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri Plantagenêt, l’Aquitaine est rattachée à la couronne d’Angleterre. En 1315, la France est gouvernée par le roi Louis X, l’Aquitaine par un duc, qui se trouve être le roi Édouard II d'Angleterre, son propre beau-frère, époux de sa sœur Isabelle.

Dans l’Entre-deux-Mers, le roi Edouard II n’est pas contesté mais l’Église est très puissante. Au pied de l’abbaye de La Sauve-Majeure, une ville construite petit à petit draine tous les commerces. L’abbaye prélève les impôts et taxes sur les habitants qui sont sous sa suzeraineté, les marchands lui versent des droits divers (péages, etc.). Tout cet argent contribue à la richesse de l’abbaye. Le duc-roi d’Angleterre ne possède aucune ville dans la forêt de La Sauve, à tel point que son prévôt doit demander l’hospitalité aux moines. Il ne dispose même pas d’une prison, qui est le symbole de justice qu’il possède en Entre-deux-Mers. On a donc les éléments qui peuvent conduire à la création de la bastide de Créon. En entrant dans la bastide, on devient sujet du fondateur qui voit ainsi augmenter son influence politique et sa puissance économique.

La bastide de Créon et le développement de la région[modifier | modifier le code]

En 1312, Amaury III de Craon, sénéchal d’Aquitaine, décide la création d’une bastide au milieu des forêts couvrant la région, au carrefour des voies conduisant de Bordeaux à Sauveterre-de-Guyenne (en passant par La Sauve) et de Libourne à Cadillac (en passant par Langoiran). La surface est réduite car il faut empiéter le moins possible sur les territoires des voisins de Cursan, Sadirac, Saint-Genès-de-Lombaud et de La Sauve, mais c’est une véritable ville prête à vivre son dynamisme économique avec son principal atout, le marché hebdomadaire et des foires (six par an). Une vraie ville en campagne créée pour attirer artisans, juristes, paysans... Cette décision suscite de la part de l’abbaye de La Sauve-Majeure une réaction immédiate et de longue durée. Le pouvoir temporel de La Sauve est considérable. Cette intrusion sur son territoire est inconcevable et il va en rester une tension permanente pour les habitants partagés entre le roi et les religieux. La Cour prévôtale s’installe à Créon. De plus, l’influence bénédictine va décliner avec l’installation du marché hebdomadaire du mardi à Créon concurrençant directement celui de La Sauve. Par la suite, on parvient à un arrangement et le marché de Créon est fixé au mercredi. Jusqu’à la Révolution, Créon est le siège de la Grande Prévôté Royale de l’Entre-deux-Mers et possède juridiction sur 48 paroisses environnantes.

Le fondateur de la bastide[modifier | modifier le code]

Amaury III de Craon voit le jour en 1280. Il appartient à la très ancienne famille de Craon, connue depuis le XIe siècle. Depuis un siècle, ils sont, de père en fils, sénéchaux de l’Anjou pour le roi de France. Comme chevalier, Amaury porte les armoiries de sa famille, losangé d’or et de gueules. Sa parenté est illustre : il est cousin issu de germains du roi d’Angleterre Edouard II, ce qui lui vaut de nombreuses faveurs. Son destin est assez insolite. Ainsi, de 1302 à 1304, il participe aux campagnes de Flandres avec Philippe le Bel. Le 5 juin 1308, Edouard II l’appelle auprès de lui à Londres et le 5 juillet 1313, il est nommé sénéchal d’Aquitaine pour le roi d’Angleterre. Il cumule donc les fonctions, représentant le roi de France en Anjou et le roi d’Angleterre en Aquitaine, alors que ces deux rois sont antagonistes. Il va rester sénéchal d’Aquitaine pendant trois ans. C’est un personnage très important pour son époque. Il est à la fois un diplomate, un homme politique et un juriste. C’est un homme qui voyage beaucoup. En 1314, il est en Aquitaine et c’est à cette période qu’il crée la bastide de Créon. Puis en août 1315, il est à nouveau dans les Flandres. En 1319, il assiste au baptême de Jean le Bon, futur roi de France.

En 1300, il a épousé Isabelle de Sainte-Maure, riche héritière de Touraine, qui lui donne un fils, Maurice VI, Seigneur de Sainte-Maure et de Marcillac. Isabelle meurt en 1310. En 1312, il épouse Béatrix de Roucy. Le contrat de mariage est ratifié par Philippe IV le Bel. De cette union, il a 5 fils et 3 filles. Amaury III de Craon meurt à 53 ans le 26 janvier 1333 et il est enseveli dans la chapelle des Cordeliers d’Angers, aux côtés de ses deux épouses. Il est le dernier sénéchal héréditaire de Touraine, Anjou et Maine, ayant vendu la Touraine à Charles IV le Bel en 1323, le Maine et l’Anjou à Philippe VI de Valois en 1331. Pendant sa vie, il aura vécu dans l’ombre de trois rois d’Angleterre et de six rois de France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune de Créon fait partie de l'arrondissement de Bordeaux. À la suite du découpage territorial de 2014 entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015, la commune demeure dans le canton de Créon remodelé dont elle est l'ancien chef-lieu et dont elle devient le bureau centralisateur[1],[2]. Créon fait également partie de la communauté de communes du Créonnais, membre du Pays du Cœur de l'Entre-deux-Mers.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1925 1942 Dr Marius Fauche DVD Conseiller général
1945 1959 Jean Baspeyras DVD  
1959 1977 Michel Bastiat DVG Conseiller Général
1977 1995 Roger Caumont DVG Président du syndicat intercommunal du collège de 1977 à 2001
1995 2014 Jean-Marie Darmian[3] PS Député suppléant (9e circonscription de la Gironde),
Président comité départemental du tourisme,
Conseiller général de la Gironde
2014 en cours Pierre Gachet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Créon sont appelés les Créonnais[4]. En 2012, la commune comptait 4 333 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
877 843 910 805 913 878 896 923 1 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 049 1 069 1 051 1 085 1 158 1 142 1 145 1 131 1 141
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 116 1 043 1 049 978 999 1 012 1 003 1 015 1 026
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 286 1 560 1 842 2 205 2 508 2 856 3 774 3 831 4 246
2012 - - - - - - - -
4 333 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Existant depuis 1315, entouré par ses arcades, avec en pleine saison une centaine de commerçants et de producteurs, le marché de Créon est organisé chaque mercredi matin. Située dans l'aire d'appellation entre-deux-mers (AOC), au cœur du vignoble du même nom, la commune développe une activité de tourisme vert et plus particulièrement de cyclotourisme.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

Créon est la première station vélo de France dont elle fut le projet pilote national depuis 1999 avec la création du premier point relais vélo, inauguré le 23 juillet 2003 par Bernard Hinault le long de l’ex-voie de chemin de fer reliant Latresne à Sauveterre-de-Guyenne devenue progressivement la voie verte Roger-Lapébie grâce aux investissements du conseil général de la Gironde. Plus de 50 km de voies à travers les forêts, la campagne et les vignobles de l'Entre-deux-Mers sont répertoriés au départ de Créon proposant des circuits vélo « découverte » ou « nature et patrimoine ».

La commune possède un cinéma, le Max Linder.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La bastide[modifier | modifier le code]

La bastide procède d’un plan orthogonal quadrillé, à mailles carrées ou rectangulaires, dans lequel une case vide figure la place. Ce plan est tout à fait caractéristique du système d'implantation des bastides. Dans le cas de Créon, le choix est sans doute celui de la croisée des routes de Bordeaux à Sauveterre et de Libourne à Cadillac. L’un des angles du croisement forme deux des côtés de la future place. Le terrain, piqueté à partir du centre de la future place, délimite des lots, ici des carrés dans leur majorité, coupés par des rues perpendiculaires, entourés d’un chemin de ronde avec palissades, fossés, murs et parfois quatre entrées principales avec probablement des portes. Le périmètre circulaire s’explique du fait du non remplissage des îlots dans les angles.

Comme dans toutes les bastides, on retrouve :

  • les « carreyras » : il s’agit de rues dans lesquelles deux voitures peuvent se croiser.
  • les « carreyrous » : ces venelles de 1 à 2 mètres de large permettent l’accès aux maisons par l’arrière.
  • les « andronnes » : un vide entre deux maisons de 30 à 60 centimètres qui joue le double rôle de maîtriser la propagation des incendies et de ménager une rigole conduisant les eaux tant pluviales qu’usées vers l’arrière.

La place (70 m de côté) est un carré du plan non construit, entouré de maisons qui seront agrémentées d’arcades. Les dimensions sont à peu près partout les mêmes et ne sont pas en rapport avec le nombre d’habitants. La place de Créon est bordée de quatre îlots dont trois carrés de même surface et d’un rectangle. Sur trois côtés, le couvert est la prolongation logique des rues. Autrefois, la jonction des couverts à leurs extrémités rend difficile l’accès à la place, tout le trafic (charrettes, chevaux, piétons) se fait sous le couvert. Plus tard, la circulation devenant plus importante et les moyens de locomotion plus encombrants, on démolit le couvert des maisons de chaque angle (les cornières) et on dévie la voie carrossable sur la place laissant aux piétons le passage sous le couvert.

La maison commune ouvre sur la place, à l’alignement des maisons. Elle peut être à l’étage de la halle qui est située soit au centre, soit sur un des côtés de la place. À Créon, la place carrée est bordée d’arcades sur trois côtés et possède une halle qui disparaît en 1872. La mairie est construite à l’emplacement du siège de la prévôté.

Jusqu’à la guerre de Cent Ans (1337), Créon reste démunie de fortifications. Pendant cette période, Créon est pillée et incendiée. Les dégâts sont importants. En 1351, afin de remédier à cette insuffisance, Créon obtient de faire un fossé, une palissade et quatre portes en pierre. Jusqu’à leur démolition en 1589, cela semble suffire comme fortification de la ville[7].

L'église[modifier | modifier le code]

L’église à nef unique[8], comme presque toujours dans les bastides, occupe un emplacement proche de la place. À Créon, commencée en 1316, la construction de l’église est terminée en 1320, probablement sur les bases de l’édifice actuel. Mais en raison de nombreux procès avec l’abbaye de La Sauve-Majeure, ce n’est qu’en 1342 que Créon devient une paroisse autonome. Dans les années qui suivent, on reprend la construction de l’église pour la rendre plus conforme à la stature d’une capitale de l’Entre-deux-Mers. L’édifice va être modifié au cours des siècles au gré des modes, des incendies, de l’Histoire… Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le cimetière paroissial est autour de l’église mais des inhumations se font également à l’intérieur de l’église.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Amaury III de Craon, né en 1280, sénéchal d'Aquitaine pour le roi d'Angleterre, et sénéchal de l'Anjou pour le roi de France. Il fonde la Bastide de Créon à laquelle il donne son nom.
  • Antoine Victor Bertal, né à Créon le 18 janvier 1817. Après avoir fait fortune loin de sa ville natale, il entre dans l'histoire de Créon à la lecture de son testament le 2 janvier 1895. Ce legs permit la construction d'une nouvelle mairie inaugurée le 2 septembre 1907, la construction d'un musée, et l'instauration de la fête de la Rosière. Les œuvres d'art léguées par Bertal à sa commune natale sont actuellement en dépôt au musée des Beaux Arts de Libourne.
  • Suzanne Salvet fut la première Rosière de la ville couronnée en 1907. La centième Rosière de Créon, Aurélie Camus fut couronnée en 2006.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Créon (Gironde) se blasonnent ainsi : Coticé d'argent et d'azur de dix pièces à la bordure d'or. Devise : « exigua quidem sed strenua », petite certes, mais active.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]