Éclaireuses éclaireurs de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir EDF (homonymie).

Éclaireuses Éclaireurs de France

Logo de l’association
Cadre
But Scoutisme
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1911
Identité
Siège Noisy-le-Grand
Affiliation internationale OMMS et AMGE
Méthode Scoutisme laïque co-éduqué
Membres env. 17 000
Site web www.eedf.asso.fr

Les Éclaireuses Éclaireurs de France (EEDF) est un mouvement de scoutisme crée en 1911 sur une conception initialement neutre et actuellement laïque du scoutisme. L'association est affiliée à la fédération du scoutisme français. C'est la plus ancienne des associations de scoutisme de France avec les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France.

Elle appartient à trois fédérations de scoutisme : l'organisation mondiale du mouvement scout (OMMS), l'Association mondiale des Guides et Éclaireuses (AMGE) et la fédération du scoutisme français. L'association loi 1901 est reconnue d'utilité publique. Elle compte d'après ses indications 17 000 membres dont 2 492 éclaireurs et 2 380 louveteaux (source : chiffres donnés au conseil national d'octobre 2011[1]).

Elle bénéficie d'un statut de complémentarité avec l'école publique et ainsi que de l'agrément du ministère de l'Éducation nationale. Les EEDF disposent aussi des agréments tourisme, jeunesse éducation populaire et vacances adaptées (accueil personnes handicapées). Le mouvement organise également de nombreuses colonies de vacances à destination de tous publics, en plus des camps de scoutisme.

L'association est présidée par Yannick Daniel.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1910 : Nicolas Benoît, alors jeune officier de marine, rencontre Baden-Powell.
  •  : Première assemblée générale. L'association des Éclaireurs de France (EDF) est fondée. Sa devise : « Tout droit », son emblème : un arc tendu.
  • 1914 : Beaucoup de chefs EDF sont mobilisés. Les premières sections d'éclaireuses sont créées...
  • 1921 : Les premières meutes de louveteaux démarrent. Création de la Fédération française des éclaireuses (FFE).
  • 1926 : Création des Routiers (aujourd'hui les Aînés).
  • 1936 : Le Front populaire. Les EDF participent à la création des Centre d'entraînement aux méthodes d'éducation active (CEMEA).
  • 1939 : Apogée du mouvement. C'est la guerre, le mouvement s'organise pour « servir » : secourisme, ravitaillement, accueil des familles « évacuées ».
  • 1940 : Beaucoup de chefs ou routiers EDF vont entrer dans la Résistance et la clandestinité.
  • 1947 : Le Jamboree de la paix a lieu à Moisson en France.
  • 1948 : 50 000 éclaireurs.
  • 1961 : L'année du Cinquantenaire. Le rassemblement de Clermont-Ferrand réunit 6 000 éclaireurs et éclaireuses, 2 000 louveteaux, des centaines de routiers et de responsables.
  • 1964 : La FFE (Fédération française des éclaireuses), les EDF et les Éclaireurs Français (fondés aussi en 1911 par Pierre de Coubertin) se regroupent dans un même mouvement : les Éclaireuses éclaireurs de France (EEDF). La revue Tout Droit devient l'Équipée et un nouvel emblème est dessiné à partir des deux premiers (le trèfle pour la FFE et l'arc pour les EDF).
  • 1965 : Premier camp de vacances adapté à l'attention des personnes handicapées mentales.
  • 1968 : Le grand remue-méninges de 1968 fait apparaître les différences sur « être EEDF » : contestation, expériences nouvelles, engagement du Mouvement contre le racisme ou pour la défense de l'environnement.
  • 1971 : Cantobre ; 600 jeunes à ce grand rassemblement organisé par l'équipe Nationale "Route".
  • 1974 : Les assises d'Avignon. 2 000 participants. L'avenir du Mouvement est redéfini.
  • 1976 : Top 76. 3 000 louveteaux, éclaireuses, éclaireurs, aînés se retrouvent à SAOU dans la Drôme pour un grand festival "Initiatives".
  • 1981 : Bécours ; informatique, radio, activités scientifiques, écologie, chantier, expression-création. La rencontre de Bécours, vécue par 3 000 garçons et filles, a ouvert les nouveaux chemins de l'aventure EEDF.
  • 1985 : Mâcon, 3 jours pour l'avenir. Pour 2 000 responsables et aînés : « Les Z'Éclés c'est le pied ! ».
  • 1989 : Navigator, grand jeu d'année toutes branches ; Message aux enfants du Monde. 6 000 Eclés à la Courneuve.
  • 1990 : 1er Cap'Eclé. 600 CE et responsables réunis 3 jours à la Couturanderie.
  • 1991 : 80e anniversaire de l'Association. 1er BAT'A CLAN des aînés à Bécours.
  • 1992 : Récompensée du Prix Ig Nobel d'archéologie (parodie du prix Nobel) après qu'un groupe local ait effacé des peintures rupestres âgées de plus de 15 000 ans de la grotte de Mayrière supérieure, près du village de Bruniquel.
  • 1996 : L'opération nationale Mosaïque couleurs est lancé dans le hameau de Bécours. Cette opération réunira aussi des « Éclés » de toute la France le temps d'un week-end à l'Assemblée nationale à Paris le 7 et 8 mars 1998.
  • 1998 : Lancement du plan Agir pour Grandir, plan d'action de l'Association pour 4 ans de 1998 à 2002.
  • 2000 : Du 27 juillet au 3 août a lieu le grand rassemblement international Bécours 2000, camp mondial de la Solidarité.
  • 2007 : Centenaire du scoutisme mondial - Caravane de la Paix.
  • 2007 : Lancement de l'opération Dimbali (à l'aide en langue wolof), sur le thème de l'environnement et du développement durable. Rassemblement de 3 000 enfants et jeunes à La Courneuve et Paris pour valoriser 500 projets écocitoyens - Création des Zécolocamps - Dimbali
  • 2011 : Centenaire du mouvement[2]. Quatre rassemblements nationaux sont organisés du 11 au 13 juin à Carcassonne, Metz[3], Lille et Nantes.

Valeurs fondamentales[modifier | modifier le code]

Les Eclés tentent dans leur scoutisme comme dans leur quotidien de faire vivre et de respecter cinq valeurs fondamentales réunies dans la Règle d'Or.

  • Laïcité : affirmer le respect fondamental de l'homme dans sa diversité, lutter contre toutes formes de discrimination et d'intolérance.
  • Coéducation : s'éduquer réciproquement, éduquer en commun des filles et des garçons.
  • Démocratie : faire le choix de relations égalitaires, permettre à chacun avec ses droits et ses devoirs de participer à l'élaboration de projets communs et de prendre des responsabilités.
  • Ouverture et solidarité : être ouvert au monde et à l'autre, développer un état d'esprit, d'échange, de partage, d'écoute, de construction commune.
  • Engagement pour l'environnement : apprendre à connaître et comprendre le monde, agir pour protéger et faire respecter équilibre et harmonie : l'écocitoyenneté.

Pédagogie[modifier | modifier le code]

Les Éclaireuses éclaireurs de France s’inspirent des principes et méthodes du scoutisme pour les adapter à chaque tranche d’âges dans un souci de continuité.

Cette pédagogie privilégie la vie en pleine nature, l’éducation par l’action et le jeu, la vie en petites équipes où chacun prend des responsabilités, une pratique quotidienne de la citoyenneté à travers les « Conseils » et la règle de vie, l’apprentissage de l’engagement et une démarche de progression.

Au fil de l’année ou lors du camp d'été, les enfants et les jeunes découvrent, agissent et vivent des aventures adaptées à leur âge.

Le mouvement est organisé en cinq tranches d'âges appelées « branches » :

  1. Les lutins et lutines : 6-8 ans
  2. Les louveteaux et louvettes : 8-11 ans[4]
  3. Les éclaireuses et éclaireurs : 11-15 ans
  4. Les aînés et aînées : 15-18 ans[5]

Au-delà de ces propositions, les jeunes peuvent choisir :

  1. Les "Jaé"[6] : 18-25 ans[7]
  2. Les responsables d'animation : à partir de 17 ans

Les EEDF sont membres fondateurs de l'Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (Anacej).

Actuellement (2010) l'association entend redéfinir l'orientation et le contenu de son programme notamment dans son lien avec le scoutisme.

Parmi les anciens « éclés »[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tableau d'effectif donné au conseil national d'octobre 2011[1]
  2. Site du centenaire
  3. Metz
  4. La proposition de cette tranche d'âge concerne les années de l'école primaire (CE2, CM1, CM2) et se terminent en même temps que la transition primaire/collège. Voir "l'Aventure louveteaux", les Dossiers de l'Animation n°35", 2006, p. 3
  5. La proposition de cette tranche d'âge s'arrête désormais à 18 ans et permet entre autres de s'affranchir des difficultés juridiques à la cohabitation majeurs/mineurs. Voir "l'Aventure aînés", les Dossiers de l'Animation n°40", 2008, p. 14
  6. Le terme de Jaé pour "Jeune Adulte Éclaireur" est actuellement en discussion. Certains groupes, en l'absence de proposition officielle, utilisent jusqu'à maintenant celui de "Routiers" en référence à la "Route" qui est l'ancien nom du Clan d'Aînés.
  7. Voir "l'Aventure aînés", les Dossiers de l'Animation n°40", 2008, p. 34. La proposition s'est (re)développée depuis le début des années 2000 (voir "Routes Nouvelles" n°199 de juin 2003).

Liens externes[modifier | modifier le code]