Joan Semmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Joan Semmel
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Mouvement
Distinctions
Prix Anonymous Was A Woman ()
Women's Caucus for Art Lifetime Achievement Award (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Joan Semmel née le , est une peintre et écrivaine féministe américaine. À travers ses peintures réalistes, elle remet en cause le regard patriarcal sur le corps des femmes objectifiées. Elle interroge le désir féminin, le consentement et la sexualité dans une perspective féministe[1].

Formation et engagement politique[modifier | modifier le code]

Joan Semmel est née à New York. Elle commence sa formation artistique à la Cooper Union, où elle étudie auprès de Nicholas Marsicano[2]. Ensuite, elle étudie avec Morris Kantor à la Art Students League de New York[3],[4].

Entre 1963 et 1970, elle réside en Espagne. Son travail évolue vers une peinture gestuelle, dans de grandes compositions de figures au sol, s'inspirant des principaux artistes espagnols. Joan Semmel revient à New York en 1970. Elle est choquée par le nombre d'images sexualisées de femmes qu'elle voit dans les kiosques américains[5]. Elle commence à peindre des scènes érotiques dans un style figuratif. Elle obtient un Master of Fine Arts a l'institut Pratt en 1972 en présentant la première série érotique[6].

En 1975, lors de l’exposition The Year of the Woman au Bronx Museum of the Arts, Joan Semmel fait l'expérience de la censure officiel. Ses œuvres sont jugées « pornographiques » et « antiaméricaines » par la Cour suprême de l’État de New York[7].

Joan Semmel devient membre du mouvement féministe et de groupes d’art féministes dédiés à la promotion de l’égalité des sexes dans le monde de l’art[8]. Elle est membre Ad Hoc Committee of Women Artists (en), du groupe Fight Censorship (FC), Women in the Arts (WIA) et de la Art Workers Coalition (en). Le Women's Caucus for Art (en) récompense Joan Semmel du prix d'excellence de l'organisation, en 2013[9].

Lors d'une table ronde de 2015 intitulée La peinture et l'héritage du féminisme à la galerie Maccarone, Joan Semmel déclare : « Je voudrais m'éloigner de la déclaration de base qui explique pourquoi il n'y a pas de grandes artistes femmes[10]. Il y a de grandes femmes artistes. Il y a beaucoup de grandes femmes artistes. Et nous ne devrions plus parler de la raison pour laquelle il n'y a pas de grandes artistes femmes. S'il n'y a pas de femmes artistes célèbres, c'est parce que nous ne les avons pas célébrées, mais pas parce qu'elles ne sont pas là. »[11].

Depuis 2013, elle est professeure émérite de peinture à l'université Rutgers[12].

Description de son œuvre[modifier | modifier le code]

Joan Semmel déclare à propos de son travail : « Bien que mon travail se décline en séries, le fil conducteur au fil des décennies est une perspective unique : être à l'intérieur de l'expérience de la féminité et en prendre possession culturellement ». La plupart de ses œuvres traitent de thèmes liés à la sexualité, au corps, à l'intimité et à l'exploration de soi, à la fois physiquement et psychologiquement.

Première série érotique (1970-1971)[modifier | modifier le code]

La première série érotique décrit des couples hétérosexuels ayant des rapports sexuels. Le sujet est explicitement érotique. Les compositions évoquent l’abstraction avec des couleurs expressives et non naturelles et mettent l’accent sur les formes individuelles. Ces représentations à grande échelle de l'activité sexuelle reprennent les codes du nu féminin, ce qui annonce une approche sans précédent de la peinture et de la représentation dans les années 1970.

Deuxième série érotique (1972-1973)[modifier | modifier le code]

Qualifiées par Joan Semmel de « peintures de baise », les peintures de la deuxième série érotique sont nettes et réalistes. Elles conservent les couleurs intenses et non naturelles de la première série érotique. Les peintures sont basées sur des photographies d'un homme et d'une femme en train d'avoir des relations sexuelles. Joan Semmel reprend le thème du consentement dans le couple. Aucune galerie à New York n'ose exposer le travail de Joan Semmel. Elle loue un espace à SoHo pour montrer son travail, attirant ainsi l'attention de la critique. Joan Semmel a refusé les demandes de publication de ses travaux par les revues érotiques Penthouse et Playboy. Toutefois, le magazine Screw illustre l'article Hot Erotic Art de , avec l'œuvre Erotic Yellow de Joan Semmel, sans son autorisation.

Autoportraits[modifier | modifier le code]

Au cours de l'été 1973, alors qu'elle enseigne à la Maryland Art Institute de Baltimore, Joan Semmel commence à peindre ce qu'elle nomme « l'idée de moi-même, tel que je me vis moi-même ». Les autoportraits tels que Me Without Mirrors (1974) montrent le corps de l’artiste de la clavicule aux pieds, sans inclure son visage. Les photographies sur lesquelles elle s'appuie pour ses peintures à grande échelle sont prises par l'artiste ou, dans certains cas, par un ami « aussi près que possible du point de vue de l'artiste ». Plusieurs autoportraits tels que Intimacy et Autonomy (1974) comprennent un partenaire masculin. Dans ces peintures, « le nu n'apparaît plus comme une fantaisie idéalisée, une figure allégorique ou un paysage de désir, mais plutôt comme le corps auto-appréhendé d'une femme spécifique ».

Images en écho (1979-1981)[modifier | modifier le code]

Joan Semmel décrit cette série qui a été exposée à la galerie Lerner Heller : « le personnage principal de la composition est répété deux fois : une fois dans un style réaliste et une deuxième version en beaucoup plus large et expressionniste. Elles ressemblent presque à des vues internes et externes du moi qui associent une image perceptuelle à l'ambition et à l'effort du moi émotif ».

Série de plage (1985-1986)[modifier | modifier le code]

En 1987, Joan Semmel achète une maison à Springs, East Hampton, où elle travaille chaque été. Elle réalise cette série.

Série des vestiaires (fin des années 1980)[modifier | modifier le code]

À partir de Mirror Mirror (1988), Joan Semmel utilise la caméra comme un « dispositif permettant de cadrer et de remettre en question les problèmes de perception et de représentation ». Joan Semmel photographie dans les vestiaires des femmes en utilisant le miroir et la caméra « comme stratégies pour déstabiliser le point de vue (qui regarde qui) et pour engager le spectateur en tant que participant... en pointant la caméra vers le spectateur ».

Mannequins (1996-2001)[modifier | modifier le code]

Inspirée par des vieux mannequins qu'elle a trouvés dans la rue, Joan Semmel travaille avec ces « versions idéalisées du corps féminin... comme des alter ego pour explorer l'isolement et l'anomie de l'objectification et de la fétichisation. Les visages obsédants, les corps en morceaux des mannequins sont des témoins éloquents de façon dont les femmes sont évaluées dans leur jeunesse pour leur beauté puis mise au rebut quelques années plus tard comme impuissantes et non viables. »

Avec caméra (2001-2006)[modifier | modifier le code]

La première fois, Joan Semmel pose délibérément devant un miroir avec la caméra.

Changement d'images (2006-2013)[modifier | modifier le code]

Têtes (2007-2013)[modifier | modifier le code]

Transparences (2014-en cours)[modifier | modifier le code]

Son travail le plus récent explore les expériences physiques et psychologiques associées au vieillissement, tout en continuant à être auto-référentiel et à s'impliquer dans ses peintures[13]. Ces méditations sur le physique féminin vieillissant ont une représentation expérimentale qui dépasse le réalisme conventionnel. Ses autoportraits sont doublés, en mouvement et fragmentés, explorant peut-être un état d'être métaphysique et un lien étroit entre le corps et l'esprit. Remettant en cause le regard patriarcal d'un corps de femme nue objectivée, le travail de Joan Semmel trouble les lignes généralement bien délimitées entre l'artiste et le modèle, le spectateur et le sujet[14].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition personnelle de « Erotic Series », organisée par Semmel au 141 Prince St. Gallery, New York, 1973
  • Exposition personnelle à la galerie Lerner-Heller, New York, 1979
  • Feministische Kunst International (Art féministe international), Haags Gemeentemuseum, La Haye, Pays-Bas, 1979
  • Exposition personnelle, 112 Greene Street, New York, 1984
  • Exposition personnelle de la série Gymnasium, Gruenebaum Gallery, New York, 1987
  • Joan Semmel: Travaux récents, Centre d'art contemporain d'East Hampton, New York, 1989
  • À travers l’œil de l'objet : peintures de Joan Semmel à la galerie d'art de l'université, université d'État de New York, Albany. Enquête en milieu de carrière. Voyage dans l'État de New York de 1992 à 1993.
  • Une autre vue, Bypass Gallery, New York, 1993 (organisé par Semmel)
  • Anni Albers, Robert Beck, Cady Noland, Joan Semmel, Nancy Shaver, organisée par Robert Gober, Galerie Matthew Marks, New York, 1999
  • La série Mannequin : travaux récents de Joan Semmel, musée de Jersey City, New Jersey, 2000
  • Personnel et politique : Le mouvement artistique des femmes, 1969-1975, organisé par Simon Taylor et Natalie Ng, ouvre ses portes au Guild Hall Museum, à East Hampton, en 2002
  • Les femmes transgressives : Yayoi Kusama, Lee Lozano, Ana Mendieta, et Joan Semmel, par Annette Dimeo organisée Carlozzi, a commencé à Blanton Museum of Art, Austin, 2003
  • WACK! L'art et le mouvement féministe, exposition itinérante organisée par Cornelia Butler au Museum of Contemporary Art de Los Angeles en 2007
  • Solitaire: Lee Lozano, Sylvia Plimack Mangold, Joan Semmel, organisée par Helen Molesworth, Centre pour les arts Wexner, 2008
  • Changer le regard, Musée juif, New York, 2010[15]
  • Nus, Alexander Gray Associates, 2011[16]
  • Joan Semmel : un œil lucide, organisé par Sergio Bessa, Musée des arts du Bronx, 2013
  • Joan Semmel, Sur cinq décennies, du au [17]
  • Féminisme Black Sheep : l'art de la politique sexuelle, Dallas Contemporary, Dallas, Texas, 2016
  • Scènes de la collection, The Jewish Museum, New York, 2018[18]

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Women's Lifetime Achievement Award du Caucus des femmes (2013)[19]
  • Prix Anonymous Was A Woman (2007)[20]
  • Académicien national du National Academy Museum, à New York (2014)
  • Richard Subvention du Florsheim Art Fund (1996)[21]
  • Distinguished Alumnus Award, Cooper Union (1985)[22],[23]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Martha Schwendener, « From Abstract Expressionism to Nude Self-Portraits », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2014)
  2. David McCarthy, The Nude In American Painting, 1950-1980, Cambridge, Cambridge University Press, , p. 165
  3. « Joan Semmel », Alexander Gray Associates, sur Alexander Gray Associates (consulté le 2 février 2014)
  4. « Biography », Joan Semmel, Official Site, sur Joan Semmel, Official Site (consulté le 21 décembre 2015)
  5. Richard Meyer, “’Not Me:’ Joan Semmel’s Body of Painting”, in ‘’Solitaire: Lee Lozano, Sylvia Plimack Mangold, Joan Semmel’’, edited by Helen Molesworth. (Wexner Center for the Arts, 2008).
  6. (en) « CLARA : database of women artists », sur wayback.archive-it.org, (consulté le 17 mars 2019)
  7. « Joan Semmel et Sylvia Sleigh : regards féministes sur l’intimité du masculin », sur AWARE Women artists / Femmes artistes (consulté le 17 mars 2019)
  8. Lisa Gabrielle, ed. Mark, WACK! Art and the Feminist Revolution, Cambridge, MA and London, MIT Press,
  9. « Women's Caucus for Art », Women's Caucus for Art, sur Women's Caucus for Art (consulté le 12 mars 2014)
  10. « Top Ten ARTnews Stories: Exposing the Hidden 'He' », ARTnews, sur ARTnews (consulté le 11 mars 2018)
  11. « ‘There Needs to Be a Revolution Every Day’: Brown, Keyser, Semmel, Gingeras Talk Feminism and Painting at Maccarone », ARTnews, sur ARTnews (consulté le 11 mars 2018)
  12. « Joan Semmel », Brooklyn Museum, sur Brooklyn Museum (consulté le 2 février 2014)
  13. (en-US) « "You Have to Get Past the Fear”: Joan Semmel on Painting Her Aging, Nude Body », sur Hyperallergic, (consulté le 17 mars 2019)
  14. « Joan Semmel - Artists - Alexander Gray Associates », sur www.alexandergray.com
  15. « Shifting the Gaze: Painting and Feminism », sur The Jewish Museum (consulté le 11 mars 2018)
  16. Ken Johnson, « Art in Review - Joan Semmel », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2014)
  17. Joan Semmel, Joan Semmel : Across Five Decades, Alexander Gray Assoc., LLC, (ISBN 978-0-9861794-1-9)
  18. « Scenes from the Collection », sur The Jewish Museum (consulté le 11 mars 2018)
  19. WCA Honors Five Women in 2013 Women's Caucus for Art
  20. « Past Winners, Anonymous Was a Woman » [archive du ] (consulté le 25 février 2014)
  21. Joan Semmel Bio Feminist Art Base, Brooklyn Museum
  22. National Endowment for the Arts Annual Report 1980, page 296
  23. « National Endowment for the Arts 1985 Annual Report, page 171 »

Lien externe[modifier | modifier le code]