Ana Mendieta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’art contemporain
Cet article est une ébauche concernant l’art contemporain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ana Mendieta
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 36 ans)
ManhattanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Distinctions

Ana Mendieta, née le 18 novembre 1948 à la Havane et morte le 8 septembre 1985 est une artiste américano-cubaine, dont l'œuvre se situe à la croisée du Land art et du Body Art.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ana Mendieta arrive aux États-Unis très jeune. À 13 ans, elle et sa sœur aînée sont exilées de Cuba parce que leur famille s'oppose au gouvernement. Elle étudie l'intermedia à l'Université d'Iowa à la fin des années 1960 notamment dans les cours d'Hans Breder.

Elle meurt en 1985 à New York d'une chute d'un immeuble de 34 étages. Huit mois plus tôt, elle s'était mariée au sculpteur minimaliste Carl Andre. Celui-ci est accusé de meurtre puis acquitté, la mort de Mendieta étant considérée comme un suicide.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Nombre d'œuvres d'Ana Mendieta ont une portée politique. Elle s'est tournée vers la performance en 1972 et la plupart de ses interventions, œuvres, performances et films ont eu lieu entre 1972 et 1978. Elle a réalisé des performances qui comptent encore aujourd'hui parmi les plus radicales de ce mouvement artistique. Un thème récurrent dans son œuvre est la violence contre le corps féminin. Elle a volontairement mis en valeur des aspects choquants de la représentation des abus sexuels et beaucoup de ses œuvres font usage de quantités de sang animal.

Plus tard, elle s'est attachée à laisser une marque sur son environnement, notamment dans ses « siluetas », où sa silhouette est imprimée sur le sable ou la boue.

Dans la série « Facial Variation Cosmetic » (1972), Ana Mendieta colle son visage à une vitre comme si elle voulait absolument passer au travers, le verre symbolisant le mur invisible sur lequel les espérances féminines se heurtent.

La série des « Silhouettes » réalisée entre 1973 et 1980 consiste à marquer des zones territoriales par des impressions éphémères de son corps.

Dans la série « Arbol de la Vida » (arbre de vie), elle couvre son corps nu de boue, et pose contre un arbre.

Description et chronologie des œuvres[modifier | modifier le code]

1973: Untitled (Self Portrait with Blood - Autoportrait en sang) est une photographie en couleur montrant une vue rapprochée du visage d'une jeune femme ruisselant de sang. Elle fait partie d'un groupe d'images qui documentent une performance dans laquelle l'artiste a posé pour l’appareil photo avec du sang coulant sur son visage, son cou et ses vêtements de coton blanc. Sur cette photo la tête est inclinée vers l'arrière mettant en avant ses narines ensanglantées. Ses yeux entrouverts regardent directement le spectateur. Le sang recouvre son front et coule le long de son nez, dans ses lèvres et sur les côtés de son visage, coagulant dans ses longs cheveux noirs. Mendieta a photographié ses performances et ses happenings à l'aide de diapositives 35 mm. Cette image est présente dans la collection de la Tate Modern de Londres. Cette œuvre est dans la lignée des œuvres que Mendieta a créé les années précédentes comme Untitled (Variations esthétiques du visage) où elle pose face à l’objectif, déformant son visage par le maquillage, les perruques et des collants déchirés enfilés sur sa tête.

Liens externes[modifier | modifier le code]