Women Artists: 1550-1950

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Women Artists: 1550-1950
L'exposition Women Artists: 1550-1950, au Brooklyn Museum, à New York, en 1977.
L'exposition Women Artists: 1550-1950, au Brooklyn Museum, à New York, en 1977.
Type Exposition temporaire
Pays États-Unis
Localisation musée d'Art du comté de Los Angeles
Commissaire Linda Nochlin et Ann Sutherland Harris
Date d'ouverture 21 décembre 1976
Date de clôture mars 1977
Organisateur(s) musée d'Art contemporain de Los Angeles
Site web musée d'Art contemporain de Los Angeles

Women Artists: 1550-1950 (en français « Femmes artistes 1550-1950 ») est une exposition artistique consacrée aux femmes artistes, présentée initialement au musée d'Art du comté de Los Angeles du au . L'évènement, d'ampleur internationale, est organisé par les historiennes de l'art Linda Nochlin et Ann Sutherland Harris[1].

Genèse de l'exposition[modifier | modifier le code]

Dans un article pour le New York Times de septembre 1977, Grace Glueck relate que la communauté activiste de femmes artistes de Los Angeles avait demandé au musée de Los Angeles de présenter dans ses collections et expositions une moitié d’œuvres faites par des femmes : le musée avait alors proposé une exposition historique dédiée à une unique artiste femme[2]. Il y avait eu un accord entre les parties sur le nom d'Artemisia Gentileschi[2]. Peu après, lors d'un symposium sur Le Caravage au Musée d'art de Cleveland, la rencontre d'un membre du musée de Los Angeles avec des collègues, dont Ann Sutherland Harris, aboutit à une proposition de cette dernière : que le musée subventionne une recherche historique sur les femmes artistes[2]. La proposition est acceptée et Harris recrute peu après Linda Nochlin[2]. La recherche est effectuée par les deux historiennes de l'art dans des musées, bibliothèques et collections privées, durant cinq ans[2].

La Française Françoise Collin indique en 1977 que l'idée de l'exposition remonte à 1971, lorsque des femmes avaient fait remarquer l'absence d’œuvres de femmes au sein de l'exposition « Le Caravage et ses successeurs » et revendiqué leur présence dans des expositions, citant notamment l'artiste Artemisia Gentileschi[3] — une élève du Caravage considérée comme la première femme de l'histoire de l'art occidental à avoir significativement contribué à celui-ci[2].

Propos et organisation[modifier | modifier le code]

Évènement international, l'exposition met en lumière le travail de 83 grandes artistes femmes, de 12 pays — d'Europe et d'Amérique —, sur quatre siècles[4]. L'exposition est considérée comme la première exposition internationale d’œuvres d'artistes femmes[4],[3],[5],[2] et compte environ 150 peintures, ainsi que des dessins et quelques impressions[4]. L'objectif principal est, selon les curatrices, de faire mieux connaître le travail de ces artistes, souvent en partie oublié ou masqué en lien avec le sexe ou le genre de leur auteures[4],[2], et de questionner l'évolution de la place des femmes artistes au fil des siècles concernés, dans les arts et dans la culture[4],[2]. Ann Sutherland Harris souligne notamment que l'exposition est là pour prouver que les femmes ont toujours eu un grand potentiel au sein des arts visuels et qu'elles ont pu avoir davantage de contributions au domaine artistique lorsque les limitations à leur formation ou à leur carrière ont été moindres ; de plus, il n'y a pas de distinction marquée entre les travaux de femmes ou d'hommes en termes de style, sujet, ou technique[4]. La sculpture, les arts graphiques et la photographie n'ont pas été pris en compte afin d'éviter une certaine « lourdeur »[2].

L'organisateur est le musée d'Art du comté de Los Angeles, avec des subventions de la Fondation Alcoa et de la National Endowment for the Arts[4]. Les deux curatrices sont Ann Sutherland Harris, pour la période 1550-1800, et Linda Nochlin, pour la période 1800-1950[4].

Une partie des artistes était déjà connue des potentiels visiteurs, telles Rosa Bonheur, Mary Cassatt ou Georgia O'Keeffe[4].

Artistes[modifier | modifier le code]

L'exposition présentait 83 artistes issues de douze pays différents, parmi lesquelles[6],[7] :

Itinérance[modifier | modifier le code]

L'exposition est d'abord présentée au musée d'Art du comté de Los Angeles[3] du au [4]. Elle voyage ensuite au musée d'Art Blanton, à Austin, au Texas (du au [4]), puis au Carnegie Museum of Art à Pittsburgh, Pennsylvanie (du au [4]), et enfin au Brooklyn Museum à New York[8],[3],[4]. Durant la tenue de l'exposition dans ce dernier musée, plusieurs évènements annexes ont lieu (lectures, films, concerts), ainsi qu'un symposium intitulé « Women Artists as Feminists: 1550-1950 » (Femmes artistes en tant que féministes : 1550-1950), ayant pour participants Ann Sutherland Harris, Linda Nochlin et Peter Walch[4].

Réception[modifier | modifier le code]

L'exposition devient rapidement un événement important dans l'histoire de l'art[9]. Elle permet d'introduire les contributions d'artistes femmes majeures de quatre siècles au public, jusque-là habitué à une histoire de l'art dominée par les hommes[2].

Catalogue de l'exposition[modifier | modifier le code]

  • (en) Ann Sutherland Harris et Linda Nochlin, Women Artists: 1550-1950, New-York, Los Angeles County Museum of Art et Alfred A. Knopf, , 368 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Tiernan Morgan & Lauren Purje, « An Illustrated Guide to Linda Nochlin’s “Why Have There Been No Great Women Artists?” », sur Hyperallergic, (consulté le )
  2. a b c d e f g h i j et k (en-US) Grace Glueck, « The Woman as Artist », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  3. a b c et d Françoise Collin, « Femmes artistes 1550-1950 », Les cahiers du GRIF, vol. 17, no 1,‎ , p. 102–102 (lire en ligne, consulté le )
  4. a b c d e f g h i j k l m et n (en) Brooklyn Museum, « Women Artists: 1550-1950 », sur www.brooklynmuseum.org, (consulté le )
  5. Florence Millioud-Henriques, « Le sexe faible muscle sa visibilité artistique », 24 heures, Suisse,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le )
  6. (en-US) Carrie Rickey, « Linda Nochlin, Feminist Art Historian Who Changed the Game, Dies at 86 », sur Hyperallergic, (consulté le )
  7. (en) Ann Sutherland Harris, Linda Nochlin, Los Angeles County Museum of Art et Museum of Art, Women artists: 1550-1950 ; [exhibition catalog ; exhibition dates December 21, 1976 - March 13, 1977, Los Angeles County Museum of Art, April 12 - June 12, 1977, University Art Museum, the University of Texsas at Austin, July 14 - September 4, 1977, Museum of Art, Carnegie Institute, Pittsburgh, Pa ..., County Museum of Art, (ISBN 978-0-87587-073-1, OCLC 247754951, lire en ligne)
  8. (en) Peter Walch, « Reviews: Women Artists: 1550–1950 », Art Journal, vol. 36, no 4,‎ , p. 327–328 (ISSN 0004-3249 et 2325-5307, DOI 10.1080/00043249.1977.10793376, lire en ligne, consulté le )
  9. (en-US) wpengine, « The Politics of Exhibiting Female Old Masters », sur Art Herstory, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]