Parlement tibétain en exil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique au Tibet
Image illustrative de l'article Parlement tibétain en exil

Le Parlement tibétain en exil, précédemment appelé l'Assemblée des députés du peuple tibétain, est l'organe législatif de l'Administration centrale tibétaine et comprend entre 43 et 46 membres élus formant le Parlement tibétain.

  • 10 députés pour chacune des 3 provinces traditionnelles du Tibet historique : le Kham, le Ü-Tsang et l’Amdo,
  • 2 députés pour chacune des 4 écoles principales du bouddhisme tibétain ainsi que la tradition Bön
  • 2 députés représentent la diaspora tibétaine en Europe ;
  • 1 député représente la diaspora tibétaine en Amérique du Nord
  • 1 à 3 députés nommés par le Dalaï Lama représentent la culture, les sciences ou le travail d'intérêt général.

La première élection du Parlement tibétain en exil de l’histoire du Tibet s’est déroulée le 2 septembre 1960. La communauté tibétaine célèbre cette journée comme le jour de la démocratie[1].


En 1991, Samdhong Rinpoché, qui devint par la suite Premier ministre tibétain, fut nommé membre du Parlement tibétain en exil par le Dalaï Lama, et il en fut élu président. Entre 1996 et 2001, il fut l'un des membres élus du Parlement tibétain représentant les Tibétains exilés du Kham.

Portail d'entrée de Gangchen Kyishong, Dharamsala

L’assemblée est présidée par un président et un vice-président élus tous les 5 ans par les députés en leur sein. Les sessions de l’assemblée se tiennent tous les 6 mois. Cependant le Dalaï Lama peut convoquer l’assemblée en cas d’urgence d’un niveau national. Lorsque l’assemblée ne siège pas, un comité de 12 membres gère les affaires courantes, constitué de deux membres par province, un membre par école bouddhiste et un nommé par le Dalaï Lama.

Pour rester en liaison constante avec la population en exil, des assemblées locales ont été instituées dans chaque communauté de plus de 160 personnes. Ces assemblées locales sont l’exact réplique du parlement tibétain. Enfin, c’est le parlement qui est habilité à élire le Cabinet tibétain, le Kashag, ou Conseil des ministres.

Charte des Tibétains en exil[modifier | modifier le code]

La Charte des Tibétains en exil a été adoptée par le Parlement tibétain en exil le 14 juin 1991.

Députés tibétains[modifier | modifier le code]

Entrée du Parlement tibétain en exil

Liste des Parlementaires tibétains[modifier | modifier le code]

Nombre (et position) Membre Corps électoral ou tradition
1 Président Penpa Tsering Do-mey
2 Vice-Président Lopon Khenpo Sonam Tenphel Tradition Nyingmapa
3 Bhutuk Gyari ""
4 Karma Chophel Tradition Kagyupa
5 Tenpa Yarphel ""
6 Norbu Tsering Tradition Sakyapa
7 Choedak Gyatso ""
8 Rongpo Lobsang Nyendak Tradition Gelugpa
9 Atruk Tseten ""
10 Geshe Monlam Tharchin Tradition Bönpo
11 Geshe Namdak Tsukphue ""
12 Acharya Yeshi Phuntsok Ü-Tsang
13 Pema Jungney ""
14 Sharling Tenzin Dadon ""
15 Geshe Kelsang Dadul ""
16 Karma Yeshi ""
17 Dawa Tsering ""
18 Dolma Tsering ""
19 Bhumo Tsering ""
20 Bawa Kelsang Gyaltsen Do-Toe
21 Serta Tsultrim ""
22 Juchen Kunchok Choedon ""
23 Jamyang Soepa ""
24 Youdon Ukartsang ""
25 Choekyong Wangchuk ""
26 Yangchen Dolkar ""
27 Tsultrim Tenzin ""
28 Geshe Yungdrung Gyaltsen ""
29 Ghang Lhamo ""
30 Thupten Lungrig Amdo (Do-Mey)
31 Dawa Tsering Gyalrong ""
32 Dolma Tsomo Phelgye ""
33 Dolkar Lhamo Kirti ""
34 Sonam Gyaltsen ""
35 Dolkar Kyab ""
36 Yeshi Dolma ""
37 Mogru Tenpa ""
38 Gyarig Thar ""
39 Thubten Wangchen Europe
40 Chungdak Koren (remplacée par Wangpo Tethong le 6 mai 2014[2]) ""
41 Dicki Chhoyang (remplacée par Tashi Namgyal Khamsitsang en septembre 2011) Amerique du nord
42 Norbu Tsering Canada

Liste des Présidents[modifier | modifier le code]

La liste des Présidents des différentes assemblées tibétaines peut-être trouvée dans un document du Tibetan Parlimentary & Policy Research Centre[3].

Recommandation pour un statut d'observateur à l'Union interparlementaire[modifier | modifier le code]

En 2008, le Groupe d'information internationale sur le Tibet du Sénat recommanda que le Parlement tibétain en exil obtienne un statut d'observateur à l'Union interparlementaire[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Democracy Day: Exile Government asks Tibetans to give more importance to “duties than rights”
  2. (en) Phuntsok Yangchen, Wangpo Tethong sworn in as Tibetan MP from Europe, Phayul.com 6 mai 2014
  3. (en) Tibet's Parliament in Exile – Fourth Edition Published 2009, Tpprc.org
  4. Groupe d'information internationale sur le Tibet, Urgence au Tibet : le groupe d'information du Sénat fait ses propositions, Sénat, 26 mars 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]