Michel Leeb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leeb.

Michel Leeb

Description de cette image, également commentée ci-après

Michel Leeb au festival du cinéma américain de Deauville 2012

Naissance 23 avril 1947 (67 ans)
Cologne, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Nationalité Drapeau de la France France
Profession humoriste, acteur, chanteur
Distinctions

Michel Leeb, né le 23 avril 1947 à Cologne (Allemagne), est un humoriste, acteur et chanteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Allemagne de Claude Leeb, d'origine allemande, ingénieur en métallurgie et d'une mère d'origine italienne, Mafalda, mannequin, hôtesse et interprète, il a une sœur cadette de deux ans, Réjane[1] (Réjane Lafont). Au divorce de ses parents, habitant en région rouennaise, il est placé en pension chez les Jésuites au Collège Saint-François-de-Sales (Évreux), puis il rejoint le collège-lycée Saint-Gabriel à Bagneux (92). C'est là que son répertoire de gags, imitations, grimaces, etc. s'est constitué pour le plus grand bonheur de ses camarades. Il fit là, sous la conduite de son professeur de français Pierre Gillet qui avait su déceler ses talents, ses premiers pas dans la scénographie. En effet, il joua à l'église Sainte-Monique de Bagneux et à l'église de Sceaux (92) la première d'une Passion du Christ écrite par celui-ci dans le sillage de Paul Claudel. À cette époque, il jouait quotidiennement au basket-ball toujours sous la direction de Pierre Gillet.Amoureux des Harlem globes Trotters il a su enrichir le jeu de l'équipe cadet de St Gabriel la dream team composée de Desprez,Thoz, Fleitour, Solignac et Michel Leeb qui devint cette année là championne d'île de France UGSEL Il fit également un camp de montagne à Tré-Le-Champ, petit hameau touristique à quelques kilomètres au nord d'Argentière (route des Montets vers Vallorcine) dans la haute vallée de Chamonix, ainsi qu'un camp liturgique à Saligney dans le Jura encore une fois sous la direction de Pierre Gillet qui en était originaire. Des anecdotes concernant cette période de sa vie sont reportées dans son ouvrage La Valise en croco. Puis il entame une maîtrise de philosophie à la Sorbonne, matière qu'il enseigne en 1970 pendant un an et demi à Bourg-la-Reine avant de se lancer définitivement dans une carrière d'humoriste. Cette expérience de professeur lui a permis de pratiquer davantage ses talents d'imitateur, en prenant divers accents étrangers pendant les cours, selon la provenance du philosophe étudié.

Carrière[modifier | modifier le code]

Humoriste[modifier | modifier le code]

Michel Leeb au festival de Cannes 1994.

Michel Leeb est connu du grand public pour ses imitations. Ses caricatures de personnages « types », comme « le Chinois », « le Suisse », « l'Africain » ainsi que de personnalités aussi variées que Jean Gabin, Édouard Balladur ou Julio Iglesias lui valent sa renommée dès le début des années 1980.

Toutefois sa carrière a démarré dès les années 1970, après son professorat de philosophie, avec sa remarquable imitation de Jerry Lewis, "la machine à écrire". Cela lui valut d'avoir la visite de celui-ci dans un restaurant dans lequel il se produisait, pour son plus grand bonheur ! A la suite de quoi Charles Aznavour le contacte pour lancer sa carrière. Néanmoins, sa toute première "apparition" à la télévision fut décevante pour lui: il était programmé par Guy Lux entre Johnny Halliday et Michel Sardou, mais il fut oublié ! Guy Lux, reconnaissant son erreur, lui a proposé une programmation la semaine suivante.

On le retrouve également dans un spot publicitaire fort remarqué pour une marque d'insecticide de Bayer AG, le Baygon jaune pour les insectes qui font bzzz-bzzz, le Baygon vert pour ceux qui font crrr-crrr.

En 1984, Michel Leeb effectue une première prestation à l'Olympia, où le succès remporté lui permet de revenir six mois plus tard sur la même scène pour les fêtes de fin d'année. Sa popularité se confirme en 1985 par son émission trimestrielle "Certain Leeb Show" qui bat cette même année les records d’audience du samedi soir sur Antenne 2. En 1994, il reçoit le Grand Prix de l'Humour 94 décerné par la SACEM pour un spectacle solo qui sera vu par plus de cent mille spectateurs au Casino de Paris du 29 septembre au 1er janvier 1995[2].

À partir de 1995, sa carrière d'humoriste s'exporte à l'international, surtout après sa prestation au spectacle donné à l'ONU à l'occasion du cinquantième anniversaire de cette institution. En 2000, il se produit de nouveau à l'Olympia dans un nouveau spectacle où se mêlent imitations, sketchs, bruitages et interprétations musicales, ce spectacle est prolongé par des représentations au Casino de Paris, puis par une tournée à travers la France jusqu'en 2001.

Certains de ses sketchs sont dénoncés — en premier lieu par d'autres humoristes — comme véhiculant (de manière volontaire ou non) des clichés racistes. De nombreux artistes, journalistes ou universitaires reprocheront à Michel Leeb d'associer l'image de l'Africain avec celle du singe[3],[4],[5]. Ainsi, les années 2000 donnent lieu à une forte mobilisation identitaire de la communauté noire française, ce qui fait que ses sketches sont régulièrement cités comme mauvais exemples par les collectifs militants. Dans un ouvrage intitulé Noirs de France, Rama Yade écrit :

« En jouant avec l’inconscient collectif de son public, Michel Leeb, grimé en noir et les lèvres rougies, a construit toute sa carrière d’humoriste sur ces clichés, notamment le supposé accent africain présenté comme la manifestation d’un handicap intellectuel, sans que, pendant longtemps, personne ne s’en étonne. On entend quelquefois dire que ces sketches ne sont pas racistes et que, décidément, on ne peut plus rire de rien. Pour savoir si les sketches de Michel Leeb sont drôles ou racistes, il suffirait d’imaginer, un instant, que son public soit entièrement noir…[6] »

Acteur[modifier | modifier le code]

Autographe de Michel Leeb.

Après avoir racheté les droits d'auteur de Madame Doubtfire[7], son adaptation théâtrale - dirigée par Albert Algoud - lui permet d'incarner un mari divorcé qui se voit obligé de se travestir en gouvernante afin de continuer à voir ses enfants. Cette adaptation sur la scène du Théâtre de Paris sera acclamée par le public. La sortie VHS de Madame Doubtfire (théâtre) en août 2004 sera en revanche relativement discrète. Il fut également à l'affiche de Douze Hommes en colère de Reginald Rose

Chanteur[modifier | modifier le code]

Il s'est aussi illustré en tant que chanteur avec le Count Basie Orchestra. Il poursuit son aventure dans le monde du jazz en se produisant avec le Big Band Brass dirigé par Dominique Rieux.

Chef d'orchestre[modifier | modifier le code]

Gaucher, il dirige un orchestre de la main gauche, ce qu'il affirme être le seul au monde à faire[8] - affirmation bien sûr erronée comme le montre l'exemple de Raphaël Pichon[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le 17 juin 2000, Michel Leeb épouse sa compagne Béatrice avec laquelle il vit depuis déjà vingt ans. Ils ont trois enfants : Fanny (née en 1986) compositeur et interprète (elle participe brièvement à la saison 2 de The Voice), Elsa (née en 1988) et Tom (né le 21 mars 1989) comédien d'abord à New York[1], puis dans la série française Sous le soleil de Saint-Tropez[10] et dans le film Avis de mistral (sortie 2014).

Il a été promu Chevalier de la Légion d'honneur le 1er janvier 2009[11].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur et scénariste[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

One man show[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Olympia
  • 2004 : Qu'est-ce que sexe ?
  • 2006 : Tout ce que j'aime
  • 2010 : Hilarmonic show

Discographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1984 : La Valise en croco
  • 1992 : Le meilleur de l'humour français
  • 1996 : Je ris de me voir si Leeb en ce miroir
  • 1999 : Histoires de rire
  • 2001 : Anthologie des fables de La Fontaine (choisies et lues par Michel Leeb, livre + CD)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel et Réjane Leeb, émission C'est de famille sur Europe 1, 8 août 2011
  2. Théâtre On Line : Michel Leeb
  3. Construction sociale et stigmatisation de la "femme noire": imaginaires coloniaux et sélection matrimoniale, Yann Le Bihan, L'Harmattan, 2007, p. 64
  4. L'immigration et l'opinion en France sous la Ve République, Yvan Gastaut, Seuil, 2000, p. 105
  5. Nouvelles études francophones, Conseil international d'études francophones, Volume 23, 2008, p. 202, p.
  6. Rama Yade et la question des minorités par Denis Dambré sur mediapart.fr
  7. comédie de Chris Columbus (1993)
  8. Radio Classique, 9 septembre 2010, 14h36.
  9. http://www.telerama.fr/musique/rapha-l-pichon-sacr-chef-d-orchestre,93192.php Raphaël Pichon : sacré chef d’orchestre !] sur telerama.fr
  10. Tom Leeb joue Tom Devos dans Sous le Soleil de St Tropez Nouveautes-Actu.com
  11. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/01/01/01011-20090101FILWWW00213-la-legion-d-honneur-du-nouvel-an.php La Légion d'honneur du Nouvel An, Le Figaro, 1er janvier 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :