Le Vrai Journal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Vrai Journal
Illustration.
Genre Magazine
Périodicité Hebdomadaire
Présentation Karl Zéro
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 10
Production
Durée 50 minutes
Production Michel Malaussena
Karl Zéro
Diffusion
Diffusion Canal+
Date de première diffusion septembre 1996
Date de dernière diffusion juin 2006
Statut Arrêtée
Public conseillé À partir de 12 ans
Chronologie
Précédent Télés Dimanche Dimanche+ Suivant

Le Vrai Journal fut une émission de télévision présentée par Karl Zéro et produite par Michel Malaussena et Karl Zero sur Canal+ en clair le dimanche de 12h40 à 13h30. C'était un journal qui avait pour ambition de révéler ce que les autres journaux télévisés français passent sous silence. Il mélange reportages journalistiques classiques[1], réalisés le plus souvent par l'agence CAPA, et sketches réalisés avec trucage, auxquels participe souvent Daisy d'Errata, la femme de Karl Zéro. L'émission comprend aussi un entretien avec une personnalité que Karl Zéro cherche à tutoyer.

Controverses[modifier | modifier le code]

En juin 2003, avec l'accord de sa chaîne, il relaie sans vérification les accusations du tueur en série Patrice Alègre et de deux anciennes prostituées, qui affirment que différents notables de Toulouse, dont l'ancien maire et président du CSA Dominique Baudis, seraient mêlés à un réseau sado-masochiste, qui aurait couvert des viols, des tortures et des meurtres. Patrice Alègre et les ex-prostituées reviennent ensuite sur ces accusations, et la justice a depuis innocenté les personnalités mises en cause[2]. Il apparaît également que Karl Zéro a versé 15 000 euros à l'une des ex-prostituées pour obtenir son interview[3]. Ces manquements à la déontologie journalistique sont largement commentés, et Dominique Baudis souligne son rôle, ainsi que celui de Canal +, dans Face à la calomnie, son livre paru à propos de cette affaire. Toutes les poursuites judiciaires contre l'animateur se sont soldées par des non-lieux [réf. nécessaire].

D'autres reportages ont entraîné des polémiques en 1999 et 2000 comme celui sur la prétendue acquisition d'une « bombe sale » en Bulgarie, la couverture du saccage du McDonald's de Millau ou la série de reportages sur le McDonald's de Quevert avec la détention du journaliste Victor Robert par la police antiterroriste.

Fin de l'émission[modifier | modifier le code]

Débutée en 1997, l'émission est arrêtée à l'été 2006, à la suite du licenciement de Karl Zéro par Canal+. Son audience en dix saisons ne s'est jamais démentie : 10 % de part de marché, 3 points d'audience, soit 1,5 million de téléspectateurs chaque dimanche. Il est devenu le référent de tous les politiques qui veulent « parler aux jeunes ». Canal+ dit avoir subi de nombreuses pressions du monde politique afin de revenir sur sa décision d'arrêter Le Vrai Journal. Libération croyait en particulier pouvoir citer Laurent Fabius, Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn[4]. Les spectateurs eux aussi ont cherché à soutenir l'émission, entre autres par une pétition[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'émission est baptisée « vrai » journal par opposition au Zérorama, le journal parodique animé auparavant par Karl Zéro dans l'émission Nulle part ailleurs
  2. France - Alègre - Volet "viols et proxénétisme" - non-lieu confirmé ; Dépêche AFP du 11 juillet 2005, reprise sur le site libertzone.org article en ligne
  3. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « Canal +: fini le numéro Zéro », Libération, 14 mars 2006
  4. Karl Zéro a confirmé dans l'émission Arrêt sur images avoir reçu le soutien de Laurent Fabius et de Nicolas Sarkozy.
  5. Pétition : Sauvons le Vrai Journal

Voir aussi[modifier | modifier le code]