Salah Raïs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Salah Pacha fut beylerbey de la Régence d'Alger de 1552 à 1556.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le troisième beylerbey était originaire de la plaine de Troie, au pied du Mont Ida, et ancien soldat del'armée Ottomane d'Égypte. "Corsaire", Salah Raïs, avait longtemps été le compagnon de Khayr ad-Din Barberousse. Il l'accompagna en 1536 à Constantinople où il devint commandant de la flotte turque, puis "timonier du Sultan". Il eut, en effet, l'insigne honneur de diriger la manœuvre de la galiote impériale.

Arrivé à Alger en 1552, il va, cette année-là, mener campagne au Sahara afin de rétablir l'ordre à Touggourt et Ouargla. L'année suivante, il attaqua Majorque et en 1554, il investit le Peñon de Velez qui resta Turc jusqu'à sa prise par Philippe II d'Espagne en 1564. En 1555, il s'empara de Bougie qu'il confia à un renégat sarde Ali Sardo. Alors qu'il s'apprétait à délivrer Oran et Mers El Kébir de l'emprise espagnole avec l'aide de la flotte du Sultan, il mourut de la peste en 1556.


Mohammed Pacha est le fils de Salah Raïs.

Portrait[modifier | modifier le code]

Salah Raïs était un colosse aguerri aux plus dures batailles. Il faisait honneur à Barberousse par sa truculence verbale et son sang-froid que lui enviaient ses compagnons.

Laissant son corps s'épanouir dans des chemises de toile et de longs caleçons de mousseline, il portait un immense couvre-chef et portait des grègues en cuir d'Espagne. Il aimait s'entourer de bien-être et de confort et demeurait dans un de ces fabuleux palais d'Alger, regorgeant d'autant de richesses que ceux des conquistadors.

Pas une razzia, pas une embuscade ne sera commise sur les côtes de l'Adriatique ou de le mer Thyrrhénienne sans qu'on ne la lui attribue. Salah Pacha se montra courageux, diligent et aventureux dans la guerre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord, des origines à 1830, édition originale 1931, réédition Payot, Paris, 1994
  • Diégo de Haëdo, traduction H.D. de Grammont, Histoire des Rois d'Alger, édition originale Adolphe Jourdan - Alger 1881 - , réédition éditions Grand-Alger-Livres -Alger 2004.
  • Jean-Louis Belachemi, Nous, les frères Barberousse, corsaires et rois d'Alger, Fayard, Paris 1984