Hôpital Delek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôpital Delek
Image illustrative de l'article Hôpital Delek
Panneau de l'Hôpital Delek
Présentation
Coordonnées 32° 13′ 19″ N 76° 19′ 02″ E / 32.222, 76.3172 ()32° 13′ 19″ Nord 76° 19′ 02″ Est / 32.222, 76.3172 ()  
Pays Drapeau de l'Inde Inde
Ville Dharamsala
Adresse Gangchen Kyishong
176215 Dharamsala
Fondation 1971
Site web www.delekhospital.org/
Services
Nombre de lits 45
Spécialité(s) Médecine interne
Géolocalisation sur la carte : Inde

L'hôpital Delek (Tibetan Delek Hospital) est un hôpital tibétain fondé en 1971 et situé à Dharamsala en Inde du nord. Il dessert les réfugiés tibétains, communauté indienne et occidentale de la région, incluant les touristes du monde entier[1]. Il pratique l'aide sociale, et utilise principalement la médecine occidentale allopathique[2]. L'hôpital Delek est géré par le ministère de la santé du gouvernement tibétain en exil[3]. Le Docteur Tsetan Dorji Sadutshang en est le directeur[4].

En octobre 2013, le Tibetan Tuberculosis Control Program, un programme de soin pour des patients tibétains en exil et indiens dirigé par le Tsetan Sadutshang, a été sélectionné pour recevoir le prix Kochon, attribué à des contributions majeures dans la lutte contre le tuberculose. Cependant, le programme n’a pas reçu le prix, car il n'a pas été approuvé par le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, Margaret Chan, en raison des liens du Programme avec l'Administration centrale tibétaine (ACT) qui n’est pas reconnue par les Nations Unies. La Chine a également critiqué le lauréat, qualifiant le programme médical tibétain d’organisation politique[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôpital Delek a été construit grâce à des donations et permet de dispenser des soins à un faible coût pour les patients, tout en prenant en charge les patients à faible revenu.

Il a été fondé en 1971 par le dalaï-lama pour offrir les soins médicaux allopathiques aux réfugiés tibétains et à la communauté indienne vivant à Dharamsala, une ville de l'Inde du nord.

Le dalaï-lama est un donateur du Tibetan Delek Hospital, dont il approuve les activités, mais ne les contrôlent pas[5].

En juin 2008, l'hôpital Delek débutait un programme visant à améliorer le contrôle de la tuberculose dans la diaspora tibétaine, soutenu par l'Université Johns-Hopkins avec la participation des Drs Zorba Paster et Richard Chaissonet[7], et l'Associazione Italiana per la Solidarietà fra i Popoli (AISPO)[8].

Le Rotary Club of Sunshine, basé en Australie, participe au financement du programme de contrôle de la tuberculose pour les réfugiés tibétains[9].

Le programme médical est enregistré en tant qu'organisation caritative en Inde. Il n'est pas subventionné par l'ACT, son budget annuel de 200 000 $, provient de dons d'ONG et de donateurs privés[5].

Les médicaments proviennent du Programme national de lutte contre la tuberculose de l'Inde Revised National Tuberculosis Control Program[5].

Le programme a déterminé qu'en 210, le taux de tuberculose de la population tibétaine en Inde était de 461 pour 100 000 en 2010, l’un des plus forts taux de tuberculose au monde. Dans la population indienne il est estimé par l’OMS à 176 pour 100 000. Les Tibétains étaient initialement rarement porteur de la tuberculose, mais parmi les dizaines de milliers en exil en Inde, au Népal, la maladie se transmet plus facilement. La forme résistante aux traitements est de plus en plus fréquente. Selon le Dr Kunchok Dorjee, qui a dirigé le programme et en est à présent conseiller, le programme permet de traiter actuellement près de 300 personnes. L'incidence est de 200 nouveaux cas par an, dont 14 % sont résistants aux traitements, nécessitant des traitement coûteux[5].

Situation[modifier | modifier le code]

Il se situe entre Dharamsala et McLeod Ganj, à proximité de l’institut de médecine tibétaine traditionnelle, propice à des collaborations entre ces médecines différentes.

Organisation[modifier | modifier le code]

L'hôpital comprend :

  • 45 lits dans 3 services, dont un pour les patients tuberculeux.
  • une maison pour les personnes âgées
  • une salle d’accouchement
  • un laboratoire d'analyse biologique
  • une pharmacie
  • équipement : une salle d’endoscopie, une radiographie, un appareil d’échographie (un radiologiste est présent 2 jours de la semaine)
  • une salle de chirurgie utilisant les services des chirurgiens bénévoles quelques semaines dans l’année.

Le personnel de l’hôpital, composé de Tibétains parlant tibétain, hindi et anglais, comprend :

  • 4 médecins permanents
  • un biologiste
  • un pharmacien
  • 2 dentistes
  • des infirmières
  • des administrateurs
  • des cuisiniers pour les patients

L'hôpital est pourvu d'une salle de conférence pour les réunions du personnel de l’hôpital et des conférences (ministres tibétains, philosophie bouddhiste, médecine traditionnelle)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Oren Family, Volunteering in India, IsraAid
  2. Bertrand Odelys, Dharamsala, Chroniques tibétaines, Albin Michel, 2003, (ISBN 2226142592 et 9782226142597), p 140
  3. Oorganisation de l’Administration Tibétaine en exil, 18 avril 2007
  4. Tsetan Dorji Sadutshang
  5. a, b, c, d et e Betsy McKay, TB Prize Selection Gets Caught in Politics, Wall Street Journal, 26 novembre 2013
  6. (en) Richard Finney, Tibetan Groups Petition WHO for Hospital Award Radio Free Asia, 2013-12-30
  7. Delek Hospital details Plan to Combat TB in the Tibetan Community
  8. Health Department holds conference to control TB in Tibetan community, 11 October 2010
  9. The Rotarian sept. 2005, p 26 « […] the Rotary Club of Sunshine, Australia, funds a tuberculosis control program for Tibetan refugees at Delek Hospital in Dharamsala, India. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :