Années 1550

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
XVe siècle | XVIe siècle | XVIIe siècle
Années 1530 | Années 1540 | Années 1550 | Années 1560 | Années 1570
1550 | 1551 | 1552 | 1553 | 1554 | 1555 | 1556 | 1557 | 1558 | 1559

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Milieu du XVIe siècle :
    • Dans le sud de l’actuel Ghana sont établies plusieurs chefferies Ashanti dont celles des Adansi, des Denkyéra et des Akwamou (en).
    • Madagascar : au milieu du siècle, les Hova de la reine Rafohy et de sa fille Rangita occupent l’Imerimanjaka, au centre de l’île. Ils sont à l’origine du royaume Merina. Le fils de Rangita, Andriamanato, introduit l’utilisation du fer dans le royaume et étend son territoire vers le nord où il établit sa capitale à Alasora.
  • Missions de jésuites en Éthiopie jusqu’en 1633 : le père Paez, D’Almeida, le patriarche Medez recueillent de nombreuses informations qui permettent à l’Occident de mieux connaître le pays. Ils entretiennent des résidences à Frémona, près d’Adoua, puis dans le Godjam et près du lac Tana. Ils maîtrisent le guèze et la langue parlée, l’amharique, dans laquelle ils prêchent et écrivent des commentaires bibliques et théologiques ou des ouvrages de controverse accessibles au peuple. L’Église nationale réagit, et demande au négus Claude de faire brûler les nouveaux écrits. Celui-ci ne cède pas, mais professe par écrit sa fidélité à l’Église d’Alexandrie.

Amérique[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

La (en) procession du bûcher de Lewes (en), dans le Sussex, commémore de nuit le martyre de 17 protestants brûlés au pilori de 1555 à 1557.


Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

  • 1551-1552 : seconde session du Concile de Trente.
  • Progrès des religions réformées en Saintonge.
  • Plus de cent pasteurs calvinistes sont envoyés de Genève vers la France entre 1555 et 1565.
  • Le Calvinisme se répand aux Pays-Bas et dans le Nord de l'Allemagne.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • 65 millions d’habitants en Europe.
    • La France compte 19,5 millions d’habitants (frontières actuelles). Paris, Lyon, Rouen, Toulouse et Marseille dépassent 20 000 habitants. 30 000 habitants à Marseille en 1554.
    • La population anglaise passe de trois à dix millions d’habitants entre 1550 et 1815.
  • Les Indes comptent 100 millions d’habitants.
  • 1551-1556 : Les importations françaises, en valeur, abstraction faite des importations de métaux précieux, se composent pour 54,3 % de soie et de draps, pour 20,8 % d’armes, de métallurgie et de métaux, pour 8,1 % d’épices, de sucre et d’alun. La France exporte des produits à faible valeur ajoutée (grains, sel, vin, draps, toiles). La balance commerciale est excédentaire mais les échanges sont insignifiants comparés à l’énorme produit brut d’une agriculture autoconsommatrice dont vit 80 % de la population.
  • 1552-1558 : 6 000 000 de livres de taille sont levées chaque année en France. La taxe sur les clochers levée au printemps 1552 rapporte 6 900 000 livres pour financer la guerre[6]. L’armée française, forte de 40 000 hommes en 1552, compte une infanterie dominante. Les pistolets font leur apparition dans l’armement[7].
  • 1553-1602 : Début d'une série de vendanges tardives et de qualité médiocre dans le vignoble rhénan consécutives à des étés froids.
  • 1555 :
  • 1555-1559 : Afflux de métaux précieux du Nouveau Monde vers l'Espagne.
  • 1556 : Charles Quint a emprunté près de 16 milliards de maravédis durant son règne : 1/3 de 1516 à 1541, 1/3 de 1543 à 1551 et 1/3 de 1552 à 1556. 6,6 milliards viennent d’Italie (dont la moitié après 1552), 4,87 d’Allemagne, 2,2 d’Espagne, 1 de Flandre et 1,2 d’Anvers. La dette accumulée représente 10 années de rentrées fiscales. Son accroissement après 1543 et 1551 est révélateur des difficultés politiques et militaires.
  • 1557 : La couronne d’Espagne est en cessation de paiement. Effondrement du capitalisme familial allemand. Pénétration des places allemandes par les marchands italiens à partir de 1558. La balance des échanges entre Italie et Allemagne est au bénéfice du Sud.
  • 1558 :
    • Banqueroute partielle en France[8]. Henri II de France réduit le taux d’intérêt des rentes. La mesure provoque la panique sur les marchés boursiers. Faillite du Grand Parti de Lyon[9].
    • Le sultan ottoman écrit au tsar pour lui recommander des marchands turcs qui vont à Moscou acheter des pelleteries[10]. Des marchands grecs, tartares, valaques, arméniens, perses et turcs fréquentent la ville. Soldats, artillerie et blé descendent la Volga. Sel et esturgeons séchés la remontent[11].
    • Adresse au roi d’Espagne pour que les monnaies ne sortent pas du royaume, de Luis Ortiz.
    • Enquête sur la chute du change de Thomas Gresham, qui reprend la loi selon laquelle « la mauvaise monnaie chasse la bonne ».
  • 1559 :


  • La noblesse possède 22 % du sol en Suède.
  • La petite noblesse de Bohême compte 1445 familles, qui décimées par les guerres et les épidémies ne seront que 625 un siècle plus tard.
  • Un mois est nécessaire pour traverser la France du nord au sud et trois semaines et demie d’est en ouest. Les forêts couvrent encore un tiers du territoire.
  • Début de la politique de plantation (confiscation des terres au profit d’immigrants anglais ou écossais) dans le sud de l’Irlande.
  • Diminution de l’élevage des chevaux à Chypre au profit des mules et mulets.
  • Prospérité commerciale de Smyrne, à l’extrémité des routes terrestres d’Asie Mineure.
  • La flotte turque de Méditerranée, compte tenu des corsaires barbaresques, comprend 200 galères. Venise arme environ 150 galères, la plus grande flotte de Méditerranée après la turque. L’Espagne possède 50 galères, le pape 30, Andrea Doria 50, la France alliée aux Turcs, 30 à 40.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Berhanou Abebbé, Histoire de l'Éthiopie, Maisonneuve & Larose,‎ 1998 (ISBN 9782706813405, résumé)
  2. David S. Katz, The Jews in the history of England, 1485-1850, Oxford University Press,‎ 1997 (ISBN 9780198206675, résumé)
  3. Jean Costentin, Pierre Delaveau, Café, thé, chocolat : Les bienfaits pour le cerveau et pour le corps, Odile Jacob,‎ 2010 (ISBN 9782738124203, résumé)
  4. Jean Chrétien Ferdinand Hoefer, Les saisons : études de la nature, L. Hachette et Cie,‎ 1868 (résumé)
  5. Martínez de Bujanda, Marcella Richter, Index librorum prohibitorum : 1600-1966, Librairie Droz,‎ 2002 (ISBN 9782600008181, résumé)
  6. J. J. Clamageran, Histoire de l'impôt en France, vol. 2, Guillaumin,‎ 1868 (résumé)
  7. Emmanuel Le Roy Ladurie, L'État royal : De Louis XI à Henri IV (1460-1610). Histoire de France Hachette, Hachette,‎ 2004 (ISBN 9782012357303, résumé)
  8. Martin H. Körner, Solidarités financières suisses au XVIe siècle, Payot,‎ 1980 (ISBN 9782601002539, résumé)
  9. Arthur Jean Kleinclausz, Jean Déniau, Histoire de Lyon, vol. 1, Laffitte,‎ 1939 (résumé)
  10. Joseph Hammer-Purgstall, Histoire de l'Empire ottoman, vol. 10, Bellizard, Barthès, Dufour & Lowell,‎ 1836 (résumé)
  11. Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Colin,‎ 1949 (résumé)
  12. Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Colin,‎ 1982 (ISBN 9782200360078, résumé)