Vanessa Beecroft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beecroft.
Vanessa Beecroft
Vanessa-Beecroft-White-Madonna-with-Twins.jpg
Vanessa Beecroft
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
GênesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web

Vanessa Beecroft, née le 25 avril 1969 à Gênes, est une artiste et photographe américaine d'origine italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entre 1983 et 1987, Vanessa Beecroft étudie l'architecture au Civico Liceo Artistico Nicol à Gênes. Entre 1987 et 1988, elle étudie la linguistique des Beaux-arts, puis la scénographie.

À partir de 1994, elle commence une série de performances portant sa marque personnelle : le temps d'une soirée, généralement pour le vernissage-événement d'une galerie ou dans un musée, un groupe de personnes archétypiques - militaires en uniformes, femmes de type caucasien nues, femmes rousses nues - se tiennent debout, statiques, offertes à la contemplation.

Elle s'installe à New York, en 1997. Elle utilise alors des figures mâles pour ses performances ; soldats et officiers des différents corps de l'armée américaine[1].

La démarche de Beecroft a une portée anthropologique flagrante, caractéristique d'une évolution tardive du post-modernisme, où les référents à la société du spectacle interviennent dans la conception, la production et la réception de l'œuvre : au musée Guggenheim de New York, la société de conseil en commissariat d'exposition Yvonne Force Inc. a produit la performance intitulée laconiquement Show, où la critique Roberta Smith relève les réactions sceptiques du public et des critiques. La performance, toujours statique, donne au public ou au spectateur un minima d'interaction et d'impact psychologique à consommer dans un temps donné. On remarque les vêtements des sculptures conçus par Tom Ford et leur maquillage réalisé par Pat McGrath, éléments d'une mise en scène où la place de la culture et des relations qu'elle entretient dans la société actuelle sont remis à leur place légitime.

Forte de sa formation intellectuelle, Beecroft adopte une attitude ironique, voire condescendante envers les hommes : l'artificialité éclatante de ses mises en scène sont contrebalancées par son rappel : la beauté féminine n'a jamais eu sa place dans l'art et ses codifications cannibalisantes. Ainsi, dans une société où les détails vestimentaires ont une portée existentielle et véhiculent des marques identitaires, Beecroft intègre les codes plastiques où sont enchâssés l'être contemporain, et en particulier les femmes, pour mieux les mettre à nu.

Performances[modifier | modifier le code]

  • 1996 :
  • 1997 :
  • 1998 :
  • 1999 :
    • VB37, au Spiral / Wacoal Art Center, à Tōkyō, le 10 mars 1999.
    • VB38, à la galerie Analix, à Genève.
    • VB39 US Navy SEALs, au Museum of Contemporary Art, à San Diego (Californie), 16 membres des forces de la marine des États-Unis, en uniforme blanc, au garde-à-vous, dans une pièce blanche.
    • VB40, au Museum of Contemporary Art, à Sydney, les 2, 4 et 5 août 1999, 19 jeunes femmes, vêtues d'un soutien-gorge couleur chair, d'un collant rouge et de chaussures rouges à talons hauts, et au milieu, une jeune femme nue en talons hauts ; la performance était inspirée par l'équipe olympique australienne de natation, dans la perspective des Jeux olympiques de Sydney en 2000 ; les participantes ont été recrutées en fonction de leur physique de type "anglo-saxon" ou "irlandais", dans des clubs de surf, de sauveteurs, et des agences de mannequins.
  • 2000 :
  • 2001 :
    • VB45, à la Kunsthalle de Vienne, 45 jeunes femmes nues, les cheveux coupés très courts, portant des bottes de Helmut Lang, à l'allure nazie.
    • VB46, à la Gagosian Gallery, à Los Angeles (Californie), 20 jeunes femmes nues, épilées, portant des perruques blondes, les cils blondis, talons-aiguilles de Alessandro Dell'Acqua ; deux femmes (une asiatique en talons-aiguilles et rouge à lèvres lavande, et une rousse aux cheveux longs, le pubis enduit de cire rouge) tournent autour du groupe pendant les trois heures de la performance.
    • VB47, au Peggy Guggenheim Museum, à Venise, des jeunes femmes nues, portant des sandales dessinées par Alexander McQueen, et des chapeaux comme des masques du chapelier Philip Treacy ; la performance s'inspire de l'œuvre de Giorgio de Chirico.
    • VB48, au palais ducal, à Gênes, le mardi 3 juillet 2001, 30 jeunes femmes Nigérianes nues ; inspirée par l'immigration africaine en Italie et le décor baroque de la salle du Grand Conseil, la performance est réalisée pour l'ouverture du sommet du G8 à Gênes (ville natale de Vanessa Beecroft), dans la salle de réunion du sommet.
  • 2002 :
    • VB50, à la Biennale de Sao Paulo, des dizaines de jeunes femmes nues, de diverses origines, certaines portant des perruques, et dont les couleurs de peau offrent une palette très variée, en écho à la diversité ethnique du Brésil.
    • VB51, au château Vinsebeck, à Steinheim, 25 femmes d'âges divers, des proches de l'artiste (sa mère, sa sœur, sa belle-mère), des membres de l'aristocratie locale, et les deux actrices Hanna Schygulla et Irm Hermann, vêtues de toges blanches, dans l'un des salons baroques du château ; Hanna Schygulla récite des extraits du Winterreise de Franz Schubert ; la performance fait l'objet d'un film, conçu lui-même comme une œuvre, et non la simple transcription de l'événement. Film de la performance dans la collection de la Kunsthalle de Bielefeld.
  • 2003 :
    • VB52 et Retrospective, au Musée d'art contemporain du château de Rivoli, à Turin, trois groupes de femmes (de jeunes modèles, nues ; des proches de l'artiste et des participants à des performances passées, vêtues de tuniques colorées ; des femmes de la haute société turinoise, vêtues de tuniques entre le beige et le jaune), assises sur des chaises en verre, devant une table en verre ; les serveurs leur présentent des plats assortis ; les femmes mangent lentement, en silence.
  • 2004 :
    • VB53 Tepidarium, au Giardino dell'Orticultura, à Florence, le 23 juin 2004, 21 jeunes femmes nues, plantées dans la terre des serres dessinées par Giacomo Roster.
    • VB54 Terminal 5, au TWA Flight Center (architecte Eero Saarinen), à JFK International Airport, à New York, des dizaines de femmes afro-américaines, nues et debout, enchaînées par les pieds.
  • 2005 :
    • VB55, à la Neue Nationalgalerie (dans le pavillon vitré, architecte Ludwig Mies van der Rohe), à Berlin, en avril 2005, une centaine de femmes, de 18 à 65 ans, debout pendant trois heures, en collant transparent et le torse enduit d'huile[2].
    • VB56, au magasin Louis Vuitton, sur les Champs-Élysées, à Paris, en octobre 2005, des jeunes femmes nues, disposées sur des étagères, à côté de sacs et bagages de la firme Louis Vuitton.
    • VB58, à la Push Button House, à Collins Park, dans le cadre de Art Basel Miami Beach, en décembre 2005.
  • 2006 :
    • Exposition Alphabet Concept, à l'Espace Louis Vuitton, à Paris : logo LV et Louis Vuitton figurés par les corps nus de jeunes femmes.
    • VB59, à la National Gallery, à Londres.
    • VBLV, au 11e Art Forum, à Berlin : exposition des photographies réalisées à l'Espace Louis Vuitton.
  • 2007 :
    • VB60, dans le centre commercial Shinsegae, à Séoul, le 26 février 2007, 31 jeunes modèles féminins, habillées de rouge et de maillots couleur chair, debout sur les marches d'un escalier entre le 4e et le 5e étage du magasin ; filmées par des caméras vidéo, elles chutent l'une après l'autre, de fatigue et d'ennui.
    • VB61 Still Death! Darfur Still Deaf? , le 8 juin 2007, à la Pescheria di Rialto, à Venise, environ 30 Soudanaises, couchées sur le ventre, sur un tapis blanc au sol ; le dispositif simule un empilement de cadavres ; la noirceur des corps est renforcée par un maquillage ; Vanessa Beecroft asperge les corps de larges traits de peinture rouge.
  • 2008 :
  • 2009 :
    • VB64, au Deitch Projects, à Long Island City (New York), le 6 mars 2009, de 19h00 à 22h00, 20 jeunes femmes nues, le corps maquillé en blanc, couchées sur le sol, parmi des moulages en plâtre[3]. La performance fait référence à la sculpture funéraire baroque en Sicile ; la première version a été présentée en juillet 2008 à Palerme (VB62).
    • VB65, au Padiglione d’Arte Contemporanea, à Milan, des immigrants africains, vêtus de costumes noirs, assis à une table en verre, mangent avec leurs mains du poulet et du pain noir ; la performance évoque la Dernière Cène.
  • 2010 :
    • VB66, au Mercato Ittico (Marché aux poissons), à Naples, le lundi 15 février 2010, des dizaines de jeunes femmes nues dont le corps est maquillé en noir, mêlées à des sculptures réalisées par moulage, et des fragments de corps moulés ; la performance joue sur les notions de noir et d'ombre, et fait référence à la sculpture antique, aux corps calcinés de Pompéi, et à la réification du corps des femmes.
    • VB68, au Museum für Moderne Kunst, à Francfort-sur-le-Main, le mercredi 24 novembre 2010, de 20h00 à 23h00.

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Casagrande, Gaia. et Castello di Rivoli, Museo d'Arte Contemporanea., The castle - the collection : Castello di Rivoli - Museo d'Arte Contemporanea, Skira, (ISBN 9788861308176, OCLC 316280057, lire en ligne)
  2. Reportage sur Youtube
  3. Capture vidéo de la performance VB64, avec le public, sur Viméo

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Pietra Brettkelly, The Art Star and the Sudanese Twins, documentaire sur le travail de Vanessa Beecroft au Soudan et ses tentatives d'adoption de deux jumeaux soudanais.

Liens externes[modifier | modifier le code]