Françoise Duparc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duparc.
image illustrant une peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une peintre française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Françoise Duparc
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Peintre, portraitisteVoir et modifier les données sur Wikidata

Françoise Duparc, née à Murcie (Espagne) le , et morte à Marseille le , est une artiste peintre française, active à Marseille après avoir parcouru l'Europe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Duparc, le père Françoise Duparc, sculpteur marseillais réputé, s'est établi à Murcie et est marié avec Gabrielle Negrela[1], de nationalité espagnole. Elle a pour parrain le gouverneur de cette cité. La famille étant rentrée à Marseille en 1730, Françoise Duparc est initiée à la peinture par son père et fait son apprentissage dans l'atelier de Jean-Baptiste van Loo à Aix-en-Provence de 1742 à 1745.

Il est assez difficile de suivre son parcours car elle travaille dans différentes villes d'Europe : Paris, Londres où elle participe à deux salons en 1763 et 1766, et Breslau où elle retrouve une de ses sœurs, Claire.

Vers 1771, elle rentre à Marseille où elle est reçue à l'Académie de Marseille en 1776. Elle meurt peu après, le . Son inventaire après décès fait état de quarante et un tableaux qui n'ont pas été retrouvés à l'exception des quatre toiles léguées par l'artiste à la ville de Marseille, actuellement conservées au musée des beaux-arts de cette ville. Ces tableaux (Jeune Femme à l'ouvrage ; dite autrefois La Tricoteuse, La Marchande de tisane ; dite autrefois La Laitière, La Vieille et L'Homme à la besace), dont le style reprend aimablement le réalisme humble des frères Le Nain, s'inscrivent dans la lignée des petits métiers des Cris de Paris dessinés par Edmé Bouchardon, largement diffusés par la gravure à partir de 1738[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les quatre tableaux du musée des beaux-arts de Marseille sont les suivants :

  • Jeune Femme à l'ouvrage ; dite autrefois La Tricoteuse, huile sur toile, 78 × 64 cm[3] : cette femme cousant est absorbée par son travail avec naturel et seulement une commode pour décor ;
  • La Marchande de tisane ; dite autrefois La Laitière, huile sur toile, 78 × 64 cm[4] : une jeune femme est vêtue d'une robe grise et d'un tablier blanc ; elle porte la coiffe blanche des femmes du peuple. Une fontaine est suspendue à ses épaules et elle tient un gobelet à la main. Cette toile s'est longtemps intitulée La Laitière[5]. Cette appellation surprend car les gravures de l'époque représentent les laitières portant le lait dans des pots en fer blanc placés sur leur tête ou tenus à bout de bras. C'est en 1938 que Joseph Billioud, archiviste, retrouve le testament de Françoise Duparc où il est précisé que dans les quatre tableaux légués à la ville figure La Marchande de tisane[6] ;
  • La Vieille, huile sur toile, 72 × 58 cm[7] : avec les bras croisés, elle pourrait représenter une blanchisseuse comme le laissent supposer son visage coloré et ses bras rougis par l'eau chaude des lessives[réf. nécessaire] ;
  • L'Homme à la besace, huile sur toile, 78 × 64 cm[8] : le modèle porte un costume militaire élimé et tient sur sa poitrine une besace probablement remplie d'« estrasses »[réf. nécessaire], terme marseillais pour désigner de vieux chiffons. Il s'agirait donc d'un « estrassaïre » ou chiffonnier.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Françoise Duparc est membre de l'Académie des sciences, lettres et arts de Marseille. Un boulevard du 4e arrondissement de Marseille porte son nom[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Duparc, Françoise (1726–1778) », sur encyclopedia.com (consulté le 13 décembre 2015)
  2. « Bouchardon - Les cris de Paris 1738 » , notice sur gallica.
  3. « Jeune Femme à l'ouvrage ; dite autrefois La Tricoteuse », base Joconde, ministère français de la Culture.
  4. « La Marchande de tisane ; dite autrefois La Laitière », base Joconde, ministère français de la Culture.
  5. Paul Masson (dir.), Encyclopédie départementale des Bouches-du-Rhône, Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 17 volumes parus de 1913 à 1937, tome III, p. 803.
  6. Charles Bourgeois, « À propos d'un tableau : La Marchande de tisane de Françoise Duparc », Revue d'histoire de la pharmacie, Volume 58, 1970, pp.172-176., sur persee.fr (consulté le 13 décembre 2015).
  7. « La Vieille », base Joconde, ministère français de la Culture.
  8. « L'Homme à la besace », base Joconde, ministère français de la Culture.
  9. Adrien Blés, Dictionnaire historique des rues de Marseille, Marseille, Éditions Jeanne Laffitte, , 441 p. (ISBN 2-86276-195-8), p. 135

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Masson sous (dir.), Encyclopédie des Bouches-du-Rhône, Marseille, Archives départementales, 17 volumes, 1913 à 1937.
  • Joseph Billioud, « Un peintre de types populaires : Françoise Duparc, de Marseille, (1726-1778) », La Gazette des Beaux-Arts, Paris, 1938.
  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 170
  • Renée Dray-Bensousan, Hélène Échinard, Régine Goutalier, Catherine Marand-Fouquet, Éliane Richard et Huguette Vidalou-Latreille, Marseillaises : Vingt-six siècles d'histoire, Aix-en-Provence, Édisud, coll. « Association les femmes et la ville », , 240 p. (ISBN 2-74490-079-6), p. 96-97
  • Académie de Marseille, Dictionnaire des marseillais, Marseille, Edisud, 2001, p.126 (ISBN 2-7449-0254-3).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :