Centre Elizabeth A. Sackler pour l'art féministe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Centre Elizabeth A. Sackler pour l'art féministe
Between the Door and the Street, Suzanne Lacy, Installation at the Brooklyn Museum.jpg
Between the Door and the Street, installation de l'artiste américaine Suzanne Lacy devant le Brooklyn Museum, octobre 2013.
Informations générales
Surface
770 m2
Site web
Collections
Nombre d'objets
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
200 Eastern Parkway à Brooklyn
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’État de New York
voir sur la carte de l’État de New York
Red pog.svg
Localisation sur la carte de New York
voir sur la carte de New York
Red pog.svg
The Dinner Party, installation artistique réalisée par l'artiste féministe américaine Judy Chicago de 1974 à 1979.

Le Centre Elizabeth A. Sackler pour l'art féministe est situé au quatrième étage du Brooklyn Museum à New York. Cet espace est fondé en 2007 par l'historienne de l'art Elizabeth Sackler. Il s'agit du premier musée consacré aux artistes femmes et féministes de l'art aux États-Unis[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Centre Elizabeth A. Sackler pour l'art féministe ouvre ses portes le 23 mars 2007 et devient le premier espace public de ce type dans le pays, symbole du lien entre l'art, la théorie et l'activisme féministe. Le musée d'une superficie de 770 m² est situé au quatrième étage du Brooklyn Museum. L'objectif premier est alors de créer un environnement interactif afin de sensibiliser et éduquer les générations futures sur l'impact du féminisme dans la culture[3]. Le Forum du Centre est un lieu consacré aux programmes publics, ainsi qu'une plate-forme de plaidoyer pour les questions féminines. Le Council for Feminist Art est un groupe de membres engagés dans la programmation annuelle du lieu[4].

Depuis son ouverture, le centre est le lieu d'accueil permanent de The Dinner Party, l'œuvre féministe historique de l'artiste et militante américaine Judy Chicago[5]. L'installation célèbre les exploits des femmes dans la culture occidentale sous la forme d'une table de banquet représentant méticuleusement 39 femmes mythiques et historiques et 999 autres. Dès ses débuts publics en 1979, l'œuvre devient une icône de l'art féministe[6].

L'exposition inaugurale Global Feminisms, est la première exposition internationale exclusivement consacrée à l'art féministe de 1990 à nos jours[7].

En octobre 2016, le musée de Brooklyn célèbre les dix ans de l'ouverture du centre avec le cycle A year of yes : Reimagining Feminism, soit la mise en place de dix expositions dédiées aux artistes féministes et à leur importance dans l’histoire de l’art au cours des cinquante dernières années, telles Georgia O’Keeffe ou Marilyn Minter[8]. Un regard particulier est également porté à l'artiste peintre et plasticienne américaine Beverly Buchanan, dont les motifs architecturaux nourrissent une réflexion plus profonde autour des questions d'inégalités[1],[9].

Une base d'art féministe[modifier | modifier le code]

Le Centre Elizabeth A. Sackler pour l'art féministe dispose de ses propres archives d'art féministe. Ces données constituent une sélection autoproduite d'artistes passées et contemporaines, dont les travaux reflètent les idées, les investissements et les préoccupations féministes. Parmi les artistes recensées sont notamment présentes Clarity Haynes, Karen Heagle ou Julia Kunin. La base de données est constamment actualisée par des artistes du monde entier[10].

La base d'art féministe est une archive numérique dédiée uniquement à l'art féministe et composée des contributrices les plus importantes et les plus prometteuses dans leur domaine. Cette ressource numérique a été créée en 2007, puis activement développée en 2014. Ses données sont à la disposition des chercheurs sous la forme d'archives parcourant les années 1960 jusqu'au début des années 2000[10].

Récompenses[modifier | modifier le code]

En mars 2012, le Centre Elizabeth A. Sackler pour l'art féministe célèbre son cinquième anniversaire en honorant quinze femmes contemporaines avec les Sackler Center First Awards. Les prix, conçus par Elizabeth Sackler, sont depuis décernés chaque année à des femmes ayant brisé la barrière du genre pour s'accomplir personnellement tout en réalisant une contribution remarquée dans leur domaine respectif[11].

Expositions[modifier | modifier le code]

Parmi une liste non exhaustive :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pauline Le Gall, « Le musée de Brooklyn consacre une année à l’art féministe », sur www.artviatic.fr,
  2. (en) Ethics and the Visual Arts, Elizabeth A. Sackler, New York, Allworth Press, (ISBN 9781581156003), p. 89–104
  3. (en-US) Dana Micucci, « Feminist art gets place of pride in Brooklyn », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  4. (en) « The Elizabeth A. Sackler Center for Feminist Art », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le 5 février 2018)
  5. (en) Michele Kort, « Home at Last : Feminist art moves into the spotlight this year, with two major exhibitions and a housewarming for "The Dinner Party" », sur www.msmagazine.com,
  6. (en) « Roots of “The Dinner Party”: History in the Making », sur www.brooklynmuseum.org, 20 octobre 2017 - 4 mars 2018 (consulté le 5 février 2018)
  7. (en) « Global Feminisms », sur www.brooklynmuseum.org, 23 mars - 1er juillet 2007 (consulté le 5 février 2018)
  8. (en) « A Year of Yes : Reimagining Feminism at the Brooklyn Museum », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le 5 février 2018)
  9. (en-US) Gena Hymowech, « A Year of Yes : The Sackler Center Celebrates Ten Years of Feminist Art », Ms. Magazine,‎ (lire en ligne)
  10. a et b (en) « Feminist Art Base », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le 5 février 2018)
  11. (en) « Sackler Center First Awards », sur www.brooklynmuseum.org (consulté le 5 février 2018)
  12. (en) Jonathon Dornbush, « Performer, actor, writer, and icon' Miss Piggy to receive Brooklyn Museum award », EW,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]