Louise Moillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louise Moillon
Louise Moillon 001.jpg
Nature morte au panier de fruits et à la botte d'asperges (1630),
Art Institute of Chicago
Naissance
Décès
Activité
Maîtres
François Garnier, Nicolas Moillon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Mouvement
Père
Nicolas Moillon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Marie Gilbert (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Louise Moillon ou Louÿse Moillon, née le ou le [1] à Paris où elle est morte le , est une artiste peintre de natures mortes française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louise Moillon naît à Paris fin 1609 ou début 1610, dans une famille de peintres protestants. Elle est fille de Nicolas Moillon et sœur d'Isaac Moillon[2], tous deux peintres.

Elle baigne dès son plus jeune âge dans le milieu artistique. Elle poursuit avec son beau-père une formation commencée auprès de son père, mort en 1619. Sa mère Marie Gilbert se remarie en 1620 avec François Garnier, peintre de natures mortes et marchand de tableaux. Elle meurt en 1630.

En , Louise épouse le huguenot Étienne Girardot (de Chancourt), riche marchand de bois parisien originaire de Bourgogne[3].

Elle travaille toute sa vie et meurt sans postérité en 1696. Elle laisse un testament ambigu qui laisse entendre la fidélité à sa foi sans donner prise aux accusations de relaps. Elle y remercie Dieu de l'avoir « fait naître en son Église et persévérer en la religion chrétienne »[4]. Louise Moillon est enterrée selon le rite catholique[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Assez proche de Jacques Linard, Louise Moillon occupe une place de premier plan dans le genre de la nature morte aux fruits. Certains critiques ont vu dans la petite taille, la simplicité et l’harmonie de ses compositions un témoignage de sa foi protestante à travers une célébration de la « vie silencieuse »[6].

À la mort de sa mère en 1630, elle a déjà peint de nombreuses natures mortes parfois accompagnées de figures humaines, telle la Marchande de fruits et de légumes (Paris, Musée du Louvre). Ses tableaux se répartissent en deux périodes : les œuvres de jeunesse et celles de la maturité. Entre 1630 et 1640, elle se confirme comme l'un des plus éminents peintres français de natures mortes du XVIIe siècle mais aussi comme l'une des femmes peintres les plus célèbres. L'équilibre de ses compositions tout comme l'alliance de velouté et de transparence qui caractérise ses représentations de fruits assoient son renom. Appartenant à l'élite de la société, ses commanditaires vont du surintendant des finances Claude de Bullion au roi Charles Ier d'Angleterre[7].

Un catalogue raisonné de 69 tableaux authentiques a été établi par l'expert en peintures anciennes Dominique Alsina. Parmi eux, onze ont fait l'objet d'une monographie. Citons :

  • La Marchande de fruits et légumes (1630), huile sur bois, 120 × 165 cm, Musée du Louvre[8] ;
  • Coupe de cerises avec des prunes et un melon (1633), huile sur bois, 48 × 65 cm, Musée du Louvre[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louyse Moillon : Paris, vers 1610-1696 : la nature morte au Grand Siècle : catalogue raisonné, (ISBN 9782878441130, présentation en ligne)
  2. Nicole de Reyniès ; Sylvain Laveissière, Isaac Moillon (1614-1673), un peintre du roi à Aubusson, Paris, Somogy, 2005, 335 p., (ISBN 978-2-85056-885-5).
  3. Goûts et saveurs baroques
  4. Le terme Église peut désigner soit l'Église évangélique luthérienne de France, soit l'Église catholique romaine. La religion chrétienne s'applique aussi bien au protestantisme qu'au catholicisme. Toutefois, placé dans le contexte politico-religieux contemporain, le verbe persévérer désigne assez explicitement les Réformés, en butte aux persécutions mais fermes dans leur foi.
  5. Louise Moillon (1610-1696).
  6. (en) Delia Gaze, Concise Dictionary of Women Artists, New York, Routledge, 2013, 800 p., (ISBN 978-1-13659-894-4), p. 491.
  7. Dominique Alsina, Louyse Moillon, la nature morte au Grand Siècle. Catalogue raisonné, Dijon, Faton, 2009, 340 p., (ISBN 978-2-87844-113-0).
  8. Marchande, Louvre (atlas).
  9. Coupe, Louvre (atlas).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Faré, Le Grand Siècle de la nature morte en France, le XVIIe siècle, Paris : Société française du livre, 1974, 411 p., (OCLC 203494).
  • (en) Helen Chastain Sowa, Louise Moillon, Seventeenth Century Still-Life Artist, Chicago, Chateau Publishing, 1998, XI-86 p., (ISBN 978-0-96664-240-7).
  • Dominique Alsina, Louyse Moillon, la nature morte au Grand Siècle. Catalogue raisonné, Dijon, Faton, 2009, 340 p., (ISBN 978-2-87844-113-0).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :